À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine

20 octobre 2020 28 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Voici quelques éléments sur celui qu’on soupçonne d’avoir mené campagne contre Samuel Paty, l’enseignant décapité dans les Yvelines le week-end dernier, en particulier sur ses fréquentations antisémites.

Il y aurait beaucoup à dire sur la pertinence des caricatures publiées par Charlie hebdo et sur la façon dont la liberté d’expression peut être abordée en classe, mais rien ne peut évidemment ni justifier ni excuser le meurtre qui s’est déroulé samedi à Conflans-Sainte-Honorine. Bien que l’on sache par avance comment cette agression mortelle va être instrumentalisée, en particulier dans les rangs des islamophobes médiatiques et politiques, pour tirer à boulets rouges sur les réfugiés et sur les musulmans en général, ce meurtre montre aussi à quoi peut aboutir l’activisme politique de personnalités islamistes.

Thais d’Escufon (Génération identitaire) et Abdelhakim Sefrioui : une même utilisation des réseaux sociaux pour attiser la haine…

Car l’assassinat particulièrement sordide de Samuel Paty par un jeune Tchétchène de 18 ans, qui a revendiqué son geste par écrit, a ceci de particulier qu’il s’inscrit dans un contexte d’agitation politique locale, et pas seulement suite à une « radicalisation » d’un individu isolé.

Si la sidération face à cet acte est la même que pour d’autres attaques du même type et qu’il était difficile de l’anticiper, les choses s’étant brutalement accélérées par le biais des réseaux sociaux, il est clair qu’il n’est pas « venu de nulle part », mais qu’il est bien la conséquence d’une campagne menée publiquement contre l’enseignant par d’autres individus, dont pour le moment on ne sait pas s’ils étaient ou non en contact avec l’assaillant.

Dès hier, dans la presse, un nom apparait : celui d’Abdelhakim Sefrioui. Dans plusieurs journaux, comme Marianne ou L’Express, un portrait visiblement de source policière circule, rappelant le parcours de cet ancien président de l’association culturelle des musulmans des Ulis et trésorier du « conseil des imams de France », puis actif dans le comité de soutien à la candidature présidentielle de Dieudonné en 2007, dans des manifestations en soutien à la Palestine, derrière le collectif Cheikh Yassine qu’il a fondé le jour de l’assassinat du fondateur du Hamas en mars 2004.

L’individu n’est pas un inconnu des antifascistes, et les camarades du site REFLEXes, qui avait déjà parlé du personnage il y a quelques années, nous l’ont rappelé. Dans la foulée de la création du collectif Cheikh Yassine, et donc de la décision d’instrumentaliser le soutien au peuple palestinien à des fins prosélytes, Sefrioui crée également en 2005 le « Comité sur le Génocide en Palestine », avec deux soutiens indéfectibles de la cause négationniste, Ginette Hess Skandrani et Mondher Sfar, animateurs de l’association Entre la Plume et l’Enclume.

Outre la publication de brochures, ce comité organise également des rassemblements, les derniers samedis de chaque mois. Le samedi 26 octobre 2006, Sefrioui invite le suprémaciste noir Kémi Seba à prendre la parole.

Ce dernier, avec sa Tribu Ka, est encore, dans les milieux antisémites, tout auréolé de ses provocations dans le quartier du Marais ; on se souvient pour notre part de son soutien à Youssouf Fofana, le kidnappeur tortionnaire du jeune Ilan Halimi, assassiné parce qu’il était Juif.

L’opportunisme de Sefrioui ne s’arrête pas là. Gérant d’une librairie religieuse à Paris, il voit, au lendemain des émeutes de 2005, dans le rapprochement avec Dieudonné, une opportunité de se rapprocher de la jeunesse des quartiers populaires, au sein de laquelle le comique bénéficie alors d’un certain crédit. Ainsi, à la même époque, il se rapproche de Dieudonné, non seulement en rejoignant son comité de soutien en 2007, mais aussi en l’introduisant dans les sphères islamistes : ainsi, c’est Sefrioui qui accompagne Dieudonné lors des journées de l’UOIF au Bourget en 2006.

Dieudonné aux journées de l’UOIF en 2006, accompagné de Sefrioui.

C’est lui aussi qui lui permet de s’inviter dans les mobilisations de soutien au peuple palestinien, très importantes à cette époque, généralement relégué en fin de cortège car les antisémites n’y étaient pas les bienvenus, du moins pour les organisateurs. 

