Décès du militant révolutionnaire Lucio Urtubia

23 juillet 2020 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lucio, militant basque libertaire et internationaliste nous a quitté ce samedi 18 juillet. Antifasciste d’une autre génération, celle des militants anti franquistes, il nous avait accueilli à l’espace Louise Michel à Paris en 2013 pour la présentation du livre de notre camarade Hazem “Panorama des groupes révolutionnaires armés en France de 1968 à 2000”. malgré ces critiques et remarques parfois sévères, toujours destinés à nous faire progresser dans l’autonomie de nos luttes, c’était toujours avec un grand plaisir qu’il accueillait les militants et collectifs proches de ses idéaux (l’antifascisme, le soutien aux prisonniers, basques notamment et dont il était très proches… ), c’est d’ailleurs dans cet esprit d’accueil qu’il avait monté et fondé en 1997 l’Espace Louise Michel rue des Cascades dans le XXe arrondissement à Paris.

Lucio le 22 juin 2013, lors de la présentation du livre “Panorama des groupes révolutionnaires armés en France de 1968 à 2000”

Nous reprenons ici l’hommage d’Hazem à cet infatigable militant, ainsi que celui de la CNT et du Comité de Solidarité avec le Peuple Basque-Paris :

Le communiqué d’Hazem :

C’est avec une immense tristesse que j’apprends la mort de mon ami et camarade Lucio Urtubia
Je l’ai rencontré il y a une dizaine d’années à l’espace Louise Michel à Paris. Les portes de sa maison étaient toujours ouvertes ( littéralement ) à tous.
Dans sa vie, c’était un irréductible, un travailleur, un anarchiste, un rebêle, un fossoyeur.
Il a connu Sabaté, le Che, Bauer, les mouvances révolutionnaires, l’espoir du changement, l’échec, la désillusion, mais il n’a jamais lâché prise.
Alors qu’il aurait pu vivre d’une manière très confortable avec les fruits de ses « expropriations » ou de ses activités de faux monnayeur, il a été maçon jusqu’à un âge très avancé. Il a tout donné jusqu’au bout pour aider les diverses causes qui lui tenaient à cœur : soutien aux réfugiés espagnols et à la résistance antifranquiste, aide aux migrants, mouvement libertaire et antifasciste, syndicalisme. Il a aussi soutenu ou participé à la création de maisons d’édition, de multiples coopératives de bâtiment, etc.
L’histoire de sa vie a inspiré en partie un film hollywoodien et de multiples documentaires. Elle a surtout inspiré de nombreux militants, dont moi. J’ai eu l’honneur de l’interviewer pour mon documentaire acta non verba en 2015 dont voici l’extrait.
Alors si l’homme n’est plus là, ses enseignements eux restent vivants. Soyons dans l’action, « laissons les sermons au curé, les discours aux politiciens, et créons ! »

Paix à son âme.

C’est avec une immense tristesse que j’apprends la mort de mon ami et camarade Lucio Urtubia Je l’ai rencontré il y a une dizaine d’années à l’espace Louise Michel à Paris. Les portes de sa maison étaient toujours ouvertes ( littéralement ) à tous. Dans sa vie, c’était un irréductible, un travailleur, un anarchiste, un rebêle, un fossoyeur.Il a connu Sabaté, le Che, Bauer, les mouvances révolutionnaires, l’espoir du changement, l’échec, la désillusion, mais il n’a jamais lâché prise. Alors qu’il aurait pu vivre d’une manière très confortable avec les fruits de ses « expropriations » ou de ses activités de faux monnayeur, il a été maçon jusqu’à un âge très avancé. Il a tout donné jusqu’au bout pour aider les diverses causes qui lui tenaient à cœur : soutien aux réfugiés espagnols et à la résistance antifranquiste, aide aux migrants, mouvement libertaire et antifasciste, syndicalisme. Il a aussi soutenu ou participé à la création de maisons d’édition, de multiples coopératives de bâtiment, etc. L’histoire de sa vie a inspiré en partie un film hollywoodien et de multiples documentaires. Elle a surtout inspiré de nombreux militants, dont moi. J’ai eu l’honneur de l’interviewer pour mon documentaire acta non verba en 2015 dont voici l’extrait. Alors si l’homme n’est plus là, ses enseignements eux restent vivants. Soyons dans l’action, « laissons les sermons au curé, les discours aux politiciens, et créons ! » Paix à son âme.

