Le 21 mai 2013, Dominique Venner se tirait une balle devant l’autel de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Pour nous, cela a été l’occasion de découvrir, à titre posthume, cet illustre inconnu en dehors des cercles ultra-nationalistes et néo-pétainistes... et de nous réjouir de cette sage quoique tardive décision de débarrasser le plancher.

Quelques dégénérés se réclamant du MAS (mouvement d’action sociale), probablement les mêmes qui s’affichent un jour aux couleurs du GUD, le lendemain avec SOS tous petits et le surlendemain à Lorraine nationaliste, ont trouvé que cet anniversaire valait d’être commémoré en posant une banderole le long de la voie ferrée, en bas de la rue de Verdun à Nancy...

Las, ces imbéciles sont pingres ou alors il ne s’y connaissent pas du tout en bricolage. En fait de banderole ils ont honoré leur héros à l’aide d’une nappe de papier à peine décorée. Une vingtaine d’amiEs et camarades alertéEs de l’indécent affichage ont vite traité l’affaire. " Je suis Dominique Venner " disait le torchon. Eh bien Dominique, on t’a remis là d’où tu n’aurais jamais dû sortir : dans les poubelles de l’histoire !
Bloc Antifasciste Nancy