Calendrier

Sep
21
sam
Angers : Rassemblement Antifasciste
Sep 21 @ 15:00 – 18:00

Angers se trouve à nouveau défigurée par l’existence d’un local fasciste en plein centre-ville.
La bande de cathos-tradis-identitaires qui agit sous le nom d’alvarium retient mal les leçons du passé, même très frais. En 2018, ils avaient tenté de s’implanter avenue Pasteur dans le quartier populaire de Savary. Rapidement tout et tout le monde s’était ligué contre leur projet. Les fascistes étaient vite devenus une source de nuisance sonore tout en multipliant les intimidations envers les voisin.e.s de l’immeuble. Les habitant.e.s du quartier les prenaient régulièrement à partie. Leur façade avait été « redécorée » à de multiples reprises. Stigmatisés, ils rasaient les murs et leur projet mégalo prenait eau de toutes parts. Même leur propagande délirante et hors-sol ne pouvait cacher leur échec à organiser autre chose que des beuveries. Le local n’a pas passé l’année. Ils étaient la risée d’une ville liguée contre eux et dont la mobilisation régulière et déterminée de la population avait pour notre plus grande joie abrégé l’agonie du local.

Malheureusement, riches de leurs relations d’enfants de bonnes familles ils tentent de remettre le couvert, avec un local situé au 31, rue du Cornet, à deux pas de la rue Saint-Laud. D’abord ouvert en catimini, avec une ouverture officielle prévue à la rentrée, le secret a tôt été éventé en partie grâce à la vigilance antifasciste. Ce local peut sembler anecdotique, par rapport à l’actuelle diffusion générale des idées réactionnaires en France et dans le monde, mais c’est le symptôme local d’une montée de l’extrême-droite qu’il est encore temps de combattre.

Cette ouverture est donc une provocation que, comme la précédente, nous ne tolérons pas.

Nous ne pouvons tolérer les discours racistes masqués d’un fin vernis « social ». Nous ne pouvons tolérer que l’extrême-droite se targue de solidarité alors que dans toutes ses actions, elle ne fait que défendre les inégalités. Nous ne pouvons tolérer leurs éternelles sorties sexistes, homophobes, transphobes à longueur de réseaux sociaux.

D’ailleurs, qui peut tolérer une bande qui ne se contente pas de mots et passe régulièrement à l’action ? Qui peut tolérer qu’un François-Aubert Gannat puisse dire à un homme noir « même mon chien est d’une race supérieure » ? Qui peut tolérer une bande qui a couvert la maison de quartier de Belle-Beille de graffitis en soutien au sanglant Bachar-el-Assad ? Dictateur que Jean-Eudes Gannat est allé visiter aux frais de la princesse. Qui peut tolérer de soi-disant maraudes faisant le tri au faciès entre les bons et les mauvais SDFs ? Qui peut tolérer les multiples croix celtiques sur des locaux associatifs comme les Restos du Cœur, sans parler des attaques de réquisitions où vivent SDFs et migrant-e-s ou encore les tentatives d’incendies de locaux associatifs ? Qui peut tolérer ce climat d’impunité ?

Une dernière question : qui sera la prochaine victime de leur haine ?

La possession d’un local est pour eux une question de survie politique. Sans base logistique leur groupe perd une grosse partie de sa capacité de nuisance. Il faut donc mettre un terme rapide à son existence.

Nous n’attendons pas grand-chose des institutions locales. La majorité municipale se montre complaisante avec l’extrême-droite et compte toujours en son sein des élus proche de la Manif pour tous. Mais nous savons aussi qu’une forte mobilisation peut mettre tout ce petit monde devant ses responsabilités. A l’approche des municipales, il importe que soient mis bas les masques.

Quant à nous, plutôt que dans les urnes, nous pensons que l’extrême-droite se combat avant tout dans nos rues, sur nos lieux de travail, dans toutes les activités et lieux qui font notre quotidien.

Nous n’attendrons donc pas une prochaine victime.

Parce qu’à Angers l’extrême-droite s’est toujours heurtée à une mobilisation populaire déterminée, nous appelons à un rassemblement, samedi 21 septembre, à 15h, place du pilori.