Parfois, c’est avec d’autres antisémites que Sefrioui poursuit son action, par exemple avec le Parti des Musulmans de France (PMF), lors de la manifestation du 31 décembre 2008 contre l’opération Plomb durci menée dans les territoires palestiniens.

Le PMF, dont l’objectif affiché était de « libérer les Musulmans de France » de l’influence du parti socialiste jugé « sionisé », a été fondé en 1997 par Mohamed Ennacer Latrèche, qui s’est fait connaitre en 2003 en se rendant en Irak accompagné du leader du groupuscule néonazi belge Nation, ainsi que quelques nationalistes-révolutionnaires français, pour jouer les « boucliers humains ». Il est également proche du négationniste Serge Thion, et a co-publié avec Ginette Skandrani le Manifeste (judéo-nazi) d’Ariel Sharon, un document volontairement falsifié et faussement attribué au premier ministre israélien.

À la même période, en janvier 2009, lors d’une nouvelle manifestation pour Gaza, dans le cortège du Collectif Cheick Yassine, on a pu voir Dieudonné et Ginette Skandrani accompagnés de deux figures du GUD « historique », proches de Marine Le Pen.

Le premier, Frédéric Chatillon, a souvent servi de prestataire pour le Front national, pas toujours dans le respect de la loi puisqu’il a même été condamné pour cela[1]. Le second, Axel Loustau[2], est actuellement un élu du Rassemblement national dans les Hauts-de-Seine. Selon le site REFLEXes, Dieudonné a été invité durant cette manif à venir prendre la parole sur le camion-sono du Collectif Cheikh Yassine par Nelly Leboucher, l’épouse d’Abdelhakim Sefrioui. On retrouvera d’ailleurs Chatillon et Skandrani l’année suivante, toutes bises dehors, lors d’une manif de soutien au régime de Bachar al Assad.

En raison de la présence encombrante de Soral aux côtés de Dieudonné, le collectif Cheikh Yassine va s’éloigner pour un temps de la clique d’Égalité & Réconciliation. Pourtant, on retrouve des militants du collectif Cheikh Yassine en lien avec Joss Elise, le garde du corps de Dieudonné, en particulier lors des multiples procès, par exemple celui du 22 septembre 2009, où Dieudonné est co-accusé avec Robert Faurisson.

Déjà, en 2005, Sefrioui était venu soutenir son ami Dieudonné…

Ces militants auraient même été à l’origine d’une mystérieuse et fantomatique « Ligue de Défense Musulmane », réponse à la Ligue de Défense juive, une organisation d’extrême droite responsable de nombreuses agressions, en particulier contre des initiatives pro-palestiniennes. Il est d’ailleurs arrivé que Sefrioui se vante d’avoir aidé des militants de Génération Palestine, aux antipodes de ses positions antisémites, face aux menaces de la LDJ : pure invention, puisqu’au contraire les militants du collectif Cheikh Yassine se sont faits refouler du CICP, la maison des associations où se déroulait la soirée.

En décembre 2009, Sefrioui est invité à s’exprimer dans le film documentaire plutôt complaisant réalisé par Francesco Condemi et Béatrice Pignède (aujourd’hui décédée), « Sans forme de politesse : regard sur la mouvance Dieudonné ».

Sefrioui en photo à droite du titre. On reconnait également Alain Soral, Marc George, Ginette Skandrani…

Sefrioui y défend alors une certaine liberté accordée à l’humour, précisant même qu’on « rit de tout sans que cela pose le moindre problème », qu’« il n’y a aucun sacré dans le monde du rire ». Un sens de l’humour accordée par Sefrioui à l’antisémitisme de Dieudonné, mais qui n’est visiblement plus de mise lorsqu’il s’agit de caricatures du prophète de l’islam…



Enfin, en 2010, le collectif Cheikh Yassine fait encore parler de lui en tentant une opération de récupération à son profit de la CIAP (Coordination interassociative pour la Palestine) et de la campagne BDS, heureusement sans succès : puis, la mobilisation de soutien à la Palestine s’essoufflant,  nous n’avons plus entendu parler de lui… 

Le 31 mai 2010, lors du rassemblement de protestation contre le raid israélien contre la flottille pour Gaza, Sefrioui prend la parole.

