En ce début novembre, un camp d’un genre particulier a eu lieu dans la région. En effet, l’abbé Matthieu Raffray, une figure de la fachosphère catholique intégriste, organisait un camp "Hussards" à destination de jeunes hommes de 16 à 23 ans. Le collectif antifasciste d’Orléans s’est penché sur cet événement, en collaboration avec la Horde.


Le camp reposait sur 4 mots d’ordre : « formation, action, amitié, prière », qui sont ceux du Mouvement de la jeunesse catholique de France, proche de la Fraternité Saint-Pie X (FSPX), où Raffray a milité dans sa jeunesse et qui lui sert visiblement de modèle (le MJCF a fêté ses 50 ans cet été). En fait, c’était surtout chants franchouillards, gants de boxe et coup de fusil, comme on le verra un peu plus loin.

Qui est Matthieu Raffray ?

Matthieu Raffray, un croisement entre Jason Statham et Benito Mussolini, sous la soutane de Don Camillo !

Né en 1979 dans une famille catholique de neuf enfants, Matthieu Raffray a été ordonné prêtre en 2009 et il est membre de l’Institut du Bon Pasteur, dont il a été nommé cet été assistant du supérieur général. Cet institut, directement lié au Saint-Siège, a été fondé en 2006, à la suite de la rencontre de Benoît XVI et de la FSPX, le pape de l’époque souhaitant une normalisation des relations entre l’église et le mouvement intégriste [1]. Il est dirigé par l’Abbé Laguérie, ex-membre de la FSPX, connu pour avoir été des années durant le curé de la paroisse lefebvriste parisienne de Saint-Nicolas du Chardonnet, lieu de rencontre bien connu de l’extrême droite parisienne, et plus récemment, pour avoir baptisé un des enfants de l’humoriste antisémite Dieudonné, avec Jean-Marie Le Pen comme parrain.
Le secrétariat central de l’institut du Bon Pasteur se trouve depuis 2013 à Courtalain, où s’est déroulé le camp "Hussards".

Raffray, entre tradition et modernité.

Docteur en philosophie et spécialiste du thomisme, Raffray est chargé de la formation des prêtres à l’université Saint-Thomas-d’Aquin à Rome. Pourtant, ce n’est pas pour sa glose qu’il s’est fait un nom sur les réseaux sociaux, mais plutôt pour son virilisme et son goût des armes : hashtag #bagarrebagarrepriere (tout un programme), appels à « croisader » et à défendre « un catholicisme viril », Raffray aime aussi prendre des poses martiales, souvent une arme à la main :

C’est que pour Raffray, comme il l’a dit sur la webTV d’extrême droite TV Libertés, il regrette que le catholicisme soit devenu la religion de « l’abus des sentiments » (qui ne doivent selon lui s’exprimer que dans la sphère privée, enfin du moins pour les hommes, les vrais), du « Jésus bisounours », alors que « le christianisme ce sont les croisés, les chevaliers du Moyen-Âge, les missionnaires »…

De gauche à droite : Martial Bild, Matthieu Raffray et Baptiste Marchais, trois incarnations de ce que devrait un homme, un vrai… Ah ben non peut-être pas en fait.

Le catholicisme avec du poil autour

Le youtubeur haltérophile à moustache Baptiste Marchais, qui était aussi présent sur le camp, expliquait sur TV Libertés, cet été, que si les gens se détournaient du catholicisme, c’est qu’il apparait comme « un truc de faibles », qu’il faudrait « en changer l’image », et que c’est pour ça qu’il s’est rapproché de Raffray. Dans la même émission, notre abbé prône en effet la « virilisation [2] du catholicisme », car « la force est une vertu ».

Pas étonnant, du coup, de voir au programme de son camp « Hussards », non seulement du renforcement musculaire, du footing, de la boxe mais aussi des entraînements au maniement d’armes à feu. Organiser la cohésion d’un groupe de jeunes autour de valeurs virilistes et de chants franchouillards : de quoi donner envie à des jeunes un peu perdus de se radicaliser.

Une réunion en non-mixité au camp des Hussards.

