AlèsAppel à se mobiliser contre la Ligue du Midi

Furious Monkeyz, une association antiraciste et contre-culturelle d’Ales, appelle à se mobiliser samedi 9 octobre à 15h30 à Sumene, sur la place de l’Église, contre les identitaires de la Ligue du Midi, un groupe animé par la famille Roudier dont nous vous avions proposé un portrait ici et . Pour en savoir plus sur cette initiative, nous les avons contactés.

La Horde : Pouvez-vous présenter votre collectif (histoire, activités) ?
Furious Monkeyz : on est un collectif destiné à lutter contre le racisme sur le terrain. Créé il y a 9 ans sur Alès (30) et Nantes (44) par quatre amis, deux hommes, deux femmes, parités oblige, dans le but de prévenir du grand retour des groupuscules d’extrême droite violent et de proposer une opposition basée sur l’information et l’autodéfense.

Le nom de notre collectif n’a pas été choisi au hasard. Furious, car nous sommes furieux de voir tout ce désastre social et environnemental actuel et monkeyz, car pour nous, le singe représente une version libre de l’homme proche de son environnement, sans chaînes raciales ni capitalistes qui pourrissent les relations humaines.
Nos couleurs elles aussi ont leur petite histoire : le blanc pour la paix entre les peuples et le noir pour le deuil de nos adversaires, deuil symbolique bien sûr. Nous aimons rappeler aux gens qui nous ne cherchons pas à ce que les gens soient comme nous, mais que chacun puisse être qui il veut tant que cela ne nuit à personne.
Depuis maintenant un an et demi, nous avons créé l’association B613 sur Alès dans le but d’entretenir les liens intercommunautaires via des activités artistiques, comme la musique ou le théâtre, à travers des ateliers écritures et mao ou encore des pratiques sportives, ainsi que des action de sensibilisation au vivre-ensemble et à l’environnement, par le biais de rencontre amicale parents/enfants où seul le plaisir de jouer et de passer un moment sympa compte, car pour nous jouer ensemble, c’est vivre ensemble.
Ceci dit avec cette période de restrictions sanitaires, les choses sont un peu compliquées.

Quel évènement a fait naitre l’idée d’une mobilisation contre la ligue du midi ?
La Ligue du Midi est tristement connue dans le Gard comme dans toutes l’Occitanie pour ses idéologies nauséabondes et foncièrement raciste, mais surtout pour ses diverses actions violentes.

Action de la Ligue du Midi contre les « Rabas », en juillet 2013 à Sumène.

Agressions d’association d’aide aux migrants, intimidation d’une journaliste de France Bleu, mais aussi de personnes lambda, condamnations pour agressions au couteau et autres propos nazis en public, etc. La Ligue du Midi a le soutien de tous les petits groupuscules locaux qui aiment venir sur leurs actions jouer les gros bras, bien souvent protégés par la police, comme la south face et quelques nazillons, la jeunesse St Roch, mais aussi l’Action française, qui s’est illustrée récemment avec l’invasion du conseil régional d’Occitanie. Ces derniers temps, on voit souvent la Ligue du Midi sur les divers manif antipass essayer de prendre la tête des cortèges par la violence, mais heureusement elle se fait souvent chasser des manifs. Mais le fait déclencheur a été une récente agression a Sumene village proche de leur fief où ils font régner une certaine terreur depuis plusieurs années.

Alors tout simplement, on s’est dit que c’était trop et que peu importe en ville ou dans les campagnes le racisme et le fascisme n’ont pas leur place et qu’il fallait appuyer la demande de dissolution déjà en cours à la demande de la députée Muriel Ressiguier.

A quelle occasion avez-vous été confronté à l’extrême droite ?
En neuf ans, on en a vu passé. Mais dans une chronologie plus proche on va partir de la mobilisation des Gilets jaunes sur Alès et Nîmes, dans laquelle des petits groupes se sont affirmés, croyant être tranquilles, et ils ont pris la confiance jusqu’à attaquer un cortège de Gilets jaunes lors d’une manif régionale dans le centre-ville d’Alès, où une altercation violente a eu lieu.
Ce jour a été un marqueur fort, car depuis nous maintenons une pression constante sur cette bande de nazillons, tout au moins sur Alès et Nîmes, avec le soutien des antifas nîmois avec qui nous avons créé l’unité antifasciste sur le département du Gard.

Il n’est pas si fréquent d’aller chercher l’extrême droite "à domicile". Avez-vous des relais des contacts sur place ?
Aller les chercher à domicile est essentiel pour nous : le signal envoyer est fort, ils veulent terroriser les gens, les intimider, les frapper, et bien nous on veut répondre, mais pas comme eux : nous venons pacifiquement dans un esprit et une ambiance digne des plus grandes finales de foot, sans violence ni casse. En ce qui concerne le reste de la question concernant de potentiels contacts sur place, peut-être que oui, mais peut-être que non.

Vous associez sur cette date lutte antifasciste et contre-culture festive : Pourquoi ?
Dans un premier temps pourquoi pas lier l’utile à l’agréable ? Mais plus sérieusement le militantisme a plusieurs visages, et souvent les artistes se sentent concernés par cette cause, et c’est leur manière d’exprimer leur colère et de nous partager leurs expériences aussi. De plus, c’est une façon sympa de créer du lien entre les diverses organisations et collectifs régionaux et de passé un bon moment.

Le mot de la fin ?
Si on peut en donner plusieurs on va dire "peace unity and having fun" !

Merci à vous !