Ces alliances en apparence contre-nature entre extrême droite et islamistes ne datent pas d’hier. Dans l’ouvrage collectif La Galaxie Dieudonné ((Certaines informations du présent article en sont tirées.)) les auteurs, militants antifascistes, rappellent que sous Vichy, en France, Mohamed El-Maadi, ancien membre de la Cagoule, avait fondé une revue en langue arabe, El-Rachid, pour diffuser propagande antisémite et appel à une alliance islamo-nazie. Plus récemment, au début des années 2000, c’est donc principalement autour de Dieudonné et des mobilisations en soutien au peuple palestinien que ces rapprochements se sont opérés, toujours avec l’antisémitisme comme ciment, et en toile de fond un terrain à conquérir, celui des banlieues.

D’autant que depuis quarante ans, les gouvernements de droite comme de gauche ont pu mener des politiques « d’appel à l’imam » en préférant, surtout lorsque la tension monte, privilégier ce type d’interlocuteur, plutôt que des associations de quartier exigeant des moyens, ou des initiatives politiques autonomes revendiquant une véritable citoyenneté et l’égalité des droits pour les habitant·e·s des quartiers populaires et la reconnaissance du racisme issu du passé colonial du pays. En favorisant de cette façon le repli identitaire, l’État a pu dans un premier temps neutraliser une contestation gênante, mais il a ainsi sa part de responsabilité dans l’émergence de groupes politico-religieux.

La Horde

  1. Mis en examen en 2015 pour financement illégal de parti politique, il est condamné en 2019 à une peine de trente mois de prison dont dix ferme et 250 000 euros. Il évite la prison en portant un bracelet électronique. []
  2. Lui aussi mis en examen lmais pour « escroquerie » dans le cadre du financement de Jeanne, le micro parti de Marine Le Pen, il a été relaxé en juin 2020. []

28 commentaires »

  1. Jean-Pierre Gault 7 novembre 2020 at 16:44 - Reply

    Enfin quelqu’un qui pense comme moi dans un site ami les dessins de Charlie sont vraiment de la merde. Je me sens moins seul.

  2. Bueno 5 novembre 2020 at 18:14 - Reply

    Bien sur, tout le monde est d accord (ou presque) pour dire que la religion musulmane n à rien à voir avec les intégristes musulmans.
    Mais en même temps il faut bien reconnaitre que la religion musulmane est très machiste. Mais peu de politique peuvent le dire à haute voix car ils seraient traités de fascistes ou racistes

    • La Horde 7 novembre 2020 at 09:38 - Reply

      Le sexisme et le machisme est tout autant présent dans les religions chrétienne et juive… Relis la Bible !

  3. nada 31 octobre 2020 at 00:04 - Reply

    ‘Il y aurait beaucoup à dire sur la pertinence des caricatures publiées par Charlie hebdo’

    C’est terrible de lire ça… Quel manque de cohérence, et quel manque de courage. Comment a-t-on pu en arriver là ?

    • La Horde 31 octobre 2020 at 08:47 - Reply

      Peux-tu expliquer en quoi, à l’heure où toute critique de Charlie Hebdo est considérée comme un signe d’allégeance à l’islamisme, c’est manquer de courage que de prendre ses distances avec le racisme latent de ces caricatures ?

      • nada 31 octobre 2020 at 19:38 - Reply

        Ces caricatures ne sont pas racistes, elles visent une religion, pas une population. Un journal est proposé à la vente, nul n’est obligé de l’acheter. Que dire des textes religieux, racistes et belliqueux, et de l’état de catalepsie de ses supposés adversaires ?

        • La Horde 2 novembre 2020 at 17:21 - Reply

          Pas racistes ? Voici une liste de « une » de Charlie relevées par Pierre Tevanian sur son site les Mots sont importants : amalgamer le prophète des musulmans (et donc l’ensemble de ses fidèles) à un terroriste, en le figurant surarmé, le nez crochu, coiffé d’un turban en forme de bombe ; animaliser une syndicaliste musulmane voilée en l’affublant d’un faciès de singe; imaginer « le petit Aylan », enfant de migrants kurdes retrouvé mort en méditerranée, « s’il avait survécu » devenu « tripoteur de fesses en Allemagne » (suite à une série de viols commis à Francfort) ; fantasmer une « islamisation » en forme de « grand remplacement », en montrant un musulman barbu dont la barbe démesurée envahit toute la page de Une, malgré un minuscule Macron luttant « contre le séparatisme » ; représenter ce même Macron, déclarant que le port du foulard par des femmes musulmanes « ne le regarde pas » tandis que le reste de la page n’est occupé que par des femmes voilées, avec une légende digne d’un tract d’extrême droite : « La République islamique en marche »… Si tu ne vois pas de racisme là dedans, tu n’en vois peut-être pas non plus dans les propos d’un Zemmour ou d’un chroniqueur de CNews… Précisons que cette critique nécessaire des dessins de Charlie n’est pas extensible à Samuel Paty qui n’a fait que les utiliser, et ne justifie en rien bien entendu ni son assassinat, ni le massacre des dessinateurs de Charlie. Mais aujourd’hui, cette critique n’est plus possible, et dénoncer le racisme où qu’il soit revient à être assimilé à l’islamisme ou au terrorisme, ce qui est, tu le reconnaîtras, très inquiétant.

