Bordeaux : revendications sociales, confusionnisme, fascisme… toutes les couleurs sont-elles solubles dans le jaune ?

11 janvier 2019 4 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lu sur le site du groupe antifasciste Pavé Brûlant :

Une poignée de fascistes a vécu une après-midi bien difficile, samedi dernier, lors de l’acte VIII de la mobilisation des Gilets Jaunes à Bordeaux. Leur expulsion déterminée et collective du cortège constitue une bonne nouvelle, tant il est vrai que le racisme, l’antisémitisme, le sexisme et toutes les autres formes de discrimination ne devraient jamais avoir leur place dans les rues de nos villes. Pour autant, la présence tantôt discrète, tantôt affichée de ces nébuleuses d’extrême-droite au sein des Gilets Jaunes n’est sur Bordeaux pas nouvelle.

C’est pourquoi il va s’agir ici de profiter de cette déroute subie par les fafs bordelais.e.s pour faire le point sur leur présence au sein des cortèges depuis le début du mouvement ; nous proposerons ensuite quelques éléments de réflexion, en lien avec la problématique de l’extrême-droite, sur la nature de la mobilisation des Gilets Jaunes, ses contradictions mais aussi ses potentiels.

1) identification des fascistes au sein des Gilets Jaunes

L’identification de celles et ceux qui se sont fait sortir du cortège samedi dernier donne une première idée du profil idéologique des éléments fascistes qui cherchent depuis des semaines à battre le pavé bordelais au sein des Gilets Jaunes.

Premier constat : ces « lions », comme se plait à les appeler avec emphase la plateforme cyberfaf Bordeaux Corbeau, ont dû compenser leur faiblesse numérique en réalisant certaines alliances qui, au fond, sont plus que de circonstance : sous le mot d’ordre « la France aux vrais français » (voir la photo en tête d’article) on trouvera donc en première ligne, pêle-mêle, des militants néo-nazis, des bikers faf ainsi que des cadres du rassemblement national (ex FN).

Ainsi Thomas Bégué, ancien secrétaire départemental jeunesse du Front National Bordeaux, et fondateur du groupe néo-nazi « Le Menhir » (dont nous parlions ici) :

Thomas Bégué, avant et après avoir mangé son bol de Lion

À ses côtés, Arnaud Lagrave, ancien candidat FN aux départementales, gérant de la boîte de sécurité Drakkar, et qui avait fait ses armes comme auxiliaire du DPS (la milice du FN), en protection de l’antisémite Dieudonné.

Lagrave réconforte Thomas Begué – on remarque que le cadre du parti de Marine le Pen n’a pas oublié ses gants renforcés.

Le jeune Lagrave, dans le service d’ordre du FN, tout fier aux côtés de l’antisémite Dieudonné, le 11 novembre 2006, Le Bourget, à la fête des BBR.

Lagrave pose pour le journal Sud-Ouest dans le cadre des départementales 2015

 

Autre camarade d’infortunes, « Jean Remy », qui non content d’être batteur dans le groupe de rock anticommuniste Trikard (lequel donne du « sieg heil » et propose des textes antisémites – voir ici ), fait partie du club de bikers fafs Toutatis Clan :

Jean Rémy, à gauche – la dernière clope du condamné

Moment de complicité entre Jean Rémy et le skinhead néonazi Virgile Reyero.

Jean Rémy cherchant à masquer son implication dans le Toutatis Clan – c’est raté !

On notera aussi la présence de certaines têtes qu’on retrouve souvent dans les services d’ordre des rassemblements d’extrême-droite sur Bordeaux, comme celle de cet individu qui ne sort jamais sans sa casquette coquée :

À gauche, lors de la manif de samedi ; à droite, le trois avril 2018, sur le parvis des droits de l’homme à Bordeaux, en protection du rassemblement du groupuscule islamophobe Riposte Laïque. À noter, au centre, la présence de Jean Rémy, qui fait donc aussi des piges de sécurité pour payer ses cours de batterie…

Quant à ce triste sire, c’est lui qui porte le gilet « la France aux vrais français », et qui se plaint dans une vidéo tournée lors de l’altercation de la « présence de drapeaux lgbt » dans le cortège (voir ici  à partir de 10s) :

Au-delà, c’est toute la petite faune brune qui, de près ou de loin, a pointé ces dernières semaines le bout de son museau, certain.e.s pour déployer des banderoles en l’honneur de leur mouvement ou pour faire des photos de groupe, d’autres, plus modestes, pour écluser sur les poteaux leur stock d’autocollants, les moins vaillant.e.s se contentant de défiler sous leur cape bleu-blanc-rouge ou de photographier, pour s’en revendiquer, des actions auxquelles ils et elles ne prennent pas part.

