Col de l’Échelle : Le porte-parole des Identitaires est le fils d’un ami de Gérard Collomb

3 mai 2018 2 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Dans le prolongement de leur campagne estivale « Defend Europe », que nous avions suivi tout l’été avec notre camarade Yannis Youlountas, une soixantaine d’Identitaires français, italiens et allemands se sont mis en scène le week-end du 22 avril 2018 sur le col de l’Échelle, dans les Hautes-Alpes, pour simuler le blocage de la frontière avec l’Italie, point de passage des migrant·es fuyant la guerre et la misère. Avec leurs hélicoptères, leurs 4×4 et leurs drones, ils ont joué les supplétifs des forces armées de l’État, comme ils l’avaient fait en mer Méditerranée avec les garde-côte libyens : les Identitaires se désignent d’ailleurs eux-mêmes dans leur communiqué comme des « patrouilles de surveillance et de renseignement ». Rien que ça !

Le Front national, sans surprise, a salué l’action des identitaires, la qualifiant d’«efficace ». Il est vrai que Damien Rieu, présent au col de l’Échelle, travaille à la communication du maire FN de Beaucaire, Julien Sanchez… Fort heureusement, les réactions hostiles à ce coup de com’, souvent dénoncé comme tel, ont été très nombreuses, et la riposte antifasciste ne s’est pas faite attendre : une manifestation de plusieurs centaines d’antifascistes français·es et italien·nes à Montgenèvre et Briançon pour la liberté de circulation, a traversé la frontière dimanche 22 avril, emmenant avec eux quelques dizaines de migrant·es.

La colonne de migrants et de leurs soutiens sur les pistes de ski de Montgenèvre, dimanche 22 avril.

Mais il faut reconnaitre que l’opération de communication politique des Identitaires a parfaitement fonctionné, puisqu’avec leur filet en plastique et leur doudoune de schtroumpfs, ils ont réussi à faire croire à de nombreux médias mainstream à « l’efficacité » effective de leur action. Mais ce qui a particulièrement attiré l’attention de nombreux observateurs, c’est l’attitude pour le moins partiale de l’État, et singulièrement celle de sa police et de son ministre de l’Intérieur.

Tandis que les Identitaires ont pu mener en toute tranquillité leur petite opération devant des gendarmes passifs qui les ont ensuite gentiment raccompagnés, la manifestation antifasciste s’est soldée par l’arrestation de six camarades, dont trois sont passés en comparution immédiate pour « aide à l’entrée irrégulière en bande organisée ». Selon le collectif Délinquants solidaires, en marge de la manifestation, cinq personnes ont également été passées à tabac par des policiers lors d’un contrôle, dont l’une souffre de multiples contusions, d’un énorme hématome à la mâchoire, d’une entorse aux cervicales, et de douleur au niveau de la trachée, qui lui ont valu dix jours d’ITT. En revanche, à notre connaissance, aucun militant identitaire n’a subi ne serait-ce qu’un contrôle d’identité… 

Casque sur la tête et matraque télescopique à la main pour les antifas ; lunettes de soleil et bras croisés pour les identitaires…

Ce sont aussi les déclarations du ministre Gérard Collomb, qui a qualifié l’opération des identitaires de « gesticulations » et renvoyé dos à dos militants d’extrême droite et antifascistes, qui a ému jusque dans les rangs de l’Assemblée nationale et du Sénat, d’autant que la « mission » identitaire est intervenue fort opportunément au moment du vote de la loi asile et immigration.

De nombreuses personnes ont aussi rappelé l’intransigeance du ministre de l’Intérieur dans l’évacuation des facs occupées ou de la ZAD de Notre-Dame des Landes : or son mot d’ordre d’alors, « rétablir partout l’État de droit », ne concerne visiblement pas les actions anti-migrants des Identitaires. Il y a un an, alors que Collomb venait tout juste d’être nommé ministre, l’Auberge des migrants s’était vu bloqué sa distribution de repas à des migrant·es de Calais au nom du « respect de l’ordre public »; Aujourd’hui, le parquet de Gap, qui avait ouvert une enquête suite à l’action des Identitaires au Col de l’Échelle, vient de la classer sans suite, faute « d’infraction constatée » : le procureur de la République de Gap a déclaré sans rire qu’aucun migrant n’avait en effet porté plainte…

Cette mansuétude a posé question, notamment sur les réseaux sociaux. Elle est d’autant plus troublante qu’en tant que maire de Lyon, Gérard Collomb n’a pas fait preuve à l’égard des Identitaires de sa ville (solidement implantés depuis bientôt huit ans avec leur local la Traboule) d’une très grande fermeté, même lorsque des violences d’extrême droite ont été constatées. En 2013, Armand Creus, conseiller régional et membre du collectif Vigilance, avait critiqué le manque de prise de position du maire Gérard Collomb qui n’avait pas répondu aux questions posées par le collectif sur l’implantation de l’extrême droite à Lyon. Contactée par le site d’informations Slate, la mairie n’avait pas souhaité s’exprimer «pour ne pas faire de la publicité» aux mouvements d’extrême droite…

Dans l’affaire du col de l’Échelle, Gérard Collomb semble avoir même validé l’action des Identitaires en annonçant que « des renforts importants de forces de l’ordre vont être envoyés pour faire respecter le contrôle des frontières dans les Hautes-Alpes », comme s’il avait eu besoin de l’action des militants d’extrême droite pour agir : les Identitaires ne se sont d’ailleurs pas fait prier pour s’en réjouir. Les soutiens aux migrants de la zone ont en effet témoigné d’une « re-militarisation de la frontière », avec des contrôles renforcés par une vingtaine de militaires présents sur la route la nuit et des motoneiges.

