Nantes : Extrême droite à la maison des syndicats, résistance et coup de matraque

4 mars 2020 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lu sur Nantes Révoltée :

La mairie de Nantes accueille (encore) l’extrême droite à la maison des syndicats

Ce mardi soir, dans le cadre des élections municipales, le Rassemblement National organise une soirée avec sa candidate et un ténor de l’extrême droite à la Maison des Syndicats. Une salle sensée servir aux luttes sociales offerte à l’extrême droite, à celles et ceux qui veulent instaurer un Etat autoritaire, raciste et anti-social. Une provocation.

La situation est d’autant plus scandaleuse que la liste RN à Nantes est tenue par un militant bien connu : Wilfried Van Liempd, adepte des actions ultra-violentes, et publiant régulièrement des propos de nature fasciste sur les réseaux sociaux. Cette soirée s’inscrit aussi dans un contexte de recrudescence des actes d’extrême droite à Nantes, avec des tags nazis, des agressions, et le saccage répété de la fresque en hommage à Steve.

Ce n’est malheureusement pas la première fois. En octobre dernier, la mairie de Nantes avait déjà prêté la Maison des Syndicats au polémiste fasciste Laurent Obertone. Cela avait provoqué un scandale, et la soirée avait du être déplacée. Avant lui, la mairie avait déjà mis à disposition des salles municipales pour des soirées d’Alain Soral, du théoricien raciste Renaud Camus, du militant d’extrême droite radicale Le Gallou, ou encore pour des soirées du FN. A chaque fois, ces soirées sont l’occasion pour l’extrême droite d’avoir une tribune, de se retrouver, voire de commettre des agressions.

Autrefois, les syndicats nantais étaient situés dans une Bourse du Travail, un espace autonome d’organisation ouvrière, qui existait depuis une centaine d’année. Depuis leur déménagement dans une « Maison des Syndicats », moderne, sécurisée, appartenant à la mairie, ce sont les services municipaux qui gèrent les lieux, et y programment les événements.

La mairie PS, si hostile aux mobilisations sociales, est donc plus que bienveillante avec l’extrême droite.

Extrême droite à la maison des syndicats, résistance et coup de matraque

L’extrême droite organisait ce mardi soir une soirée pour les élection municipales. La mairie socialiste n’a rien trouvé de mieux que de lui donner la Maison des Syndicats, lieu de lutte sociales. Une provocation hallucinante. La CGT n’a été informée qu’hier soir de cette arrivée du RN dans un bâtiment réservés aux mobilisations sociales, et arborant les plaques des martyrs nantais de la Résistance contre le fascisme.

L’attitude de la mairie socialiste est obscène, volontairement provocatrice. Quel est l’objectif de la municipalité si ce n’est d’humilier celles et ceux qui luttent, et de créer les conditions d’un affrontement ?

Au second plan, Wilfrid Van Liempd, bras droit de la candidate d’extrême droite à Nantes. Photo Nantes Révoltée

Ce soir, les fascistes étaient bien là. Wilfrid Van Liempd, bras droit de la candidate du RN, était présent avec des gros bras. Les fascistes n’ont pas hésité à sortir des matraques télescopiques et à frapper les syndicalistes et leurs soutiens. Plusieurs personnes ont été blessées, dont au moins une à la tête. Ce « Service d’Ordre » était composé des membres du groupuscule nazi « Arsouille Naoned », le même qui tague des croix gammées et qui a saccagé la fresque en hommage à Steve. En toute impunité.

A l’intérieur, le RN a peiné à rassembler une vingtaine de personnes. Nicolas Bay, cadre du parti, a déclaré : « Rares sont nos meetings dérangés par l’extrême gauche pouilleuse, sauf à Nantes et Rennes ».

La foule pour la réunion d’Eléonore Revel et Nicolas Bay

Plusieurs bagarres ont eu lieu. Le courant a été coupé dans le bâtiment, et les fachos bloqués à l’intérieur en barrant les portes avec des poubelles. Le chant de l’Internationale a recouvert celui de la Marseillaise.

Finalement, un gros dispositif policier s’est manifesté au niveau des Nefs de l’Ile de Nantes, provocant la dispersion du rassemblement contre l’extrême droite.

N’hésitez pas à féliciter la municipalité Nantes Métropole d’avoir offert une salle syndicale à l’extrême droite violente. Ce n’est pas la première fois. A quoi joue Johanna Rolland ?

 

Laisser un commentaire »