Mai 68 et l’extrême droite

14 octobre 2018 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lu sur le blog Tant Qu’il le Faudra:

Lorsqu’éclatent les événements du printemps 1968, l’extrême droite connaît de graves difficultés internes, marquées par les sempiternelles rivalités entre les groupuscules. Son avenir semble compromis. Complètement dépassée et surprise par le déclenchement de Mai 68, l’extrême droite est incapable d’adopter une position commune et de peser de manière significative sur la situation. Pendant la crise, on assiste à la disparition totale de l’extrême droite, les chefs étant occupés en « bavardages stériles » selon François Duprat. Une partie sera aux abonnés absents, hésitant entre une participation au mouvement et le ralliement au parti de l’ordre. Il lui fut impossible de prendre une position vraiment claire et les groupes nationaux ou nationalistes se virent menacés d’éclatement. Des militants allèrent se battre sur les barricades, d’autres se retrouvèrent le 30 mai sur les Champs-Élysées.

Tract des étudiants de la RN – 1967

Quant aux mouvements eux-mêmes, ils se virent impuissants devant les développements de la situation et Duprat se pose la question du dilemme pour l’extrême droite : « Fallait-il participer à la lutte contre le régime aux côtés des gauchistes, alors que ces derniers représentaient les adversaires constants des nationalistes sur le terrain ? Fallait-il, au contraire, s’allier au régime pour lutter contre le bolchevisme, alors que le général de Gaulle et son système s’étaient montrés d’une hostilité sans faille à l’égard des nationaux et avaient détruit l’Algérie française. » Au début, les dirigeants d’Occident divergent sur la position à adopter. Certains, par hostilité au régime, veulent en découdre aux côtés de l’extrême gauche, d’autres (Madelin, Robert) sont farouchement opposés à toute participation aux manifestations avec les gauchistes et sont partisans de soutenir les forces de l’ordre « contre la pègre bolchevique », prêts à se transformer en supplétifs de la police et à s’allier au régime. Des contacts vont d’ailleurs être pris avec le SAC via Gilbert Lecavelier [1] . François Duprat signale que des hommes « munis de cartes officielles » contactent Occident pour « proposer leur soutien pour une action visant à reconquérir Assas, afin d’en faire un abcès de fixation antigauchiste ». À Occident, il ne semble plus y avoir de pilote dans l’avion. Sa faiblesse l’empêche de jouer un rôle autonome dans l’un des deux camps. Il lui est impossible de prendre une position claire. Le 11 mai, Occident publie un tract réclamant « l’amnistie pour les étudiants arrêtés et la mise hors d’état de nuire des meneurs communistes ».

En 1968, l’AF s’affiche au quartier latin… Malgré l’adversité.

Jusqu’à la mi-mai, Occident participe à des manifestations aux côtés des maigres troupes de Roger Holeindre et surtout des royalistes de la Restauration nationale, non sans heurts avec le service d’ordre royaliste. La Restauration nationale entendait, appliquant sa tactique de « compromis nationaliste » agir dans l’unité la plus large, alors qu’Occident voulait radicaliser et droitiser les manifestations. Occident défile sous une banderole frappée de la croix celtique et réclamant « La France au Français » signée Édouard Drumont. Les royalistes les considèrent d’ailleurs comme des provocateurs et des « crétins fascisants » (Gautier 2002 : 89-101). Lors de ces manifestations, les principaux slogans sont « Sauvageot au poteau ! », « Expulsez Cohn-Bendit ! » et « Libérez la Sorbonne ! ». Occident va également se joindre à la manifestation du Front national anticommuniste de Tixier-Vignancour, le 20 mai, de la Madeleine à Saint-Lazare. « Des rallyes sans intérêt, sans débouchés politiques » (Duprat 1968 : 157 et suiv.). Le 22 mai, Occident attaque le siège de L’Humanité et veut marcher sur le Quartier latin.

