Le Mans : une conférence antiféministe organisée par l’extrême droite

25 septembre 2018 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lu sur le site collaboratif La Rotative :

Ce 25 septembre, un masculiniste et des anti-féministes notoires sont invité-es à échanger sur la question du féminisme par un catholique traditionaliste proche du Front National, dans une salle municipale de la ville où Marlène Schiappa était adjointe au maire. Décryptage.

Le week-end dernier se tenait à Paris l’université d’été du féminisme, organisée par Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes. Avant d’entrer au gouvernement, Schiappa fut d’abord adjointe au maire en charge de l’égalité dans la ville du Mans, où se tiendra le mardi 25 septembre 2018, une soirée pour le moins surprenante sur le thème : « Féminisme : où va-t-on ? ». Cette soirée aura lieu dans la salle municipale Le Royal, dans les quartiers sud.

Si elle fait l’objet de notre attention, c’est que cette soirée est organisée par la toute nouvelle association Les Discussions du Maine, dont le porte parole Louis de Cacqueray-Valmenier est aujourd’hui conseiller municipal du Rassemblement National au Mans. Mais laissez-nous vous présenter les participant.e.s à cette soirée.

Louis de Cacqueray est issu d’une famille catholique traditionaliste, dont l’abbé de Cacqueray, l’un des dirigeants du mouvement intégriste Civitas, est « le cousin de papa ».

On peut le trouver à gauche sur la photo ci-dessus faisant une quenelle (un signe antisémite chère aux tristement célèbres polémistes Dieudonné et Soral) en compagnie de Joseph-Felix Quiñones (à droite), un militaire de carrière, fasciste assumé et militant FN de la Sarthe (cf. photo ci-dessous). Et au centre de cette image on peut aussi apercevoir Marie d’Herbais de Thun, présentatrice historique du journal de bord de Jean-Marie Le Pen et elle-même membre de Civitas, ancienne compagne de Frédéric Chatillon, l’ancien leader du Groupe Union Défense (GUD) [1].

« Conserver les privilèges accumulés par les hommes »

Passons aux intervenant.e.s de cette conférence. On pourra y retrouver Julien Rochedy, un ancien chef du Front National Jeunesse (2012-2014), fondateur de l’Ecole Major, une école masculiniste en ligne ouvertement antiféministe, qui propose entre autre, une formation pour « Être et rester un homme ». L’idée étant de conserver les privilèges accumulés siècle par siècle par les hommes. Son fondateur y justifie entre autre qu’un homme puisse être violent : « L’objectif est de contraindre cette violence et d’arriver à la sublimer » [2].

Un petit selfie de Rochedy avec le dictateur syrien…

Après son prétendu retrait de la vie politique, ne supportant plus la présence au FN d’hommes « pas assez viriles », après s’être rapproché de l’Action Française, on le retrouve auprès d’une délégation des Républicains menée par Thierry Mariani, partie en Syrie rencontrer Bachar el-Assad en mars 2016. Vous trouverez un heureux selfie de Julien et du dictateur sanguinaire pris à cette occasion.

Lire la suite ici

[1Le GUD est une organisation étudiante française d’extrême-droite réputée pour ses actions racistes violentes.

Un commentaire »

  1. Ravava 25 septembre 2018 at 21:15 - Reply

    A quand un groupe antifa au Mans ? 🙂

Laisser un commentaire »