Sans-Papiers : appel à la Marche du Grand Paris

4 août 2013 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Quand :
6 septembre 2013 – 6 octobre 2013 Journée entière
2013-09-06T22:00:00+00:00
2013-10-06T22:00:00+00:00
Où :
Ile-de-France

Alors que le gouvernement et le Parlement français préparent, pour la rentrée de septembre, de nouvelles réformes (retraites, justice, lutte contre le chômage et pour l’emploi, chasse à l’évasion fiscale, préparation des municipales …), alors qu’une nouvelle loi sur l’immigration devrait être discutée et votée au Parlement, que le Ministre Manuel Valls parle aujourd’hui de la nécessité d’un « apaisement » sur le sujet, répétant en guise de commentaire qu’il était « très attentif à ce que pensent nos compatriotes en cette période de crise »*, et que dans le même temps, c’est l’extrême-droite la plus brutale qui sonne en Europe et en France le réveil de la réaction fasciste, xénophobe et raciste… Le mouvement des Sans-papiers et Migrants ressent le besoin urgent de faire connaître une fois de plus le niveau de ses préoccupations et de ses attentes.

C’est pourquoi, à partir du 7 septembre, il entamera une marche d’un mois en Ile de France pour le droit et l’égalité. (…)  Ainsi, cette longue marche pour le droit et l’égalité va se poursuivre cette fois en Ile de France, dans le cadre de ce que désormais l’on nomme «Le Grand Paris». En choisissant ce cadre, nous ne voulons pas simplement tourner autour de la Capitale, mais aussi questionner les pouvoirs en place sur les répercussions que peut avoir sur notre avenir la transformation à l’échelle d’une vingtaine d’années de l’agglomération parisienne en une métropole à dimension européenne et mondiale. (…)

La Marche du Grand Paris des Sans-papiers et Migrants sera patiente mais déterminée, joyeuse dans la revendication, non violente dans la lutte, sérieuse dans le témoignage et la conviction de lutter pour plus de justice et de liberté. Elle a pour objectifs :

– Susciter un mois d’information, de discussion et de réflexion sur le « droit de cité » pour les Sans-papiers et Migrants, en s’appuyant sur l’initiative et la mobilisation des collectifs locaux et des associations de chaque département et chaque ville traversés.

– Exiger l’abrogation de la circulaire de novembre 2012 sur le droit au séjour des étrangers. Nous, Union Nationale des Sans-Papiers, demandons que soit mise en place une véritable concertation avec le mouvement des sans-papiers et les associations engagées dans la défense des droits des migrants, afin de définir une véritable politique de l’immigration, dans le respect des droits fondamentaux des conventions nationales et internationales.

– Protester contre le traitement répressif des Sans-papiers, Roms et demandeurs d’asile, criminalisés sans raison et internés en CRA avant l’expulsion la plus brutale. La Marche sera orchestrée par la demande répétée de la fermeture de ces centres de rétention, en réclamant la mise en œuvre de procédures d’examen de la situation de chacun respectant la dignité des personnes.

– Revendiquer à nouveau le droit de vote pour les étrangers non- communautaires tant attendu (promesse d’il y a 30 ans de François Mitterrand et non tenue à ce jour), qui serait un premier pas vers une véritable citoyenneté de résidence et qui devrait être l’annonce des bonnes dispositions du gouvernement pour le traitement du droit au séjour des étrangers.
Nous souhaitons recueillir au cours de ce périple la position des municipalités qui nous ferons l’honneur de nous recevoir.

– Encourager toutes les formes de créativité existantes sur notre parcours à se manifester et à participer à leur manière au passage de la marche (musique, théâtre, slam, projections, danse, contes etc…). Dans cette perspective, il sera précieux d’intéresser centres culturels, maisons de jeunes, associations culturelles, à la préparation d’évènements autour du passage de la Marche. Nous sommes persuadés que la véritable compréhension, le développement constructif, la société qui tient le coup, passent par la création et la culture.

– Commémorer les trente ans de la Marche pour l’Egalité. C’est dans son héritage que nous nous situons. On peut s’inquiéter du peu de chemin parcouru depuis.

Raison de plus pour reprendre à notre tour le « bâton de pèlerin ».

L’intégralité de l’appel ici

Laisser un commentaire »