Après l’échec de son action commando contre Sciences-Po, le mouvement disparaît de la scène jusqu’au 30 mai. Ce jour-là, certains de ses membres, noyés dans la masse de « l’immense marée humaine » participent à la grande démonstration gaulliste sur les Champs-Élysées. François Duprat dénonce cette participation : « on peut alors assister au spectacle effarant du mouvement Occident défilant drapeaux à croix celtique en tête, mêlé aux gaullistes, dans une foule hérissée de drapeaux à croix de Lorraine ». Manifestation qui toujours selon Duprat va « servir de catalyseur » à l’extrême droite. Jean-Christian Petitfils constate à juste titre que « le défilé de la Concorde, le 30 mai, scellait en quelque sorte la réconciliation des droites, hier encore meurtries et divisées par les nostalgies algériennes ». L’organe gaulliste, La Nation, du 1 cr juin 1968, fait part de sa satisfaction : « Il n’était que de voir des gaullistes et des antigaullistes de la veille, ensemble sur les Champs-Élysées, en train d’acclamer le chef de l’État, pour comprendre que quelque chose avait changé. » De Gaulle a sifflé la fin de la récréation et « le vieux connétable du déclin », pour reprendre l’expression de François Brigneau, entend bien rafler la mise lors des législatives anticipées de juin 1968. Tout le monde n’entend pas jouer la même partition à l’extrême droite. En particulier Rivarol et Minute qui publie, le 6 juin, un article de Brigneau au titre évocateur : « Anticommunistes je vous ai compris », pastichant le « Je vous ai compris ! » de De Gaulle à Alger en 1958, et rappelant « sa fourberie ». Brigneau jure qu’au « bal des cocus, on ne le reprendra plus ». De Gaulle, le 30 mai, avait clairement désigné l’ennemi : « Le communisme totalitaire. » Sous la pression des événements, pour une partie de l’extrême droite le problème est de ne pas se rallier et de ne pas se faire récupérer par les gaullistes : « Combien de nationaux éternels dupés de la politique ? Combien de nostalgiques du maréchal Pétain ? Combien de partisans de l’Algérie française, d’épurés de 44, d’admirateurs de Bastien-Thiry, parmi ces masses humaines qui sauvent de Gaulle sous les drapeaux à croix de Lorraine ? [ … ]. Spectacle effarant. » (Duprat 1968 : 159 et 163). Le 4 juin, Occident participe à une manifestation d’étudiants gaullistes. Des heurts éclatent entre le service d’ordre de la manifestation et Occident qui réclama l’amnistie. Après les élections de juin et la reprise en main de la situation par le pouvoir, Occident s’attelle à l’analyse de Mai 68, dans une brochure, Pour une jeune nation. Les responsables de la « chienlit » sont ciblés : « Une dizaine d’enragés de Nanterre, la Sorbonne investie par la police, l’Université en grève, les barricades, les facultés, les lycées, les usines occupées, la grève générale. » Conclusion : « Tout nous impose un ordre nouveau, car le système s’est effondré ce mois de mai 1968. » Occident décèle dans les événements un antagonisme jeunes-vieux : « Sur les barricades, une jeunesse animée par la même solidarité des jeunes [ … ]. Nous vivions en effet dans une gérontocratie où les vieux détiennent tout le pouvoir politique et le pouvoir économique. » Mais ce système était en contradiction avec lui-même, puisque pour des raisons de consommation et de publicité, il idéalisait la jeunesse sans pour autant lui faire une place dans la société. Mai 68 ? Une crise politique, de civilisation et des valeurs, qui s’expriment par la dénonciation du système politique gaulliste : « Un pouvoir politique incapable de résoudre les problèmes au mieux de l’intérêt national. Le résultat de dix ans de gaullisme se traduit par la division de la nation en deux camps ennemis irréductibles. » Dénonciation des « sociétés mercantiles », ce qui montre que « dans son fond, cette révolte de la jeunesse est donc la plus saine qui soit ». Si la jeunesse veut être constructive, elle doit « déblayer tous ces gravats idéologiques ». Occident dénonce la collusion entre l’extrême gauche et le pouvoir gaulliste. Une minorité d’agitateurs d’extrême gauche a dirigé la révolte avec la bienveillance du gaullisme « qui voyait en eux presque des alliés dans sa politique antiaméricaine au Vietnam ». Pour Occident, les gauchistes ont été un instrument efficace pour les visées antiaméricaines de De Gaulle : « Le pouvoir d’habitude si prompt à briser les manifestations nationales a incontestablement favorisé l’agitation de ces meneurs. » Deuxième allié de l’extrême gauche : les médias, « cet orchestre rouge qui a préparé le terrain de la révolte ». Résultat de cette machination et de Mai 68 : « La France est au bord du gouffre. » Ultime tentative pour Occident, vouée à l’échec, pour récupérer la jeunesse.

Lire la suite ici

 

Laisser un commentaire »