Ainsi le Toutatis clan, dont nous parlions plus haut, et qui trouve dans les manifs des Gilets Jaunes une alternative à ses soirées tartiflette :

Dans un autre style, la droite souverainiste de l’UPR, formation d’Asselineau qui n’hésite pas à verser dans le confusionnisme et les thèses complotistes :

De même, le groupuscule royaliste Action Française (pour plus d’infos, voir ici et ici), qui vient réchauffer son sang bleu auprès de feux de joie de la place Victoire :

On s’épargnera la reproduction des autocollants disséminés le long des parcours par le micropuscule Rébellion/OSRE (organisation socialiste révolutionnaire européenne) qui a l’art de coffrer son idéologie brune dans une iconographie d’extrême-gauche (voir ici).

On finira plutôt ce recensement avec deux personnes hautes en couleur qui traînent aussi leurs espadrilles renforcées dans les cortèges bordelais : tout d’abord la néonazie Céline Armagnac (alias Resille Bjornsdö), à l’origine d’une section locale du gang néonazi finlandais « Soldiers of Odin » et très impliquée dans le « Menhir » (voir ici), ensuite François Galvaire, alias « Batdaf », sorte de Norman faf sur youtube et qui a monté l’antenne française du groupe identitaire nationaliste Québécois « La Meute ».

Cette présence donne-t-elle pour autant sa couleur au mouvement des Gilets Jaunes ? La situation actuelle est à ce titre extrêmement contradictoire, et les quelques éléments de réflexion qui suivent sont plus à prendre comme une contribution au nécessaire débat que notre milieu a par ailleurs déjà engagé, que comme un jugement de valeur définitif.

2) Quelques éléments de réflexion sur le mouvement des Gilets Jaunes

Tout d’abord, on peut faire l’hypothèse que la forme des rassemblements, leur caractère spontané, l’absence de concertation avec la police sur le trajet des manifestations, l’acceptation au moins tacite par une large partie des manifestant.e.s d’une confrontation violente avec la police semblent exprimer une défiance vis-à-vis des méthodes syndicales classiques, autant celles de la CFDT, dont la stratégie de dialogue avec le pouvoir s’est soldée par des années de défaites, que celles des directions syndicales de la CGT avec leur contestation ritualisée et leurs manifs en saute-mouton, elles-mêmes accompagnées de défaites cinglantes.

De ce point de vue, on peut lire les événements actuels à la lumière de ce qu’il s’est passé lors des manifestations contre la loi travail, avec l’émergence d’un cortège de tête – dont on pourra peut-être dire avec le recul qu’il aura été le précurseur d’une relégitimation populaire de formes d’action directe.

Quant à la nature idéologique de ce mouvement des gilets jaunes, on est à la croisée des chemins : d’un côté, la montée en puissance de revendications telles que la restauration de l’ISF ou l’augmentation du SMIC, la détestation grandissante des « forces de l’ordre » suite aux nombreuses violences exercées par ces dernières expriment des désirs et des mots d’ordre contradictoires avec ceux de l’extrême-droite : le Front National, pour ne parler que de lui, se voit de ce point de vue marginalisé, puisqu’il défend pour sa part les intérêts des riches (Marine le Pen ne défend pas l’augmentation du SMIC) et apporte un soutien sans faille à la police (au sein de laquelle il trouve un réservoir conséquent d’électeurs/trices et de sympathisant.e.s). Le début de mobilisation d’autres secteurs durant le mois de décembre (lycéen.ne.s, étudiant.e.s, cheminot.e.s, certaines bases syndicales,…) pourrait peut-être à terme conduire à une véritable convergence des luttes, sur des bases communes.