L’antifascisme c’est l’affaire de tou.te.s !
Fermons le cagibi qui sert de repaire à l’alvarium !
——————————
Signataires de l’appel :
Pas Sans Nous 49 – Union Communiste Libertaire 49 – Solidaires 49 – Collectif Émancipation – Cercle 49
——————————
Appellent au rassemblement :
CNT 49

Nov
13
mer
2005 : Timur, jeune antifasciste russe, est assassiné par des néo-nazis
Nov 13 Jour entier

Timur Kacharava

Le 13 novembre 2005, Timur Kacharava, un jeune musicien de 20 ans, a été attaqué au couteau devant une librairie, par une dizaine de néonazis qui connaissaient son nom. Sous les yeux de son ami Maxim avec qui il revenait d’une action de Food Not Bombs, il a succombé à ses nombreuses blessures, avant qu’arrive l’ambulance. Maxim, blessé lui aussi, a survécu, mais il reste traumatisé, d’autant que la police lui a demandé de témoigner à visage découvert contre les agresseurs de Timur, sans aucune garantie. Aujourd’hui, les meurtriers de Timur ont été arrêtés, jugés et condamnés grâce au soutien des antifascistes.

L’assassinat de Timur est le premier d’une série de meurtres à caractère anti-antifasciste visant les activistes de la scène antifa radicale russe. Par la suite, les actions de pressions psychologiques anti-antifascistes se sont multipliées : ce sont des graffitis, des autocollants ou encore des messages postés sur Internet, qui appelaient au meurtre des militants antifascistes, avec les noms et les adresses des personnes visées.

Mar
17
mar
Russie : meurtre d’Alexeï Krylov
Mar 17 Jour entier

Le 16 mars 2008, à la sortie d’une station de métro située dans le centre de Moscou, un groupe de skinheads néonazis armés de couteaux ont attaqué cinq personnes qui se rendaient à un concert punk hardcore. Un punk de 21 ans, Alexeï Krylov, a succombé à de multiples blessures avant que l’ambulance arrive sur les lieux de l’attaque. Par la suite, on a appris que le meurtre avait été planifié sur un site de hooligans du Spartak de Moscou.

Avr
7
mar
2006 : Samba, militant antiraciste, tué par des néonazis russes
Avr 7 Jour entier

Samba Lampsar, un étudiant originaire du Sénégal, qui militait dans une ONG antiraciste, a été tué le 7 avril 2006 à  Saint-Pétersbourg par des hommes qui l’attendaient à la fin d’une soirée en discothèque qui célébrait l’amitié interculturelle entre Russes et étrangers. Les agresseurs attendaient les étudiants africains, embusqués sous une porte cochère : ils se sont précipités en hurlant des slogans nazis, les étudiants sont partis en courant, pris de panique. Un coup de feu est parti, l’homme qui a tiré sur Samba Lanpsar s’est enfui après avoir abandonné son arme, sur laquelle était gravée une svastika. Les médias se sont emparés de l’affaire, et l’enquête de police (au sujet de l’arme) a conduit à un certain Dimitri Borovikov, qui dirigeait un groupuscule skinhead néonazi, Madcrowd.

Avr
16
jeu
2006 : l’antifa russe Sacha Ryuhin est assassiné
Avr 16 Jour entier

Le 16 avril 2006, Sacha Ryuhin (19 ans) a été assassiné par plusieurs skinheads néonazis alors qu’il se rendait à un concert de What We Feel à Moscou. Trois de ses agresseurs ont été arrêtés : ils ont été inculpés de hooliganisme, malgré leur appartenance à des groupes d’extrême droite violents. Les autres, qui n’ont pas été arrêtés, sont inculpés de meurtre.

Ni oubli, ni pardon !

Juin
19
ven
2004 : assassinat de l’antifasciste russe Nikolaï Guirenko
Juin 19 Jour entier

Le 19 juin 2004, Nikolaï Guirenko, un éminent défenseur des droits de l’homme et spécialiste de la lutte contre la discrimination et le racisme en Russie, est tué par balles à travers la porte de son domicile, après que ses agresseurs se sont assurés que c’est bien lui qui est de l’autre côté de la porte. Ce chercheur, président de la Commission des droits des minorités de l’union scientifique de Saint-Pétersbourg a régulièrement alerté l’opinion sur les groupes néonazis et skinheads sur lesquels il a réalisé plusieurs études en direction des pouvoirs publics ; il a été cité en tant qu’expert lors des procès contre les auteurs d’agressions ou d’attentats racistes et a permis parfois une qualification comme telle des actes en question. C’est en tant qu’expert antifasciste qu’il a été assassiné.

