La GALE est allé « Chez Jesus », squat autogéré à la frontière franco-italienne

9 août 2018 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Le week-end du 20, 21 et 22 juillet, la GALE, groupe antifasciste lyonnais, à la frontière entre l’Italie et la France, au refuge « chez Jesus » (dont nous avions déjà parlé ici) dans le col du Montgenèvre situé entre la vallée de la Clarée et le Val de Suse.

Chez Jesus

Le refuge « chez Jesus » est un lieu occupé par des militant-e-s et des personnes souhaitant passer la frontière et pénétrer sur le territoire français. Il se situe non loin du col de l’échelle, rendu tristement célèbre par la mort de nombreux-ses migrant-e-s cet hiver. « Chez Jesus » est un squat situé au sous-sol de l’église de la commune touristique de Clavière en Italie.

Le curé de la paroisse, surnommé « Don Mussolini » par les habitants du lieu, est hostile à cet accueil organisé par les camarades sur place. Il refuse d’ailleurs que les personnes migrantes participent à la messe. Ainsi, un dimanche matin une femme Érythréenne s’est vu refuser l’accès à la messe par l’homme d’Église. Ce même curé demande l’expulsion du lieu mais son supérieur, archevêque de la région, s’y refuse. En Italie, une expulsion ne passe pas par un juge, ainsi la police peut vider un lieu sur simple demande du propriétaire. Ce lieu appartient au Vatican et le pape a appelé les catholiques à la solidarité avec les migrant-e-s, ce qui explique ce choix.

Ce lieu est occupé depuis trois mois mais les autorités locales font pression sur l’Église pour le vider. Des discussions seraient en cours pour ouvrir un centre à Oulx, ville située à une vingtaine de kilomètres de la frontière. Ceci compliquerait largement le passage pour les migrant-e-s. En effet, vu qu’ils-elles sont ramené-e-s à la frontière, ils devront faire vingt kilomètres pour retourner au camp et vingt autres pour retenter un passage.  Ce sous-sol est constitué d’une cuisine, d’une salle où dorment de nombreux-ses migrant-e-s et d’un espace d’hygiène.

Chez Jesus ce sont des hommes, des couples avec enfants, des couples sans enfants, des femmes seules avec enfants et enfin des mineurs qui attendent pour tenter leur chance.  Ce qui frappe c’est l’espace temporel dans lequel sont ces personnes. Chez Jesus n’est qu’une parenthèse, un trait d’union entre la France et l’Italie.  Et lorsqu’ils sont ramené-e-s à la frontière on a l’impression de vivre le film « un jour sans fin ». Ils-elles revivent la même journée dans l’attente de pouvoir passer.  Ils-elles sont dans un moment interminable ou leur vie est suspendue avec l’espoir de vivre leur vie.

Les militant-e-s qui l’occupent accueillent quotidiennement des migrant-e-s afin qu’ils puissent se reposer, dormir, se nourrir, souffler et enfin tenter de traverser la frontière à travers les chemins escarpés. Concernant la vie avec les habitant-e-s du village, on ne peut pas dire que ce squat soit bien vu. Il perturbe l’économie locale, Clavière étant une station de montagne pour riches. Le squat s’est fait attaquer plusieurs fois par des habitant-e-s se réclamant ouvertement du fascisme. Enfin, pour finir de dresser le tableau, il y a dans la région le groupe Génération Identitaire qui continue ses méfaits, intimide les militants, intimide les migrants, tracte sur les marchés sa propagande et sous le regard bienveillant des autorités et de notre ministre de l’intérieur.