Mais d’un autre côté, la défiance largement partagée au sein des Gilets Jaunes vis-à-vis des syndicats, mis dans un même sac avec « ceux d’en haut » nourrit des attitudes réactionnaires, de même qu’à l’égard des fonctionnaires, des cheminot.e.s,… Cette fracture, qui ne recoupe pas leurs intérêts de classe, a été ici largement entretenue pendant des décennies par celles et ceux-là mêmes qui se succèdent au pouvoir, ainsi que par les media dominants.

Trois autres éléments profitent aux groupuscules d’extrême droite : premièrement, le caractère apartisan et républicain revendiqué dans les Gilets Jaunes permet aux fachos de se fondre dans la masse, leur chemise brune cachée sous leur gilet jaune, de même que le drapeau bleu-blanc-rouge, porté par beaucoup de gens qui ne sont pas eux-mêmes d’extrême-droite, sert de cache-nez idéal aux « patriotes » et autres « nazis-BBR ». Deuxièmement, la méfiance (pour une large part compréhensible) des Gilets Jaunes à l’égard de toute velléité de structuration du mouvement profite aux fachos, qui peuvent par leur bagou prendre dans certains secteurs un poids important.

Troisièmement, la revendication grandissante au sein des gilets jaunes du RIC (Réferendum d’Initiative Citoyenne), est symptomatique d’un mouvement manquant cruellement de base de classe malgré la composition sociale de celui-ci. Le citoyennisme et le populisme latent du RIC (des cadres du PCF et de la FI voient d’un bon œil la soumission à un referendum de la question du mariage pour tous, par exemple) doivent nous alerter sur la dangerosité d’une telle revendication. En effet, l’application, dans le système capitaliste actuel, de ce type de processus de consultation du peuple ne serait pas synonyme de démocratie populaire mais au contraire profiterait à nos ennemi-e-s :

– En s’en remettant aux urnes dans une démarche institutionnelle, plus besoin de manifester, plus besoin de faire grève, plus besoin de lutter.

– les partis et les organisations institutionnelles s’en donneraient à cœur joie. En effet, ces organisations ayant les moyens de financer des campagnes électorales d’ampleur, elles pourraient profiter du cadre d’un referendum pour surfer sur des thèmes réactionnaires et leur donner de fait une plus grande visibilité – haine des immigré-e-s, des populations racisées, des LGBTI, des femmes, des prétendu.e.s « assisté.e.s » etc., autant de sujets qui constituent un bon terreau pour le fascisme. Sous prétexte qu’il faudrait laisser s’exprimer tout le monde, nous laisserions ainsi libre tribune à celles et ceux qui souhaitent nous opprimer.

De ce point de vue, il est à noter que cette revendication est assez fortement reprise sur Bordeaux, au point que le 20 décembre dernier, le confusionniste notoire Etienne Chouard (pour en savoir plus sur cet homme, voir ici) était invité par des gilets jaunes pour en faire la présentation et parler de la structuration du mouvement.

Conclusion

En tant qu’antifascistes, anticapitalistes, antisexistes, il est difficile dans ce contexte d’avoir un positionnement clair : certain.e.s se montrent pessimistes, refusant de risquer une alliance objective avec des groupes fascistes et des individu.e.s exprimant publiquement des propos et des attitudes incompatibles avec ce que nous défendons ; certain.e.s se montrent plus optimistes, défendant l’implication directe au sein de ce mouvement, ne serait-ce que pour virer les fachos et appuyer les dimensions progressistes portées par certains secteurs des Gilets Jaunes. En tout état de cause, nos milieux entretiennent des rapports ambigus à l’égard d’un mouvement hétérogène, tant du point de vue de sa composition que de ses revendications, de sorte que beaucoup hésitent encore entre participer pleinement aux manifestations, et y intervenir pour simplement cibler en leur sein les fascistes en parade.

Quoiqu’il en soit, une révolte populaire est par nature composite, parfois contradictoire – tout l’enjeu est de déterminer quels types de compromis nous sommes prêt.e.s à faire, en fonction des réalités locales et des rapports de forces (avec cette limite, que nous n’accepterons jamais de militer aux côtés de l’extrême-droite).

