- La Horde - https://lahorde.samizdat.net -

Règlements de compte et passage à tabac au GUD

Bruchure GUD [1]Médiapart vient de mettre en ligne un article et des vidéos montrant Logan « Duce » Djian, l’actuel chef du GUD [2], passer à tabac et humilier Edouard Klein [3], son ancien chef au GUD : la scène se passe le lors d’une soirée qui rassemblait militants et sympathisants de ce groupuscule, et le tout est filmé avec un téléphone portable par Loïk Le Priol, membre également du GUD, qui n’est plus vraiment un inconnu pour le grand public, tant les grands médias (Streetpress, Marianne et Canal+) ont relayés complaisamment son business de t-shirts « Babtou Solide », le présentant le plus souvent comme une petit entrepreneur vaguement nationaliste.

GUD Paris et Lyon 26 janvier 2014 [4]

Le GUD Paris et Lyon lors de la manifestation Jour de colère le 24 janvier 2014. Logan est au premier plan, le visage masqué avec son casque de moto à la main.

Que dire de ces images ? Qu’elles mettent à nu la réalité de ce qu’est le GUD depuis toujours [5], à savoir un rassemblement de personnes se comportant comme des soudards. En effet, sur ces images, il est moins question de politique que d’honneur, de coke, de virilité assumé ou non, des préoccupations qui semblent avoir une certaine importance dans cette communauté de dégénérés nationalistes. Autre chose nous semble important à souligner, c’est la pseudo solidarité qui semble unir cette communauté. Car si, après tout, certains semblent reprocher à Klein son manque de rigueur envers le groupe, il semble évident que si ces vidéos ont fuité, cela n’a pu se faire que via un individu de la bande. D’autres règlements de comptes sont à prévoir…

 

Pour le reste, l’article met en lumière une nouvelle fois les liens [6] plus qu’étroits entre la nouvelle génération du GUD [7] et l’ancienne (Axel Loustau en tête, voire extrait de l’article de Médiapart ci-dessous) qui s’est reconverti en patrons, et la direction du FN, pourtant si pointilleuse en temps normal sur les fréquentations et la bonne tenue de ses membres, reste ici étrangement silencieuse.

Si l’article et les vidéos seront sans doute très commentés dans le milieu nationaliste, il y a fort à parier qu’il y aura peu de réactions officielles, tant Loustau & co restent encore craint physiquement dans le milieu faf [8], mêmes chez les plus virulents du Parti Nationaliste Français [9].

l_62e423833ba2a6c960d8d2be033ba6a6 [10]

Edouard Klein

10704309_1498069607145899_8369960374324087244_o [11]

Logan Djian

Loïk Jaihudet 2 [12]

Loïk Le Priol

Article de Médiapart :

Les preuves de la sauvagerie de proches du Front national

21 MARS 2016 | PAR MARINE TURCHI [13] ET THIERRY VINCENT

Mediapart s’est procuré neuf vidéos où l’on voit le chef du GUD à Paris, Logan Djian, agresser et violenter l’un des anciens responsables de ce groupuscule extrémiste. Mis en examen pour « violences aggravées », Logan Djian a vu sa détention provisoire levée contre une caution de 25 000 euros. Des enquêteurs s’interrogent sur l’origine de cette somme, qui pourrait être liée à une société créée par Axel Loustau, trésorier du micro-parti de Marine Le Pen, conseiller régional FN et responsable du FN dans les Hauts-de-Seine.

Ce sont des images qui pourraient être gênantes pour Marine Le Pen. Elles mettent en scène un proche du Front national et du trésorier de son micro-parti, Jeanne : il s’agit de Logan Djian, le chef du GUD à Paris (Groupe Union Défense), un groupuscule d’extrême droite violent. Dans neuf vidéos, que Mediapart s’est procurées, le leader du GUD passe à tabac et humilie, le 9 octobre 2015, avec quatre militants, l’un de ses anciens camarades, qui finira à l’hôpital.

Mis en examen pour « violences aggravées » et placé en détention provisoire [14], Logan Djian a été libéré le 13 novembre contre le paiement d’une caution de 25 000 euros. D’après nos informations, des enquêteurs s’interrogent sur la provenance de ces fonds, et sur un versement concomitant d’une somme équivalente à la compagne de Logan Djian par la Financière AGOS, une société créée sous le nom de Financière SOGAX par Axel Loustau, le trésorier du micro-parti de Marine Le Pen. M. Loustau affirme n’avoir « strictement rien à voir avec ça ».

Ces neuf vidéos, d’une durée totale de huit minutes, montrent des actes qui pourraient être assimilables à des « traitements inhumains et dégradants » tels que définis par la Convention européennes des droits de l’homme dans son article 3 [15] sur l’« interdiction de la torture ». Une véritable séance d’humiliation, d’une violence inouïe : nous avons choisi de ne diffuser que de très courts extraits de ces scènes, éliminant toutes les images qui sont dégradantes pour la victime (lire la « boîte noire » de cet article).

L’intégralité de l’article et les vidéos sont en ligne sur le site de Mediapart ici [16]