Traverser la frontière

Chaque jour et chaque nuit des dizaines de personnes empruntent le chemin qui permet de traverser la frontière sans passer devant le poste de police aux frontières. Le trajet peut durer à minima 4 heures pour quelqu’un en forme, sans bagages et surtout quelqu’un qui le connaît déjà. Il est très facile de s’y perdre et certain-e-s y ont déjà perdu la vie cet hiver. Certaines personnes peuvent passer plusieurs jours dans la montagne avant de se faire ramener à la frontière. Le voyage se fait généralement de nuit afin d’optimiser ses chances, ce qui complique le passage. A chaque voyage les migrant-e-s risquent de se faire attraper et ramener à la frontière en Italie. Ainsi tous les matins, celles et ceux qui se sont fait attraper reviennent « Chez Jesus ».

Les camarades présent-e-s relatent de nombreux cas de violences policières subies par les personnes traversant la frontière, ils relatent aussi des faits de racket. Lors d’un récent passage, une personne faisant la traversée se serait fait voler 300 euros par des policiers.
Voici un extrait d’une lettre d’un militant sur place qui s’adresse à l’autorité judiciaire et relate les exactions policières :

La violation quotidienne du droit des étrangers à la frontière, c’est vous.
Les arrestations et les refoulements sans ménagement des demandeurs d’asile, c’est vous.
Le non-respect du droit des mineurs que la France se doit de protéger, c’est vous.
Les refus d’entrée pré-remplis et la falsification des informations, c’est vous.
Le délaissement des exilés malades ou blessés qui ont besoin de soins ou d’une hospitalisation, c’est vous.
Les chasses à l’homme noir, c’est vous.
Les guets-apens, les pièges tendus, les planques avec jumelles à vision nocturne et caméra thermique, c’est vous.
La mise en danger des exilés, poursuivis dans la nuit, et la négation de leur vulnérabilité, c’est vous.
La collusion avec les militants de Génération Identitaire, que vous remerciez pour le bon boulot qu’ils ont fait lorsqu’ils vous remettent des exilés, c’est vous.
Le dépouillement des exilés interpellés, c’est vous.
L’interpellation de femmes, accompagnées d’enfants qu’elles portent dans leurs bras, et sommées de se coucher à terre, c’est vous.
Ces coups qui pleuvent parfois sur ceux qui demandent juste une protection et qui sont en quête d’un bout de terre habitable alors même qu’ils vous supplient à genou de ne pas les renvoyer en Italie, c’est vous.
Les menaces faîtes armes à la main “arrête toi où on tire”, c’est vous.
Les violences verbales faîtes à des femmes sur le point d’accoucher “ma mère à moi a bien accouché dans la neige, tu peux le faire aussi et si c’est ici devant la Paf ça ne me dérange pas”, c’est vous.
Les paroles abjectes “Vous êtes trop nombreux, Macron ne veut plus de vous, retournez en Italie”, c’est vous.
Les réflexions odieuses, lorsqu’un exilé qui sent que ses droits sont bafoués vous rappelle que la France est le pays des droits de l’homme, et que l’un de vous lui rétorque, c’est vous.
Les exilés reconduits en Italie à pied et poussés par une voiture des forces de l’ordre, comme du bétail, c’est vous.
Les faux randonneurs qui font mine d’indiquer le chemin à des exilés égarés qui quelques minutes plus tard tombent entre les mains de vos collègues qui les ramènent en Italie, c’est vous.
La répression et le découragement des solidarités et des idéaux de fraternité, jetés par-dessus bord, c’est vous.
L’intimidation et le harcèlement des solidaires et de leurs familles, c’est vous.

[Texte à retrouver dans son intégralité ici]

Il existe donc, en plus du danger que constitue une marche de nuit en haute montagne, en plus des agissements de l’extrême-droite, en plus de l’hostilité des habitants, une autre menace, celle des agissements des gendarmes chargés de la surveillance de ce passage frontalier. Danger d’autant plus important qu’il est impossible pour les camarades de pouvoir observer ces rencontres avec la gendarmerie.  Accompagner les migrants lors de ces passages constitue « l’aide au franchissement de frontière », la peine maximale étant de dix ans d’emprisonnement, 750 000 euros d’amende et l’interdiction du territoire français pour ces faits.