          • Ilyana 3 novembre 2020 at 01:25 -

            Tévanian, cité par La Horde dans les commentaires de cet article, est un compagnon de route des très antisémites “Indigènes de la République” (qui ne figurent toujours pas sur la cartographie de l’extrême droite de La Horde après toutes ces années !). Il a également défendu Dieudonné et entrepris un travail de falsification de Marx (quoi que l’on puisse penser de son discours sur la religion) : https://blogs.mediapart.fr/germinal-pinalie/blog/100613/les-mots-de-marx-sont-importants-sur-la-haine-de-la-religion-de-pierre-tevanian

          • La Horde 4 novembre 2020 at 20:16 -

            On peut ne pas être d’accord avec l’analyse de Tévanian sur Marx, mais on note que tu te gardes bien de citer tes sources pour le reste, car tu serais obligé de faire référence à des gens comme Pierre-André Taguieff ou Caroline Fourest ou le Cercle des Volontaires… Sous-entendre que Tévanian est antisémite comme tu le fais, c’est tellement stupide que ça ne donne pas envie de te répondre.

  4. Militant anonyme 29 octobre 2020 at 00:28 - Reply

    Merci !

    Y’a 15 ans, j’ai t’ai à la CNT, à l’époque lors d’une manif anti-bombardement au Liban, j’avais bien remarqué Latrèche du PMF. Bien sûr que ça avait choqué mes convictions politiques d’alors, mais passons…. bref :

    Ces ordures s’incrustent et franchement, depuis j’ai laissé tombé mon syndicat CGT :o)))))

    La CNT (anarcho-syndycalistes), c’est “de la gauche” nettement plus sérieuse….

  5. Grabotte 22 octobre 2020 at 16:37 - Reply

    N’oublions pas non plus l’accueil fait par Nasser en Egypte aux criminels nazis après la seconde guerre mondiale et le rôle de l’Egypte et notamment du grand Mufti dans la diffusion des Protocole des Sages de Sion.La source de l’antisémitisme arable moderne.
    excellente série sur l’histoire de la diffusion des Protocoles dans La Série Documentaire sur France Culture (podcast), invité : Pierre André Taguieff.

  6. ashraf 21 octobre 2020 at 01:54 - Reply

    “une chose à rappeler : le mouvement anarchiste à eu un grand caricaturiste, Jossot. Au point que l’on s’en souvienne encore.”
    Qu’on s’en souvienne encore mais pas tant que ça.
    Pour mémoire, Jossot s’est longuement converti à l’Islam comme d’autres libertaires de son époque (Lidia Ravera). Il a fini par en démordre (sans jamais renier cette expérience) , mais ses carricatures ont toujours été exclusivement tournées contre la religion catholique dominante.

  7. Six 21 octobre 2020 at 00:44 - Reply

    Si nous voulions continuer à énumérer les tentatives d’instrumentalisation du pathétique Sefrioui nous pourrions aussi évoquer l’affaire Said Bouararach, ce vigile marocain assassiné Le 30 mars 2010.
    La famille avait réussi à tenir éloignée le collectif Cheik Yassine qui tentait de mettre la main sur la mobilisation. Une vidéo avait été faite à l’époque
    https://www.dailymotion.com/video/xcwqfa

  8. Jépalu 20 octobre 2020 at 23:58 - Reply

    Il y a une chose qui m’agace à gauche. C’est cette image du bon sauvage apposée à ce qu’elle considère exotique. Elle est tout aussi réductrice que celle du barbare en nous niant notre libre-arbitre et nous appliquant votre morale.

    La communauté musulmane en France est multiple. Cela ne veut pas dire qu’elle ne peut pas être influencée en partie par des réactionnaires comme ceux de l’article.

