Björn Sigvald : le néo-nazi genevois parti combattre en Ukraine

2 septembre 2020 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Publié sur Renversé.co, cet article nous présente le néo-nazi suisse Björn Sigvald, qui présente tous les signes avant-coureurs d’un passage à l’action terroriste néonazie. Fondateur de Misanthropic Division Schweiz, référent suisse de Reconquista (projet néo-nazi pan-européen), ce néonazi participe aux activités de la milice néo-nazie Karpatska Sich.

 

Plusieurs néo-nazis suisses ont rejoint l’Ukraine afin de combattre aux côtés des forces loyalistes. Parmi eux figure un genevois : Björn Sigvald.

Les premières traces connues du militantisme néo-nazi de Björn Sigvald sont chez les Hammerskins de Romandie [1].

Björn Sigvald (à droite), vraisemblablement en 2013, avec le Hammerskin valaisan Joël Moret (à gauche) (source : Indymedia Deutschschweiz).

En 2014, il fonde la Misanthropic Division Schweiz, branche suisse du réseau néo-nazi ukrainien Misanthropic Division, proche du mouvement Azov. Le groupe est composé de membres en provenance de Genève, du Valais, du canton de Vaud et de Saint-Gall dont trois soldats : un sergent-major chef, un sergent-chef et un sergent [2]. C’est Björn Sigvald qui assurait la liaison avec l’Ukraine [3]. Les activités du groupe consistaient à relayer et faire la promotion en Suisse des activités de la Misanthropic Division ukrainienne, ainsi qu’à récolter des fonds pour ses soldats au sein du régiment Azov par la vente de t-shirts. Environ 800 francs auraient été collectés [4].

De la nourriture et des vêtements militaires envoyés par la Misanthropic Division Schweiz aux soldats en Ukraine (source : Le Temps).

Les membres de Misanthropic Division Schweiz se sont également rendus personnellement à Kiev avec le groupe de black metal néo-nazi français Peste Noire afin de livrer une cargaison de vêtements militaires [5].

Björn Sigvald (deuxième en partant de la droite) avec Ludovic Van Alst (Faure de son vrai nom) alias Famine, le chanteur de Peste Noire (au milieu) et Audrey Silvain, ancienne membre de Peste Noire (deuxième en partant de la gauche).

Quelques mois après son voyage à Kiev, Björn Sigvald rejoint la milice néo-nazie ukrainienne Karpatska Sich [6].

Björn Sigvald (en haut à droite, faisant le salut nazi) avec Karpatska Sich en 2017.

Devenu entre-temps le représentant suisse du mouvement Reconquista [7] : une initiative partie d’Ukraine visant à créer un projet néo-nazi pan-européen uni [8], Björn Sigvald organise le 26 septembre 2015 à Lausanne, une conférence sur l’Ukraine dans laquelle fut invité à parler le néo-nazi français Pascal Lassalle, lui-même à l’origine de la branche française de Reconquista [9].

Image promotionnelle de la conférence en question.

Le 28 août 2017 à Kiev, Björn Sigvald prend part à la première conférence Paneuropa, qui réunit des néo-nazis pro-ukrainiens du monde entier [10]. Sur Facebook, la secrétaire internationale du parti néo-nazi ukrainien, et aile politique du mouvement Azov, Corps National et coordinatrice de Reconquista. Olena Semenyaka postera une photo d’elle avec Björn Sigvald à la conférence Paneuropa avec la description suivante : « Si une personne peut déménager de la Suisse vers l’Ukraine, tout est possible. Merci pour tout, Björn ! Nous attendons une équipe suisse à la prochaine conférence Paneuropa. » [11].

La photo en question.

L’emplacement actuel de Björn Sigvald n’est pas connu, la dernière trace de lui sur Internet remontant à 2019, date durant laquelle il a participé à un camp d’été de Karpatska Sich dans l’Ouest de l’Ukraine [12].

Björn Sigvald (à droite) lors d’un camp d’été de de Karpatska Sich en 2019 avec le terroriste néo-nazi Igor Olegovich Garkavenko (à gauche), ayant passé 9 ans en prison pour avoir bombardé les bureaux de plusieurs organisations politiques et culturelles ukrainiennes ainsi que le centre culturel israélien de la ville de Kharkov.

Si Björn Sigvald est de retour en Suisse, il constitue l’un des néo-nazis les plus dangereux du pays.

Un commentaire »

Laisser un commentaire »