Tours : marche antifasciste

30 octobre 2013 4 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Quand :
11 novembre 2013 @ 16:30
2013-11-11T16:30:00+00:00
2013-11-11T17:00:00+00:00
Où :
Place Jean Jaurès
37000 Tours
France

Face à la montée de l’extrême droite, à l’heure où sont avérés les rapprochements entre groupuscules fascisants tels que Vox Populi et le soi-disant « respectable » Front national, il est temps de réagir, et de commencer à construire un mouvement antifasciste regroupant toutes les forces progressistes déterminées à enrayer la montée de l’extrême droite. Un mouvement de lutte, pour s’opposer directement à ses actions, et surtout pour transformer la société et détruire les racines sociales, économiques ou culturelles de la xénophobie, du nationalisme et de l’autoritarisme.

Tours est et restera antifasciste !
Pas de quartiers pour les fascistes, pas de fascistes dans nos quartiers !
Pour une société égalitaire et solidaire !

Plus d’infos ici

4 commentaires »

  1. antifafor1 5 novembre 2013 at 10:32 - Reply

    le but n’est pas d’aller au conflit mais de montrer en nombre notre désaccord
    la manif est organisée de façon à ne pas entrer en contact physique avec le vox populi
    pas d’inquiétudes à ce sujet donc soit le bienvenu à cette manifestation

  2. Genereur 4 novembre 2013 at 23:26 - Reply

    Si les pro faschistes et ce cortège se croisent. On va arriver à un débat pacifique d’idées et à un échange constructif ? J’en doute.
    Cependant si l’un des deux camps décide de se taire, c’est qu’il a déjà perdu.
    La part entre parler et taper sera-t-elle faite, là est la question. Et la source de ma peur de participer à cette manifestation qui pourtant porte des valeurs auxquelles je m’identifie.

    • La Horde 5 novembre 2013 at 09:16 - Reply

      Si nous ne discutons pas avec l’extrême droite, c’est que les idées qu’elle défend n’invitent pas au dialogue : le racisme, le nationalisme ne sont pas des sujets de débat, mais des visions du monde que l’on doit combattre ; l’extrême droite invoque souvent la « liberté d’expression », mais c’est la première chose qu’elle supprime dès qu’elle en a le pouvoir. Discuter avec les groupes fascistes, c’est un gage qu’on leur donne pour asseoir leur légitimité ; tolérer leur présence, c’est un recul pour celles et ceux qui aspirent à vivre dans un monde solidaire, libre et égalitaire.

Laisser un commentaire »