élections en Belgique : Balayage des différentes listes électorales d’extrême-droite ou réactionnaire à Liège et environs

4 octobre 2018 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Prochainement des élections vont se dérouler en Belgique, le Blog Veille Antifa Liège a fait un portrait des différentes listes d’extrême droite ou réactionnaires présentent à Liège et dans ses environs :

Il nous semble opportun de dresser un court portrait de chacune de ces listes, véhiculer les informations personnelles les concernant mais surtout envisager des manières de répondre à cette présence.

Dernière mise à jour 1 octobre 2018

Mauvaise période que l’électorale, c’est toujours le moment où les déclarations, propositions démagogiques sortent autant sur les médias que sur les réseaux sociaux. La pollution électorale vient se rajouter à l’habituelle agression publicitaire dans les rues et vient même s’insérer dans nos intimités par les prospectus qui iront de la boîte aux lettres à la poubelle.

Cette année est particulière, le boulevard offert aux extrêmes droites boostées par la présence de la NVA au fédéral et à quatre longues années de propos démagogiques, xénophobes sur les questions de sécurité, de migrations accompagnant un déclin social ont droitisé le morne paysage de la politique institutionnelle. Voulant surfer sur les succès politiques et électoraux des autres extrêmes droites européennes, ne serait-ce que celles flamandes, plusieurs partis d’extrême-droite se présentent ici et là.

S’ils sortent heureusement dispersés, force est de constater leur recrudescence. Rien que pour Liège et ses environs, on ne compte pas moins de six listes d’extrême-droite ou réactionnaires qui ont tenté de déposer des listes.

La recrudescence des partis d’extrême droite n’est pas anodine, la période est en outre propice aux tentatives de coup d’éclat et de com’. C’est pourquoi la campagne électorale doit également être un moment accru de vigilance et d’actions. Pour autant, le moment électoral n’est que ponctuel, bien que plus visible à cette période cela ne signifie pas forcément qu’ils sont plus forts politiquement à cette période.

Nous précisons également que d’autres partis ou membres de partis les singent en véhiculant déclarations, actes et législations. Dès lors, c’est une double prudence qu’il nous faut avoir, celle-ci consiste à une lecture critique qui permet autant à décrypter, analyser, dénoncer mais également d’agir directement contre tous ces discours.

À notre connaissance, voilà les sept listes réac’ qui comptaient se présenter à Liège ou ses environs : Nation, La Droite (Citoyenne), le Parti Populaire, Valeurs Libérales Citoyennes, Agir (réunissant le Parti des Pensionnés, le Parti Wallon et Wallonie d’abord), Islam et Mouvement pour l’Éducation.

Nation :
Nation est un groupe « nationaliste révolutionnaire », « identitaire » et « solidariste » fondé en 1999 par des dissidents du « Front National » et du « Front Nouveau de Belgique ». C’est un parti néonazi allié avec des catholiques intégristes, des partis néonazis comme Aube Dorée en Grèce, de la coalition APF (groupe européen réunissant plusieurs partis d’extrême droite) et d’autres structures culturelles de la culture fasciste comme le site anti-antifa.
À Liège, après la démission de Stéphane Torre récemment, c’est Jonathan Delvallée qui a repris la présidence provinciale. Ce dernier se fit connaître lors d’une ratonnade violente à caractère raciste à l’encontre d’un SDF à Bruxelles en marge d’une manifestation empêchée contre les personnes migrantes.

  • Kevin Heudens habitant à Chénée se présente (seul) pour les provinciales à Liège. Nation n’a pas été capable de déposer une liste pour les communales à Liège. Leticia Knevels se présente également pour la province, à Saint-Nicolas. Nation a aussi une liste à Ans (avec.. la même Leticia, toujours seule sur la liste).
  • À Verviers aussi il n’y a qu’un seul candidat pour porter les listes communales et provinciales (Christian Cholewa).

Note : En fait il n’y a qu’à Charleroi que Nation se présente (avec l’aide de la NWA) avec un semblant de « liste ».

Description plus complète de Nation dans la section “qui est qui” du blog.

Agir :

Ce parti politique a été réactivé par Salvatore Nicotra. Il a la particularité de vouloir surfer sur un parti d’extrême droite qui a connu un certain succès en région liégeoise dans les années 80/90. Il essaye de constituer des cartels de plusieurs partis (Parti des pensionnés, Wallonie d’Abord (scission du FN belge) et le parti Wallon). C’est Edward (Joseph) Franz du Parti des Pensionnés qui en constitue les listes pour Liège et environ. Ce dernier est un ancien du parti Agir et du Front National des années 80/90.

  • Agir se présente aux provinciales à Fléron (1 personne), à Liège (1 personne), à Saint-Nicolas (2 personnes) et à Seraing (1 personne sur la liste).
  • Ils se présentent aux communales à Chaudfontaine (1 candidate), à Dison (3 personnes), à Fléron (1 personne) à Huy (1 personne), à Liège (5 personnes), à Seraing (1 personne), à Verviers (1 personne) et à Visé (2 personnes sur la liste).

Note : Par manque de personnes, les mêmes individus se présentent à la fois aux provinciales et aux communales.

Description plus complète dans un article récent du blog consacré à la refondation du parti et à ses origines.

Le Parti Populaire :

Le parti populaire est né en 2009 à l’initiative de Mischael Modrikamen et de Rudy Aernoudt. Modrikamen devient vite le seul président suite à une dynamique d’exclusion qui touchera une bonne partie des autres cadres du PP. Il a une manière très dirigiste de fonctionner, ce qui explique les très nombreux départs ou exclusions de membres ou de cadres locaux, voir même du bureau politique du parti. Les députés ont également souvent été démissionnaires et ils se sont fait connaître soit pour être des chevaux fous comme Laurent Louis ou Berrendorf. Ce dernier, à Verviers, fut accusé par exemple d’avoir propager de « Fausse information concernant l’existence d’un attentat », soit pour être abstentéiste au Parlement tout comme Aldo Carcaci.
Le Parti Populaire est proche d’autres partis d’extrême-droite européens comme le Rassemblement National (ex-FN français), le Partij Van Vrijheid (PVV de Geert Wilders aux Pays-bas) ou encore l’UK Independence Party (UKIP de Farage au Royaume-uni). Il s’est fait connaître également en soutenant la dictature syrienne de Bashar El-Assad lors d’un voyage politique par son député fédéral Aldo Carcaci en compagnie des députés du Vlaams Belang.
Ce parti est néolibéral, conservateur, anti-social, climato-sceptique, raciste et conspirationniste. Il est le seul parti d’extrême droite francophone à avoir eu des élus dans plusieurs endroits et niveaux de pouvoir. Il est à l’heure actuelle le parti d’extrême droite francophone risquant de faire le plus de voix et d’avoir des élu.e.s.

  • Le Parti populaire va se présenter aux provinciales à Dison (4 personnes), à Eupen (4 personnes), à Fléron, à Huy (4 personnes), à Liège, à Saint-Nicolas (5 personnes), à Seraing (4 personnes), à Verviers, à Visé (5 personnes) et à Waremme (3 personnes).
  • Il se présente aux communales suivantes : Awans (1 personne pour la liste), Braives (1 personne), Dison, Esneux, Fléron, Grâce-Hollogne, Herstal, Huy, Liège, Oupeye, Remicourt (1 personne), Saint-Nicolas, Seraing (5 personnes), Theux (4 personnes), Trois-Ponts (1 personne), Trooz, Verviers, Wanze et Waremme.

Lire la suite ici

Laisser un commentaire »