Sciences Po Paris renommé Institut Clément Méric

21 avril 2018 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

COMMUNIQUÉ DE L’AG DE SCIENCES PO EN LUTTE SUR LE RENOMMAGE DE NOTRE UNIVERSITÉ EN INSTITUT CLÉMENT MÉRIC

Aujourd’hui, l’Assemblée Générale de l’occupation a décidé de renommer l’occupation de Sciences Po en Institut Clément Méric.

Sciences Po Paris occupé renomme l'Université en Institut Clément Méric

Sciences Po renommé Institut Clément Méric

Clément a jamais dans nos coeurs, à jamais dans nos luttes

Clément Méric était un étudiant de Sciences Po, militant à Solidaires Étudiant-e-s et à l’Action Antifasciste Paris Banlieue. Le 5 Juin 2013, il y a maintenant 5 ans, notre camarade a été assassiné par des membres des jeunesses nationalistes révolutionnaires, un groupe d’extrême droite fasciste.

Cette année aura lieu le procès aux assises de ses assassins, et en particulier d’Esteban Morillo et de Samuel Dufour, accusés de violences ayant entraîné la mort commises en réunion avec circonstances aggravantes (usage et menace d’une arme). De ce procès, nous attendons que la vérité soit dite publiquement sur les circonstances de la mort de Clément, et qu’il soit dit clairement qu’il s’agissait d’un crime politique. Le discours médiatique dominant dépeint la mort de Clément comme le résultat d’un malheureux hasard, de la rencontre aléatoire entre deux groupes qui partageraient la même culture de la violence : nous affirmons que non, les extrêmes ne se rejoignent pas. Renvoyer dos à dos racistes et antiracistes, homophobes et défenseurs des libertés, fascistes ou néonazis et antifascistes, c’est faire le lit de la haine et de la violence gratuite.

C’est pourquoi les occupant-e-s de Sciences Po tiennent non seulement à rendre hommage aux valeurs et aux combats de Clément Méric, mais surtout à les faire vivre et à montrer aux fascistes de tous bords qu’ils ne sont pas les bienvenus, en particulier dans le contexte actuel d’agressions fascistes à répétition dans diverses facs en France. Nous affirmons en outre haut et fort que nous ne tolérerons ni oubli ni pardon, et actons la nécessité de faire vivre la mémoire de notre camarade au travers de nos luttes.

La mort de Clément ne doit pas nous faire non plus oublier l’ensemble des victimes des agressions fascistes, et, en particulier, toutes les personnes racisées qui sont les premières victimes de l’idéologie d’extrême droite. On peut notamment citer Ibrahim Ali, assassiné à 17 ans pour sa couleur de peau par des colleurs d’affiches du FN, ou encore Habib Grimzi, victime d’un crime raciste par des candidats à la Légion Étrangère.

L’Etat s’empresse souvent en façade de condamner ces meurtres, mais nous ne sommes pas dupes : ses agents sont également coupable de crimes racistes et nous soutenons dès lors les luttes des familles de Zyed Benna, Bouna Traoré, Adama Traoré, Amine Bentounsi et tant d’autres. Nous pensons également à tou-te-s les exilé-e-s victimes des politiques d’immigration racistes de l’Etat français et de l’Union Européenne.

C’est donc en mémoire de Clément, mais aussi de toutes les victimes des fascistes, de la police, et du racisme d’état que nous renommons notre occupation Institut Clément Méric.

Le temps passe, la rage reste : Clément et tou-te-s les autres vivent dans nos luttes.

Communiqué de l’AG Sciences Po en Lutte du 18 avril 2018

Laisser un commentaire »