Communiqué de presse de Tous Migrants

LUNDI 23 AVRIL 2018

Le droit d’asile en danger
Contre la loi asile et immigration, contre la militarisation de la frontière, résistons à bras ouverts.

Depuis des mois le mouvement citoyen Tous Migrants, avec les associations, les collectivités, les citoyens mobilisés dans le Briançonnais tentent d’alerter l’Etat et de demander de l’aide pour faire face dignement aux arrivées de migrants, pour que soient respectés les droits fondamentaux.

L’Etat n’a pas répondu à nos sollicitations répétées.

Ce week-end, après une opération médiatique du groupuscule Génération Identitaire qui a suscité l’indignation de nombreux citoyens ainsi qu’une marche de solidarité avec des demandeurs d’asile de l’Italie à Briançon, la réponse du Ministre de l’Intérieur ne s’est pas fait attendre. Dès dimanche soir, des renforts policiers ont été annoncés et mis en place à la frontière.
Non seulement cette manifestation haineuse en pleine montagne, par ceux qui tentent également de saborder les sauvetages en Méditerranée, a pu se dérouler sans entrave policière, mais elle atteint un de ses objectifs : faire croire qu’il suffit de militariser une frontière pour bloquer les migrations.
Au même moment était voté en première lecture à l’Assemblée nationale le projet de loi asile et immigration. Cette loi reste essentiellement tournée vers la répression et la restriction des droits des personnes étrangères : enfermement des enfants en rétention, restriction au droit d’asile, généralisation du refoulement aux frontières…
C’est une loi dangereuse, qui attise les peurs et les fantasmes plutôt que de prendre en compte les réalités de l’asile, des migrations et les impasses actuelles.

Face à la haine, aux peurs, Tous migrants continuera d’encourager la solidarité et l’hospitalité. Très nombreux sont les citoyens qui partout en France et en Europe accueillent, protègent, accompagnent…

Nous continuerons de résister à bras ouverts.

Mais qui sont donc ces Identitaires qui prétendent agir « à la place de l’État », sans que l’État, ou du moins l’un des ses principaux représentants, n’y trouve quasiment rien à redire ? Pour le savoir, intéressons-nous à l’un de ses porte-parole français, Clément Galant, qu’on a vu à de nombreuses reprises dans les médias lors de l’action au col de l’Échelle, et qui faisait également partie de l’équipage du C-Star de « Defend Europe » cet été. S’il n’est apparu sur le devant de la scène que très récemment, c’est un militant identitaire de longue date, puisqu’il faisait partie des identitaires interpellés après “l’occupation” du chantier de la mosquée de Poitiers le 20 octobre 2012.

Clément Gandelin, dit “Galant”.

Né en octobre 1994 à Lyon, de son vrai nom Clément Gandelin, il est le fils de Philippe Gandelin, ancien garde du corps de l’ancien maire de Lyon Michel Noir, mais aussi, si l’on en croit le site Lyon People, le photographe officieux de Gérard Collomb, qui était aussi son ami. À l’occasion de son décès en 2010, Lyon People nous précise également que Philippe Gandelin « connaissait quelques arcanes de l’hôtel de ville qu’il gardait fidèlement pour lui. C’est aussi toute une délégation de la Ville qui assistait à son dernier voyage. » Bref, un familier de l’hôtel de ville où Collomb siégeait déjà depuis près de dix ans.

La mort de Philippe Gandelin a laissé Clément orphelin : afin de récolter des fonds pour le fils de leur ami, les notables lyonnais se mobilisent. Jean-Claude Pietrocola, PDG de Media Sport Promotion, crée une association des Amis de Philippe Gandelin et organise un « Trophée de Golf » solidaire pour récolter de l’argent, en présence de Clément alors adolescent, comme on peut le voir sur ces photos. Pietrocola est d’ailleurs un habitué de ce genre d’événements sportifs et solidaires, puisqu’il avait organisé par le passé un autre « Trophée de Golf » en soutien à une association d’aide aux enfants hospitalisés, auquel avait participé… Gérard Collomb, qui partage avec Gandelin et Pietrocola la passion du golf.

Quoiqu’il en soit, ce qu’on doit principalement retenir de cette affaire, c’est que la meilleure réponse aux « gesticulations » de l’extrême droite, c’est une solidarité concrète et sans faille à tou·te·s les migrant·es qui fuient la misère et la guerre ; c’est aussi que, derrière leur posture « anti-système » en carton, les militants nationalistes seront toujours les supplétifs de la répression d’État, comme on a pu le voir lors des blocages des universités ou dans l’opération médiatique du Col de l’Échelle.

La Horde 

2 commentaires »

  1. Cgiles 1 juin 2018 at 17:37 - Reply

    Si ils avaient des drones à moins de 150m de la foule, et pas d’autorisations, il y a une infraction.

  2. Laurent, Grenoble 4 mai 2018 at 11:52 - Reply

    ” La meilleure réponse aux « gesticulations » de l’extrême droite, c’est une solidarité concrète et sans faille à tou·te·s les migrant·es qui fuient la misère et la guerre …” = exactement !
    Une des bonnes réponses : la marche de solidarité avec les migrant(e)s. Elle est partie de Vintimille-vallée de la Roya le 30 avril, rejoindra Calais le 7 juillet >> https://www.isere-antifascisme.org/de-vintimille-a-calais-marche-solidaire-avec-les-migrants-en-isere-aussi-1

Laisser un commentaire »