La Dissidence Française et sa “manifestation nationale” dans les rues de Paris

13 novembre 2018 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Samedi 10 novembre 2018, la Dissidence française organisait une manifestation “d’ampleur nationale”, aux dires de son leader Vincent Vauclin.

La Dissidence Française a été fondée en 2011 par Vincent Vauclin, ancien éditorialiste à Boulevard Voltaire et auteur du livre Putch, qui appelait l’Armée française à renverser la République. Le groupe s’est constitué en récupérant l’émanation parisienne du groupuscule néonazi Mouvement Populaire Nouvelle Aurore et une très jeune bande de skinheads d’extrême-droite. Une équipe de vainqueurs qui se regroupe autour d’une ligne politique[1] qui va piocher dans le nationalisme-révolutionnaire ou le fascisme. On peut considérer que la Dissidence Française joue le rôle qui fut autrefois dévolue au PNFE ou à Unité Radicale, à savoir rassembler les éléments les plus caricaturaux et folkloriques de l’extrême droite française.

Alors que plusieurs mouvements et personnalités[2] avaient appelé à manifester, un peu plus de 70 personnes se sont finalement rendues place de la Bourse. Alors que tout ce petit monde se préparait à partir en cortège, un mouvement de panique a parcouru les rangs clairsemés de la manif quand un groupe de militantes et militants antifa s’est rapproché de la place de la Bourse, en lançant quelques slogans. Tels des pingouins sur la banquise, les fafs se sont collés les uns aux autres, afin de se placer sous la protection des policiers[3].

 

Après ce faux-départ, la manifestation “nationale” s’est donc mise en marche sous haute protection policière (au moins un policier pour un manifestant) pour faire un peu plus de 400 mètres au cri de “Les nôtres avant les autres”.

Le cortège s’est donc arrêté à la place de la Victoire. Parmi les rares personnes qui avaient fait le déplacement, on trouvait quelques militants de Terre & Peuple[4]. Notons également la participation de l’Action Nationale et Radicale[5] qui était chargée du SO de la manif. Bien que le PdF n’est pas appelé à manifester, 2 militants du PdF de Caen dont Bruno Hirout, ainsi que deux militants du PdF 93 avaient fait le déplacement.

On remarquait également la présence de Patrick Gofman, Mickael Douet, toujours dans les bons coups[6], Damien Lenoir et Baptiste Gueudin[7] ou encore Roland Hélie. Ce dernier avait sans doute fait le déplacement par courtoisie, vu la fidélité de Vauclin à toutes les initiatives de Synthèse Nationale. Vincent Lapierre, le tintin reporter des fafs[8], était également venu couvrir cette manifestation.

 

[1] http://lahorde.samizdat.net/2018/11/12/bresil-communiques-suite-a-lelection-de-bolsonaro/

[2] Synthèse Nationale, Terre & Peuple, Parti Nationaliste Français, Nation, Division Nationaliste Révolutionnaire, Action Nationale Radicale, Alexandre Gabriac

[3] Il y avait pourtant un SO prévu, mais curieusement ce dernier se fit très discret à cet instant précis.

[4] Mouvement dirigé par Pierre Vial : http://reflexes.samizdat.net/terre-peuple-quand-les-gaulois-sont-dans-la-peine/

[5] Anciens membres du SEP Nord, le service d’ordre du Parti de la France

[6] Il s’était illustré en organisant sur Facebook un rassemblement contre les locaux de la CNT à Paris.

[7] Deux conseillers municipaux qui ont récemment quitté le Rassemblement National pour rejoindre la Dissidence Française !

[8] Lapierre était sans doute venu se faire de nouveaux amis. Suite à son départ de la mouvance E&R, Lapierre a vu sa chaîne youtube fermée, suite à la demande de la formation d’Alain Soral, pour une sombre histoire de droits d’auteur. Une embrouille autour de l’argent, un classique chez Soral.

Un commentaire »

  1. GdeC 14 novembre 2018 at 12:12 - Reply

    C’est pas ce même Vauclin qui avait créé autrefois avec d’autres probablement un bouzin qui se voulait une alternative à facebook bas de gamme intitulée The Change Book ?

Laisser un commentaire »