Les 3 + 4 de Briançon : besoin de solidarité

C’est ce pourquoi sont poursuivi-e-s « les 3 de Briançon », qui ont été incarcéré-e-s lors d’une marche qui traversait la frontière, alors qu’au même moment les néo-fascistes de Génération identitaire organisaient une manifestation. Pendant des semaines, ces militant-e-s d’extrême-droite ont tenté d’empêcher des migrant-e-s de passer, disposant d’un blanc-seing de la part des services de police et de l’État. Il faut rappeler que le mois précédent cette marche, trois migrant-e-s avaient perdu la vie sur le chemin à cause de la persécution policière et des conditions de circulation de ces personnes.

Une date de procès a été annoncée pour les trois de Briançon et il semblerait que des militant-e-s solidaires, ayant eu affaire à la police après cette marche, seront jugés aussi ce même jour, le 8 Novembre 2018. En effet, quatre personnes supplémentaires ont été mises en garde à vue en Juillet, poursuivies pour les mêmes motifs « d’aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière sur le territoire français en bande organisée » suite à la marche du 22 avril dernier Nous ne manquerons pas d’afficher notre solidarité pour elles et eux, et organiserons un événement à ce moment-là.

Le week-end « passamontagna »

Du 8 au 10 Juin, des camarades se sont rendus à un week-end nommé « passamontagna ».


Ce week-end a rassemblé plus de deux cents personnes lors de trois jours de marche autour de la frontière franco-italienne, des débats et des rencontres ont eu lieu avec des habitant-e-s, les migrant-e-s et les bénévoles qui soutiennent les réfugié-e-s.
Ces deux cents personnes ont accompagné les migrant-e-s et traversé la frontière jusqu’à Briançon sous une surveillance massive de la police (camions de CRS, hélicoptère, prise de vidéos et de photos).
Une nouvelle marche devait avoir lieu le week-end où nous sommes venus mais n’a pas pu se tenir.

Lutter contre les frontières

Pour conclure nous nous sommes engagé-e-s à faire le relais entre les mobilisations à la frontière et Lyon et à organiser la solidarité.
Nous le ferons bien sûr avec tous ceux et celles qui le souhaitent, militant-e-s ou non de la GALE.
Et surtout nous nous sommes rendus chez Jesus à l’appel du collectif d’animation afin d’organiser cinq jours de camping dans le but de sensibiliser et d’organiser la lutte sur la frontière.
Il sera donc organisé un camping solidaire en septembre et nous vous donnerons plus d’informations le moment venu.

Invitation au camping de lutte du 19 au 23 Septembre au col du Montgenèvre

Nous vous convions au cinq jours pour partager, réfléchir, et pratiquer la lutte contre les frontières et les Etats qui les utilisent.
Voici le tract en Italien, nous vous tiendrons informé du contenu car le programme est en cours de construction. La GALE souhaite réaffirmer à travers son engagement la nécessité de briser les frontières qui tuent tous les jours que cela soit en montagne, en Méditerranée, ou ailleurs.

L’État français se permet d’engager des guerres impérialistes dans le monde. Il affame les peuples à travers l’asservissement des populations dans une démarches néo-colonialiste. Les entreprises françaises sont présentes dans le monde entier. Les marchandises traversent quotidiennement toutes les frontières mais les hommes, les femmes et les enfants qui fuient la misère et les guerres ne le peuvent pas, au mépris même de la législation.
L’État français et l’Europe ferment leurs portes aux migrant-e-s, ferment leurs ports, criminalisent celles et ceux qui leur viennent en aide, financent l’autocrate Erdogan pour les retenir ou encore les milices libyennes qui les maltraitent.
Ce traitement est une honte qui contamine toute l’Europe où les mouvements xénophobes grandissent, quand ils ne sont pas déjà au pouvoir comme en Hongrie ou en Pologne.
Nous sommes contre toutes les frontières et militons pour la libre circulation des personnes et la liberté d’installation.

NO BORDER NO NATION STOP DEPORTATION

Laisser un commentaire »