Sep
10
jeu
1973 : assassinat de Salvador Allende
Sep 10 Jour entier

Salvador-AllendeLe 11 septembre 1973, Salvador Allende est assassiné, pendant le coup d’état, soutenu et orchestré par les Etats Unis, qui porte au pouvoir la dictature du général Augusto Pinochet. Comme l’Amérique Latine dans son ensemble, le Chili est dans l’oeil du cyclone, dont l’épicentre est Washington. Pas question, pour Uncle Sam, de risquer un rapprochement avec l’Union Soviétique, et un nouveau Cuba.

L’influence américaine sur toute l’Amérique Latine, cependant, est bien antérieure à la Guerre Froide. Dès 1823, la doctrine Monroe proclame l’indépendance politique des Etats Unis en refusant toute ingérence politique et militaire européenne sur le continent américain… tout en posant les jalons d’un interventionnisme des Etats Unis, dans les affaires de tous les états des Caraïbes et du Sud du Rio Grande…

Lire la suite sur le site La Contre-Histoire

Sep
17
jeu
2013 : meurtre de Pavlos Fyssas aka Killah P
Sep 17 Jour entier
Paris

Paris

Pavlos Fyssas, plus connu sous le nom de Killah P, un rappeur grec engagé dans le mouvement antifasciste, a été attaqué peu après minuit ce mercredi 18 septembre par un groupe d’une vingtaine de néonazis, alors qu’il se trouvait devant un café à Amfiali, un quartier populaire du Pirée : après un début de bagarre, Killah P et ses trois amis auraient réussi à échapper à leurs agresseurs, avant d’être bloqués par une voiture : le conducteur serait alors descendu et aurait poignardé le rappeur à trois reprises dans la poitrine. Killah P est décédé à l’hôpital des suites de ses blessures. Le meurtrier présumé, qui serait connu comme membre de l’Aube dorée, aurait été arrêté par la police.

Lire la suite

Nov
13
ven
2005 : Timur, jeune antifasciste russe, est assassiné par des néo-nazis
Nov 13 Jour entier

Timur Kacharava

Le 13 novembre 2005, Timur Kacharava, un jeune musicien de 20 ans, a été attaqué au couteau devant une librairie, par une dizaine de néonazis qui connaissaient son nom. Sous les yeux de son ami Maxim avec qui il revenait d’une action de Food Not Bombs, il a succombé à ses nombreuses blessures, avant qu’arrive l’ambulance. Maxim, blessé lui aussi, a survécu, mais il reste traumatisé, d’autant que la police lui a demandé de témoigner à visage découvert contre les agresseurs de Timur, sans aucune garantie. Aujourd’hui, les meurtriers de Timur ont été arrêtés, jugés et condamnés grâce au soutien des antifascistes.

L’assassinat de Timur est le premier d’une série de meurtres à caractère anti-antifasciste visant les activistes de la scène antifa radicale russe. Par la suite, les actions de pressions psychologiques anti-antifascistes se sont multipliées : ce sont des graffitis, des autocollants ou encore des messages postés sur Internet, qui appelaient au meurtre des militants antifascistes, avec les noms et les adresses des personnes visées.

Mar
17
mer
Russie : meurtre d’Alexeï Krylov
Mar 17 Jour entier

Le 16 mars 2008, à la sortie d’une station de métro située dans le centre de Moscou, un groupe de skinheads néonazis armés de couteaux ont attaqué cinq personnes qui se rendaient à un concert punk hardcore. Un punk de 21 ans, Alexeï Krylov, a succombé à de multiples blessures avant que l’ambulance arrive sur les lieux de l’attaque. Par la suite, on a appris que le meurtre avait été planifié sur un site de hooligans du Spartak de Moscou.