    J’ai grandi dans une famille musulmane et je vis toujours dans un quartier mixte. Les réflexes antisémites, homophobes et sexistes sont monnaie courante. Au lieu de s’y attaquer de front, beaucoup préfèrent jouer les autruches. C’est un abandon.

    Quel poids aurait l’Eglise à l’heure actuelle si les anti-cléricaux du XIX et XXe siècles avaient appliqué la même stratégie ?

    • Tomas 30 octobre 2020 at 00:20 - Reply

      Vous avez bien raison d’être agacé par ce racisme cordial d’une certaine gauche qui est à la limite plus plus pernicieux que le vrai racisme.
      Les libres penseurs et les anarchistes du XIXe siècle contribuèrent effectivement à libérer les Français de l’emprise de l’Eglise catholique.
      Mais dans la France des années 2000, la situation est différente. Le clergé musulman n’encadre pas toute la population française, et que je sache, son influence sur la communauté musulmane n’est pas comparable avec l’emprise qu’exerçait le clergé catholique avec 1905, voire avant 1960. Les Musulmans sont encore largement absents des cadres politiques, militaires, administratifs, économiques et médiatiques de la nation et la société françaises.
      C’est pourquoi cette apologie du blasphème et de la laïcité, jointe à l’existence (récente) d’un outrage au drapeau et à l’hymne national, dans le débat politique français, me dérange un peu. Marginalisées économiquement, discriminées dans leur accès à un emploi et à un logement, brutalisées par la police, voyant leurs pays d’origine victimes d’un ordre international injuste, les différentes communautés musulmanes n’ont pas besoin de cette stigmatisation supplémentaire qui se déchaîne désormais sans frein sur les plateaux télé et sur Internet. Cela ne fera que retarder la victoire de leurs éléments éclairés sur les obscurantistes religieux, phalllocrates, antisémistes, racistes et homophobes. Le combat pour l’acceptation des différences devra être conduit dans la durée, par petites touches et surtout par nous-mêmes, tous, l’Etat étant incapable de régler un problème que son ordre injuste à largement contribué à créer, ce qui n’était pas le cas de l’ordre clérical d’antan contre lequel il s’était justement largement construit. D’un point de vue tactique, en outre, la stigmatisation excessive de l’obscurantisme islamiste profite surtout aux fascistes, ce qui n’est pas dans notre intérêt. Ce sont des messages comme celui de cet article, équilibré et nuancés mais au message clair, et leur large diffusion, qui feront à terme bouger les lignes.

      • La Horde 30 octobre 2020 at 16:56 - Reply

        D’autant qu’il n’existe pas de clergé musulman, justement.

        • Tomas 31 octobre 2020 at 08:39 - Reply

          Oui merci, juste remarque, je rectifie donc en remplaçant “clergé musulman” par les “différentes associations religieuses musulmanes”.
          Ce n’est pas un détail car justement, il me semble que derrière la politique gouvernementale visant à créer un “islam de France”, il y a la volonté de créer un interlocuteur unique qui encadrerait tous les croyants de la communauté.
          Entreprise vouée à l’échec.

  9. ngr72913 20 octobre 2020 at 23:12 - Reply

    Il faut vraiment avoir un probléme d’analyse poltilique antiraciste pour ne voir aucun probléme avec les caricature publié dans charlie.
    leur première publication s’est faite dans un journal conservateur. sous d’égides d’un proche des néocnonservateurs US. et le principal dessinateur a accepté de se retrouvé à un meeting d’extrême droite en 2008.
    Il semble que le débat sur la liberté d’expression et du droit de faire des caricature soit surtout une stratégie raciste de la droite. Les fascistes sont les alliées des islamistes

  10. Amine Bennani 20 octobre 2020 at 18:51 - Reply

    Le Hamas est une organisation terroriste

    Ils pratiquent l’usage massif de la torture contre les palestiniens eux-meme.

    https://www.lemonde.fr/international/article/2018/10/23/un-rapport-denonce-la-pratique-systematique-de-la-torture-par-les-forces-de-securite-palestiniennes_5373212_3210.html

    Il a toujours eu un lien entre islamistes et extreme-droite, notamment la galaxie autour de Alain Soral