Ce qui s’est produit samedi dernier à Bordeaux constitue à ce titre une étape importante puisque c’est une initiative massive et déterminée qui a été prise pour virer les fascistes. Cette déroute devrait d’ailleurs les faire réfléchir, puisqu’au-delà de leurs mensonges désespérés (cherchant à expliquer la réussite de leur expulsion par le fait que les antifas les auraient fait passer pour des flics), au-delà de leur tentative de se redorer le blason sur les réseaux sociaux (se fantasmant dans la bataille des Thermopyles), il demeure cette réalité toute simple : samedi dernier, il n’y avait d’un côté que sept personnes, et de l’autre une centaine d’individu.e.s, de tous horizons et sous un même slogan – Bordeaux antifa.

Il nous semble donc que dans les manifestations à venir, cette expulsion des éléments fascistes devrait être un préalable à tout autre type d’implication dans le mouvement, et qu’il faudrait que toutes les personnes partageant cette conviction continuent de s’organiser en ce sens.

En tout état de cause, il ne faudrait pas céder à la fétichisation de l’émeute : le romantisme de la barricade, quand il est applaudi à l’arrière par des fafs content.e.s ensuite de s’en revendiquer, ne saurait servir notre combat.

Pavé brûlant

4 commentaires »

  1. Adrien lage 13 janvier 2019 at 16:19 - Reply

    Bonjour ,
    dans la manif on peut apercevoir des antifas , des modérés ( gauche/droite.Mélanchon , etc..), des soral/dieudo ( plutôt modéré aussi ) , des nationalistes ..

    Ni voyez vous pas une forme unique de réconciliation du petit peuple manifestant ensemble sous la bannière gilet jaune ,afin de combattre l’ennemi commun : le capitalisme incarnant le “vrai fascisme actuel” ?

    • La Horde 14 janvier 2019 at 17:25 - Reply

      Le capitalisme, c’est le capitalisme, et le fascisme, c’est le fascisme. Ça a l’air bête dit comme ça, mais il n’y a rien à gagner à confondre les deux, au contraire : les deux doivent être combattu de façon distincte. C’est la raison pour laquelle les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis. Nous n’avions rien à partager avec l’extrême droite, qu’elle se proclame ou non anticapitaliste, car sa vision inégalitaire du monde est antagoniste avec la notre, qui est égalitaire. Et c’est justement parce que nous défendons une société ouverte et égalitaire que nous nous opposons à la fois au capitalisme et au fascisme. C’est aussi simple que ça.

  2. Judith 11 janvier 2019 at 11:52 - Reply

    J’aimerais bien avoir votre point de vue sur les violences commises par les gilets jaunes, dans les manifestations ou les menaces contre des élus. Dans quelle proportion c’est le fait des fafs, de gilets jaunes “radicalisés” ou de l’extrême gauche et quelle est la stratégie là-derrière s’il y en a une. Toutes ces violences me semblent totalement contre productives, elles ne font que légitimer et accroître la répression et les gens finissent par se ranger de toute manière du côté du maintien de l’ordre.

    • La Horde 12 janvier 2019 at 15:35 - Reply

      La première chose à rappeler sur la question de la violence, c’est que les faits de violence les plus graves sont avant tout du fait de la police et que, au-delà même des violences policières, c’est l’intransigeance de l’État (voire la référence à la tolérance “zéro” chère à Sarkozy et reprise aujourd’hui même par Laurent Nuñez, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur) et sa politique antisociale qui sont les premières violences dans ce conflit. Aussi, à notre sens, tu prends les choses à l’envers : ce n’est pas la violence des manifestant.es qui légitime la répression, c’est la répression qui légitime la violence des manifestant.es.
      Cela dit, et tu as raison de le rappeler, la violence n’est pas politique en elle-même, elle n’est pas nécessairement liée à une stratégie, car celles et ceux qui y recours peuvent le faire pour toutes sortes de raisons, parfois antagonistes : ainsi, des militants nationalistes, présents au sein des Gilets jaunes, sont passés en procès jeudi dernier pour cette raison.
      Pour ce qui est de l’usage de la violence dans la lutte antifasciste, nous avions expliqué ce que nous en pensions dans l’article suivant : http://lahorde.samizdat.net/2012/11/22/idee-recue-n3-lantifascisme-est-une-lutte-viriliste-dominee-par-la-violence/

Laisser un commentaire »