Paris : attaque fasciste sur la fac de Tolbiac occupée

7 avril 2018 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lu sur Paris Lutte infos :

Dans la nuit de vendredi 6 au samedi 7 avril, une vingtaine de fascistes ont attaqué le campus de Tolbiac sans conséquence pour l’occupation en cours.

C’est vers 23h qu’un groupe d’une vingtaine d’hommes casqués a essayé d’attaquer la faculté de Tolbiac. Accompagné par un journaliste embeded d’une webtélé d’extrême-droite [1] qui nous permet de voir depuis l’intérieur le pathétique de cette attaque, ils ont tenté une opération commando… à pas très nombreux. Le réel est têtu et les fascistes une vingtaine environ quand l’occupation de Tolbiac implique des centaines de personnes au moins. Le but est plus sûrement de se faire mousser sur les réseaux sociaux en mode gloriole pour une action vaine. Mais il s’agit surtout d’une nouvelle tentative de porter des coups et de faire peur aux participant.e.s du mouvement contre la sélection, dans la lignée des différentes attaques fascistes à Montpellier, Lille, Strasbourg, Angers

Arrivés devant les portes closes de la fac, ils lancent directement de nombreux projectiles ainsi que des fumigènes sur les étudiant.e.s présent.e.s dans la fosse. Après un très court temps de surprise les occupant.e.s de l’université ont répondu à l’attaque par le jet de projectiles. On a pu entendre des slogans « siamo tutti antifascisti ! »

Dès le début de l’attaque il était clair que ce groupe de miliciens n’allait pas entrer sur le campus. Les étudiant.e.s on su garder la tête froide et répondre coup pour coup.
Après dix minutes d’affrontement, la police est arrivé sur place. Les médias bourgeois parlent de six interpellations du côté des agresseurs d’extrême droite.
D’après les occupant.e.s il n’y aurait qu’un blessé léger du coté des étudiant.e.s. Le président de Paris 1 condamne les attaques et a assuré publiquement qu’il ne demanderait pas l’intervention de la police sur le campus.

Après l’attaque de la fac de Montpellier, l’attaque du lycée autogéré de Paris par le Gud et la tentative d’irruption violente de la Cocarde mardi matin à Tolbiac, sans oublier les agressions à Strasbourg, Nantes ou Lille, ne laissons pas les franges fascistes et réactionnaires nous intimider.

Solidarité anti-fasciste ! Retrait de la loi ORE !

Laisser un commentaire »