1961 : massacre des Algériens à Paris

10 octobre 2013 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Quand :
16 octobre 2013 Journée entière
2013-10-16T00:00:00+00:00
2013-10-17T00:00:00+00:00

Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins (obligation d’être sans cesse isolé, et interdiction aux travailleurs algériens de sortir de 20h30 à 5h30, les cafés tenus par des musulmans doivent fermer à 19h…). Cette manifestation rassemble environ 30.000 personnes.

Le préfet de police de Paris, Maurice Papon, qui a reçu carte blanche des plus hautes autorités, dont de Gaulle, lance, avec 7.000 policiers, une répression sanglante. Il y aura 11.730 arrestations, et peut-être beaucoup plus de 200 morts, noyés ou exécutés, parmi les Algériens. Ce crime au coeur de l’État français n’a toujours pas été reconnu officiellement alors même que les partisans de la Nostalgérie prônent la promotion de l’oeuvre positive française durant la colonisation dans les programmes scolaires !

Source : Rebellyon

Un commentaire »

  1. Julie 15 octobre 2013 at 20:03 - Reply

    Il n’est pas reconnu, c’est vrai, et c’est inadmissible. En revanche, il peut être étudié en classe (4ème / 3ème au collège), ce n’est pas assez, mais personnellement, je me fais un devoir de le faire. Pour ce qui est de l’oeuvre positive française dans les programmes, je ne sais pas très bien où vous avez vu ça. les textes disent : 3ème : « Dès le lendemain du conflit mondial, grandissent des revendications qui débouchent sur les indépendances’ L’étude peut être conduite à partir de l’exemple de l’Algérie, et doit porter sur le processus de décolonisation.
    4ème : ‘les conquêtes coloniales asseoient la domination européenne.Les colonies constituent dès lors, un monde dominé confronté à la modernité européenne ». Au professeur finalement de décider ce qu’il en dit…Pas de discours officiel en tout cas.

Laisser un commentaire »