Saint-Ouen l’Aumône : Projection débat « Bassin miné »

8 avril 2016 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Quand :
12 avril 2016 @ 20:30 – 23:00
2016-04-12T20:30:00+02:00
2016-04-12T23:00:00+02:00
Où :
Cinéma Utopia
1 Place Pierre Mendès France
95310 Saint-Ouen-l'Aumône
France
Contact :
Collectif antifasciste du Val d'Oise

Séance unique à Utopia St-Ouen l’Aumône en présence du réalisateur Edouard Mills-Affif organisée par le Collectif antifasciste du Val d’Oise avec le soutien du NPA, du Parti de Gauche

bassinMinéBassin miné

Documentaire d’Edouard Mills-Affif – France 2014 1h18mn

C’est la suite d’une passionnante et flippante saga : celle d’une catastrophe annoncée, d’un naufrage de la démocratie savamment orchestré, avec à l’abordage des méchants pirates mais aussi des marins qui ont saboté eux mêmes leur bateau. L’histoire d’une petite commune du Nord – Pas de Calais, pardon désormais des Hauts de France, qui, pourtant forte d’une tradition ouvrière et militante comme tout le bassin minier environnant, s’est donnée par les urnes à l’extrême droite. L’histoire du basculement idéologique et sociologique de toute une population autrefois acquise aux idées de gauche et à l’espoir des lendemains qui chantent.

Le cinéaste Eduard Mills-Affif avait dès le début des années 2000 suivi l’ascension d’un militant du FN, Steeve Briois. Dans Au Pays des Gueules noires, La Fabrique du Front national, il montrait comment Briois et un de ses amis, reprenant les techniques éprouvées autrefois par le Parti communiste, quadrillaient consciencieusement les quartiers en un porte à porte inlassable et bienveillant alors que les partis de gauche, trop sûrs de leur ancrage, semblaient se désintéresser de leurs électeurs. Et ce alors que la crise économique, la fermeture dans des conditions scandaleuses (on inventa alors le terme de patron voyou) de la grande usine Metaleurop plongeaient dans le désarroi et la désespérance des générations entières, d’autant que la classe politique semblait incapable de faire face au désastre. A cela s’ajoutera un scandale monumental de gestion frauduleuse et de malversations de la part de l’ancien maire socialiste.

Edouard Mills-Affif est revenu en 2012 alors que le ténor de la gauche de la gauche, Jean Luc Mélenchon, s’apprêtait à affronter aux législatives Marine Le Pen, installée politiquement dans la ville et la région depuis quelques années. Alors que, dans le premier film, le réalisateur suivait la conquête par les militants FN du cœur et du vote des Héninois, il a choisi cette fois, lassé du regard des médias réduisant Henin Beaumont à son seul vote Front National, de suivre les trop rares résistants à cette inexorable bouleversement politique. En l’occurrence il nous présente une tonitruante tenancière de friterie, fille de réfugié républicain espagnol et militante du Parti de Gauche, ses quelques compagnons et compagnes de lutte, leurs espoirs et lassitudes. Et ce depuis le flop des législatives, où Mélenchon fit figure de parachuté face à une Marine Le Pen considérée de plus en plus légitime localement, jusqu’aux municipales de 2014 qui verront le sacre de Steeve Briois.

Le film est éclairant sur les ressorts politiques du Front National, qui réussit le tour de force de conquérir les classes populaires abandonnées et les déçus de la droite traditionnelle dans les classes moyennes et petites bourgeoises. Il est aussi limpide sur la stratégie réussie de dédiabolisation du Front National par Marine Le Pen qui a fait d’Hénin Beaumont sa vitrine respectable. Le film salutaire d’Eduard Mills-Affif devrait être prescrit à tout étudiant aspirant aux sciences politiques.

Laisser un commentaire »