On vous laisse imaginer le scandale médiatique si des musulmans organisaient un tel camp en France : ce serait une intervention du GIGN en direct sur TF1. Mais avec un brave curé qui appelle à retrouver l’esprit des croisades, aucun souci.
Soyons justes, il y avait bien aussi de la formation, avec deux conférences. La première était assurée par Victor Aubert, président et fondateur d’Academia Christiana, qu’on avait vu nous faire un petit salut fasciste lors d’une « Manif pour Tous » parisienne en 2016 :

Academia Christiana est un association national-catholique, créée en 2013, dont l’objet est l’organisation de formations et conférences à destination des jeunes nationalistes : elles ont eu lieu pour la plupart à l’Institut Croix-des-Vents, école privée hors-contrat gérée par la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, une dissidence de la Fraternité Saint-Pie X, mais aussi chez les Identitaires (à l’Yggdrasil, à Rouen, par exemple). Normal, puisque le néofasciste Julien Langella, l’un des fondateur de Génération identitaire, est le vice-président d’Academia christiana.

Victor Aubert, tout à droite, en veste de chasse autrichienne : prêt pour les activités de plein air !

Parmi les intervenants, on compte plusieurs figures de diverses formations d’extrême droite, de Béatrice Bourges (La Manif pour Tous) à Renaud Camus, théoricien du « grand remplacement », en passant par le NR Arnaud Derville et… Martial Bild, de TV Libertés. Matthieu Raffray, bien entendu, en a fait également partie : à l’extrême droite, on tourne en circuit fermé !

Raffray intervenant lors de l’un des camps d’été d’Academia Christiana.

La deuxième conférence était animée par Christopher Lannes, un youtubeur de "réinformation" qui anime une émission de vulgarisation historique sur TV Libertés et a lancé une "école de formation" en ligne sur l’Histoire, pour l’instant dans l’indifférence générale.

Christophe Lannes, Matthieu Raffray et Baptiste Marchais lèvent le coude pour une France à leur image : ça fait pas vraiment envie…

A l’arrivée du week-end, les familles des jeunes et d’autres fafs locaux ont pu rejoindre le lieu. Parmi eux, Yves Alphé, alias Goldofaf, un rappeur d’inspiration néonazie et ancien militant du Renouveau Français, reconverti depuis dans les pompes funèbres à Orléans.

Yves Alphé lors d’une soirée du camp de Raffray : en dépit d’une absence totale de talent, Goldofaf ne peut malheureusement pas s’empêcher de pousser la chansonnette…

Au même moment, sur Ouest Casual, le canal préféré des groupes affinitaires néonazis, une photo d’un groupe se revendiquant d’Orléans, datée du 6 novembre, dans un cadre similaire aux photos de la veillée du samedi soir entre cathos intégristes, a fait son apparition. Difficile de savoir si ce sont les mêmes qui prennent la pose, mais la coïncidence est troublante…

L’organisation de ce genre de stage mélangeant religion, politique et entraînement aux armes est assez inquiétant, d’autant que la période est marquée par un redoublement des attaques et agressions d’extrême droite. À l’heure où les idées islamophobes et racistes occupent l’espace médiatique à travers Zemmour et sa propagande autour d’un grand remplacement fantasmé, voir un abbé intégriste préparer et appeler ses petits soldats à la croisade, interpelle, pour le moins. Sous une illustration d’une photo d’un camp de Hussards datant de juillet, l’abbé Matthieu Raffray écrit : « rien de tel qu’un feu et des chants traditionnels. C’est notre identité, notre culture, notre race ! » Sans commentaires…

Collectif antifasciste Orléans, en collaboration avec la Horde

Notes

[1Mr Lefebvre avait en son temps ordonné des prêtres tradis sans autorisation des autorités de l’Eglise, ce qui lui avait valu, ainsi qu’à ses disciples, d’être excommuniés

[2Pour l’anecdote, la virilisation est un trouble hormonal chez une femme des caractères sexuels secondaires masculins : bref, l’idéal de Raffray, c’est la Sainte-Vierge avec une barbe, ce qui n’est pas un problème pour nous, mais peut-être pas exactement ce qu’il voulait dire.