  11. Touffany 20 octobre 2020 at 13:42 - Reply

    Il n’y a pas d’alliance contre nature entre extrême-droite et islamistes (par contre il en existe une quand, comme le 10 novembre 2019, l’Union communiste libertaire manifeste aux côtés des salafistes du CCIF). Rappelons-nous de l’alliance entre le grand mufti de Jérusalem Amin al-Husseini et Adolf Hitler. Une tournée officielle en Europe du grand mufti a donné lieu à une formidable campagne de recrutement dans les Balkans de musulmans prêts à combattre dans la waffen-SS (Bosniaques et Albanais. Albanais de la tristement célèbre “Légion Skanderbeg”). En France, la Gestapo mis en place la Brigade Nord-africaine, composée de 300 Algériens, recrutés dans le quartier de la Goutte-d’Or, conduits par le tristement célèbre Mohamed el-Maadi (ancien militaire, jusqu’en 1936, puis membre de la Cagoule, du Mouvement social révolutionnaire, puis du Rassemblement national populaire de Marcel Déat). Cette brigade créée par Henri Lafont (Gestapo française, Mohamed el-Maadi et le colonel SS Helmut Knochen, n° 2 de la police allemande) terrorisa le Périgord, la Corrèze et la Franche-Comté (vols, viols, meurtres, actes de torture et de barbarie, incendies…). Le ciment de cette alliance islamo-nazie étant bien entendu l’antisémitisme. Après la guerre Mohamed el-Maadi fut accueilli à bras ouverts, dans son exil égyptien, par Amin al-Husseini, où tous deux s’étaient réfugiés. Mohamed el-Maadi est mort au Caire, sans jamais avoir eu à répondre de ses crimes. Le grand mufti de Jérusalem est mort à Beyrouth, en 1974. Lui aussi n’eut jamais à répondre de ses crimes. Alors, l’alliance entre les salafistes et l’extrême-droite, aujourd’hui, n’est en rien une incongruité. Le fascisme brun et le fascisme vert se marient très bien. C’est, à mon sens, ce que certains libertaires peinent à entendre quand ils se lient aux salafistes pour manifester en faveur du Hamas, à Gaza, ou pour dénoncer l’islamophobie. On ne s’acoquine pas avec ces gens-là. On ne va pas leur servir d’idiots utiles. Surtout après qu’ils eurent massacré l’équipe de “Charlie Hebdo”, dans laquelle nous comptions des compagnons de route, comme Cabu, illustrateur d’affiches de la Fédération anarchiste.

  12. Touffany 20 octobre 2020 at 13:11 - Reply

    Il n’y a absolument rien à redire au sujet des caricatures de “Charlie Hebdo”. Si, une chose à rappeler : le mouvement anarchiste à eu un grand caricaturiste, Jossot. Au point que l’on s’en souvienne encore. Jossot – Cabu, même combat contre l’obscurantisme.

    • Massimo Tartaglia 20 octobre 2020 at 14:25 - Reply

      Il y aurait au contraire beaucoup a dire sur cette “gauche” islamophobe qui prone l’ union sacrée avec les néoconservateurs et avec l’ Impérialisme occidental depuis le 11 Septembre 2001
      http://www.article11.info/?Charlie-Hebdo-pas-raciste-Si-vous
      C’ est Olivier Cyran, ancien de Charlie qui en parle le mieux..

      • Jépalu 20 octobre 2020 at 23:28 - Reply

        Je ne me souviens pas de Charlie Hebdo soutenant la guerre d’Afghanistan, l’invasion de l’Irak ou une intervention en Syrie. Bien le contraire.

        • bertoni 22 octobre 2020 at 23:03 - Reply

          ok, jépalu,

          ben si t’as pas lu, lis : charlie hebdo, I.E philippe Val a eu des gros dialogues par éditos interposés avec siné et charb, à propos des interventions de l’otan sur la serbie, quant à la guerre à rebonds au kosovo. (et je dis rien de leur une à la suite du 11.09 : nous sommes tous américains”)

          en gros val :
          on bombarde, rappelez vous 1944 et les alliés, pourquoi les kosovars n’y auraient pas droit ? (milosevitch = hitler.)
          et charb :
          non aux bombes au graphite de l’otan, on arme les démocrates.

          devinez qui a gagné, avec un poste à france inter via la miss sarko à la clé ?

          vidal et halimi (diplo) en avaient fait un livre, chez agone : l’opinion, ça se travaille.

          et le reste de la presse suivit.

          à vos archives, et bon courage, pour le tri.

          in memoriam

Laisser un commentaire »