Paris : Quand l’Action Française s’essaye au déblocage

Communiqué du Mouvement Inter Lycées Indépendant (MILI) :

Mardi 25 avril, nous apprenons au soir que les vaillants chevaliers royalistes de l’Action Française ont – au cours de la journée – effectué un tractage au lycée Voltaire appelant à s’opposer aux blocus organisés contre les 2 candidats du second tour des élections. Lors de ce tractage, ces lâches se sont permis – à 10 et casqués – de menacer une lycéenne d’un passage à tabac en précisant à plusieurs reprises qu’ils viendraient débloquer le lycée Voltaire jeudi au matin.

Le lendemain, toujours dans une démarche chevaleresque, ils sous-entendent – de nouveau – par message à une autre lycéenne de Voltaire qu’ils seraient là pour apporter des croissants jeudi matin (cf screenshots de la conversation).
De jeunes antifascistes ont alors décidé de s’organiser pour la venue des preux chevaliers à Voltaire. C’est avec une grande surprise qu’ils apprennent que la jeune garde de feu-Louis XVI manque à sa parole pour aller tenter de débloquer le lycée Louis Le Grand, dans leur bien chéri 5ème arrondissement – peut-être se sentaient-ils plus en sécurité. Aussitôt l’information circule et les jeunes antifascistes se dirigent vers le 5ème arrondissement. Arrivés à 7h55 devant le lycée en question, les 7 paladins avaient déjà disparu depuis une quinzaine de minutes, à notre grand désespoir.

C’est alors que nous décidâmes d’entreprendre une visite du quartier pour retrouver nos amis. Sans succès. Ils s’étaient déjà volatilisés, sûrement de retour au Moyen-Age. Entre le mythe sur internet, la vie qu’ils s’inventent et la réalité : il y a un fossé de plusieurs siècles.

Communiqué des lycéens et lycéennes de Louis le Grand

Contre les urnes, ça se passe dans la rue !

Dans cette optique nous avons voulu bloquer Louis-Le-Grand ce matin, mais vers 7h20, 7 membres de l’action française sont venus. Ils étaient matosés et ont repoussé les poubelles que nous venions de placer en chantant "ACTION FRANCAISE" et "ANTIFA AH AH AH".

L’une des élèves s’étant pris des coups par ces fachos et devant l’impassibilité des forces de l’ordre (présentes sur le trottoir d’en face) et de l’administration, nous avons dû nous défendre face à eux. Voyant l’Action française se faire dominer et un de ses membres qui pleurait, les policiers sont enfin intervenus (pour bloquer les lycéen.ne.s) et les fachos sont partis à 7h42.

Contre la banalisation du fascisme, permis par les forces de l’ordre et les institutions, nous appelons à zbeulifier le réel et surtout le quartier latin.

Pour une riposte offensive et deter contre les milices fascistes, Louis Le Grand antifa !