Bâle (Suisse) : 1000 antifascistes bloquent un rassemblement néo-fasciste

27 novembre 2018 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Ce samedi une manifestation du Parti Nationaliste Suisse était organisée à Bâle en Suisse, en réponse un contre rassemblement antifasciste est venu perturber leur rassemblement, le site Renversé avait publié l’appel au contre-rassemblement puis le compte-rendu :

Bâle sans nazis : Contre la manifestation du Parti Nationaliste Suisse le 24 novembre

Le PSN (Parti Nationaliste Suisse) veut faire une manifestation le 24 novembre 2018 de 14 à 17 heures sur la place de la foire (Messeplatz) à Bâle, ceci contre le pacte de l’ONU sur la migration. Ce parti néonazi essaie de prendre l’espace publique pour faire de la propagande pour ses positions. Le PSN a de bons contacts avec des fascistes de partout dans le monde. Ainsi on peut voir sur une photo le chef de la section bâloise Tobias Steiger avec David Duke, l’ancien chef du Ku Klux Klan. Le 1er décembre, le parti veut faire, en outre, un congrès international dans la région de Berne auquel des fascistes connus sont invités.

Cette mobilisation de néonazis suit une montée de la présence de l’extrême droite dans la région de Bâle. Ainsi, dans les mois passés on a constaté plusieurs actes de violence et actions propagandistes avec un motif raciste. Article en allemand
Les incidents répétés par l’extrémisme de droite à Bâle doivent être remis dans un contexte global de la montée de mouvements fascistes. Dans différents pays européens des partis d’extrême droite font partie du gouvernement et aspirent à encore plus de pouvoir. En Suisse c’est depuis longtemps que l’UDC est établie avec leurs campagnes de dénigrement de migrant*e*s. en Allemagne l’AfD (Alternative pour l’Allemagne) est devenu le deuxième parti. En Italie c’est un fasciste convaincu qui est ministre de l’intérieur. En Grèce, un parti néonazi détient 18 sièges au parlement. Cela pour ne mentionner que quelques exemples. Dans la rue, les attaques contre les migrant*e*s et la gauche se suivent. Le groupe d’extrême droite « Revolution Chemnitz » par exemple a préparé des attentats contre des migrant*e*s en Allemagne. Hors d’Europe de même des régimes et politiciens autoritaires gagnent du terrain : Au Brésil, c’est Bolsonaro, aux États-Unis, c’est Trump, en Turquie Erdogan…
Cependant, de l’autre côté, la conscience grandit qu’une résistance large et déterminée est nécessaire. Récemment 200’000 personnes ont protesté contre des tendances d’extrême droite à Berlin. Ce développement est urgent. Cependant, il ne faut pas seulement réagir. Il faut plutôt trouver une réponse solidaire à la crise globale de cette société. Au lieu de luttes pour la répartition entre des nations et la politique qui protège la richesse contre les pauvres, nous devons nous occuper d’une répartition des biens du haut en bas ! Le choix entre néolibéralisme et nationalisme est une alternative fausse : nous devons lutter pour une perspective solidaire – au-delà de la folie capitaliste. Car un autre monde est possible !

Dans ces temps il est nécessaire de se positionner clairement et de couper la voie aux extrémistes de droite voulant s’enraciner à Bâle. Nous appelons tou*te*s les antifascistes de descendre dans la rue le 24 novembre ! Réservez la date et mobilisez vos ami*e*s !

Solidarité et résistance !

Tou*te*s ensemble contre le fascisme !

Le compte-rendu du rassemblement :

1’000 antifascistes bloquent un rassemblement néo-fasciste

Article tiré de la page facebook Feu au Lac.

Plus de 1’000 antifascistes ont empêché le parti néo-nazi suisse “PNOS” de se rassembler sur la MessePlatz. La place a été occupée une heure avant le rassemblement des néo-fascistes et la police a du escorter une quarantaine de nazis dans une rue parallèle.

La contre-manifestation sur la Messeplatz.

La police a fait usage de balles en caoutchouc contre les antifascistes et a protégé les nazis toute l’après-midi. Les antifascistes se sont défenduEs en construisant des barricades avec du mobilier urbain.

Cette journée a été un vrai désastre pour les néo-fascistes car ils n’ont pas réussi à réaliser leurs plans et n’ont réussi à mobiliser qu’environ 80 personnes. A noter la présence de David Rouiller, membre du groupe néo-fasciste romand “Résistance Helvétique”.

Bravo aux camarades de Bâle et de Suisse allemande ! Pas de place pour les nazis ! Solidarité avec les personnes blessées et en détention !

Ces deux dernières années le mouvement islamophobe “PEGIDA” avait déjà essayé de se rassembler aussi à Bâle sans succès grâce à la mobilisation antifasciste.

3:0 pour les antifas à Bâle.

Bloquons les nazis ! Prochain rendez-vous le 1er décembre à Berne !

Laisser un commentaire »