Publiée par Hazem El Moukaddem sur Dimanche 19 juillet 2020

Le communiqué de la CNT-f :

Lucio Urtubia : “anarchiste et maçon”

Lucio Urtubia nous a quitté.es le 18 juillet 2020.

Lucio se définissait comme « anarchiste et maçon ».Lucio est né en Navarre en 1931. Il a été marqué très jeune par la pauvreté et la répression du régime franquiste. Antifasciste de la première heure, il s’exile en France en 1954 et s’engage auprès des jeunesses libertaires. Sa rencontre avec Quico Sabate, maquisard résistant à Franco, a donné un tournant à sa vie militante. Créant des imprimeries à Paris, Lucio organise la lutte en s’attaquant aux puissances financières. La redistribution des richesses, Lucio en a fait une réalité très concrète mettant par exemple à genou la First National City Bank. « Quel plaisir d’exproprier, pas pour soi mais pour subventionner une grève, pour des imprimeries, pour faire des faux papiers… ». « Quel plaisir quel orgueil de donner des papiers à quelqu’un qui pourra fuir la dictature et retrouver la liberté ».

Sur les traces de Louise Michel, Lucio répétait sans relâche que le pouvoir corrompt, qu’il ne faut rien attendre de l’Etat et du gouvernement. Lucio luttait contre le capitalisme et son monde qui enferme, il s’est toujours battu contre les prisons, il aimait souvent dire « la prison même pas pour mon pire ennemi ! ».

Jusqu’à son dernier souffle il a déployé toute son énergie pour la libération des prisonnières et des prisonniers politiques. En 1997, Lucio crée l’Espace Louise Michel -Sustraiak (racines en basque) rue des Cascades dans le 20ème arrondissement de Paris. Il en fait un lieu d’accueil pour les luttes anti-impérialistes, sociales, syndicales, anti-carcérales qui hébergera nombre de réunions, d’expositions et d’activités. Un lieu aussi ouvert aux artistes engagés. Nous saluons avec beaucoup d’ émotion la mémoire d’un camarade, d’un compagnon de lutte qui vivra longtemps dans nos mémoires

Secrétariat international de la CNT-f

Et le communiqué du CSPB :

Agur eta ohore Lucio

Notre frère Lucio Urtubia nous a quittés ce 18 juillet 2020.

Maçon, militant anarchiste et internationaliste, Lucio s’est engagé toute sa vie en faveur des peuples en lutte. Dans la continuité de cet engagement, qu’il a plusieurs fois payé de sa liberté, il a participé au sein de notre comité à de nombreuses actions pour défendre le droit du peuple basque à décider de son avenir et à s’émanciper du capitalisme.

Au sein de l’Espace Louise-Michel qu’ils avaient créé à Paris, Lucio et Anne accueillaient régulièrement les familles de prisonniers politiques basques incarcérés en Région Parisienne, et toutes sortes d’initiatives artistiques et militantes pour témoigner ici des luttes au Pays Basque.

Malgré toute la riche histoire dont il était porteur, Lucio ne se considérait ni comme un modèle, ni comme un ancien combattant. Esprit libre avant tout, il gardait vis-à-vis de tous un rapport égalitaire, ouvert aux différences et pourtant exigeant sur l’essentiel : tant qu’il nous reste un espace de liberté pour agir pour un monde débarrassé de l’oppression, nous avons le pouvoir et le devoir de l’utiliser. Pour cette leçon de vie, merci Lucio.

Le CSPB

 

Laisser un commentaire »