L’antisémitisme en France se porte bien

30 mars 2018 7 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Vendredi dernier, Mireille Knoll, une octogénaire juive, a été retrouvée morte, poignardée et brûlée par l’un de ses voisins, bien connu de la victime, dans son appartement, avenue Philippe Auguste. Dans le même quartier, il y a à peine plus d’un an, Sarah Halimi, une autre personne âgée, juive elle aussi, avait été défenestrée, là encore par l’un de ses voisins. Ces deux assassinats ont eu lieu à quelques centaines de mètres du calvaire du jeune Ilhan Halimi, torturé par le « gang des barbares » en janvier 2006, qui l’a laissé mourir de faim et de froid dans l’attente d’une rançon…

Mireille Koll, Sarah Halimi et Ilhan Halimi, trois victimes des préjugés antisémites.

Ces faits divers sont particulièrement révoltants en eux-mêmes, d’une part en raison de leur ultra-violence, et d’autre part en raison de la vulnérabilité des victimes. mais à chaque fois, le choix de la victime, supposée riche parce que juive, dénote que, au-delà du profil psychologique des assassins et de la nature visiblement crapuleuse des meurtres, ces trois crimes sont bel et bien des actes antisémites, et doivent être dénoncés comme tels.

Ils sont le signe de la vitalité des préjugés anti-juifs dans notre pays, qui ne datent pas d’hier. La victime de la semaine dernière, qui avait réussi à échapper aux policiers français lors de la rafle du Vél’ d’Hiv, a finalement, triste ironie de l’histoire, succombé à cette même haine des Juifs bien française. Car que l’on ne vienne pas nous dire qu’agresser des Juifs est étranger à notre culture, que cela vient « d’ailleurs ».  Et les principaux promoteurs de l’expression publique, revendiquée et politique de la haine des Juifs dans notre pays, c’est à l’extrême droite « bien de chez nous » qu’on les trouve.

Il est dans ce sens regrettable que Marine Le Pen, protégée par des militants de la Ligue de Défense Juive, un groupuscule juif d’extreme droite réputé pour sa violence, ait pu se pavaner dans la marche blanche d’hier à la mémoire de Mireille Knoll, malgré l’avis contraire d’un certain nombre d’instances juives. Non pas que Marine Le Pen elle-même, ni même le parti qu’elle dirige, porte et défende publiquement des positions antisémites ; on ne peut pas en dire autant de certains de ses alliés européens ou même, ponctuellement, de certains de ses militants, qui il faut le reconnaitre subissent alors dans la plupart des cas les foudres de la direction du FN.

Marine Le Pen et Louis Alliot protégés par la LDJ (Photo : Politis)

Mais ce qui ne doit pas être ignoré, c’est que le FN, quoiqu’il en dise, et même en changeant de nom, appartient historiquement et idéologiquement à l’extrême droite. L’antisémitisme, sous toutes ses formes, est un mal qui ronge notre société, et on le retrouve dans tous les milieux, dans toutes les classes : or, si les actes violents et meurtriers restent heureusement exceptionnels, le discours antisémite, lui, est quotidiennement, sur un grand nombre de supports et exprimé de bien des manières par des journaux, des sites, des personnalités et des organisations nationalistes, se revendiquant le plus souvent chrétiennes.

Depuis plus de soixante ans, chaque semaine, en kiosque, Rivarol, l’hebdomadaire de Jérôme Bourdon, peut diffuser des illustrations comme celle-là :

Rivarol n°3294, 3 août 2017.

Des youtubeurs, qui cumulent plusieurs dizaines, voire centaines de milliers de vues, déversent en français leurs délires sur les Juifs qui contrôlent le monde, tranquillement assis devant leur webcam : les plus regardés ne sont pas des prédicateurs salafistes, mais des nationalistes bon teint, comme Alain Soral, Boris Le Lay, Hervé Ryssen ou les négationistes Vincent Reynouard et Robert Faurisson.

Cliquez pour commander

Des groupes politiques, qui organisent des conférences, des manifestations sur la voie publique, eux aussi dénoncent dans leurs revues, leurs discours, la supposée main-mise des Juifs sur la société française : ce sont des catholiques intégristes comme Civitas, ou des nostalgiques de la France du Maréchal Pétain, comme feu l’Œuvre française…

Encore récemment, dans la soirée du 27 mars, des graffitis antisémites dénonçant un supposé « racisme anti-goy » ont été découverts dans les anciens locaux de l’UEJF :  les professeur.e.s et les étudiant.e.s qui occupaient la fac les ont vivement dénoncés, y voyant la marque de l’extrême droite qui a tenté à plusieurs reprises de s’infiltrer dans cette occupation.

Comme simple racisme du quotidien ou comme idéologie politique, l’antisémitisme se porte malheureusement bien en France. C’est sur ces deux fronts qu’il doit être combattu : à la fois en déconstruisant les clichés sur les Juifs, et en luttant contre toutes celles et tous ceux qui s’en servent pour désigner des boucs-émissaires.

La Horde

7 commentaires »

  1. tvlrts49 7 avril 2018 at 14:41 - Reply

    Pourquoi avez-vous supprimé mon commentaire concernant votre article ? Parce que j’ai osé critiquer votre approche de l’antisémitisme en France ? Entre camarades antifascistes, on doit tous se lecher le c*l et on ne peut pas se questionner ? Je suis sidéré…

    • La Horde 7 avril 2018 at 15:52 - Reply

      Attention à la parano : on a publié ton article, mais pour y répondre, on prend le temps.

      • tvlrts49 7 avril 2018 at 20:31 - Reply

        Je présente mes excuses camarades, c’est un sujet qui me touche énormément car il atteint des proches qui sont depuis dans une situation très compliquée… Tout cela semble me rendre parano

  2. tvlrts49 3 avril 2018 at 12:42 - Reply

    Bon OK, il y a un héritage de l’antisémitisme d’Extreme-droite en France, aucune discussion là-dessus. Mais alors que vous ne parliez pas de l’antisémitisme d’origine musulmane qui pullule dans nos quartiers, je ne l’accepte pas. Qu’on le veuille ou non, le fascisme d’aujourd’hui est un fascisme islamique autant que notre bonne vieille extreme-droite à la française. Qui a tué Mme Knoll ? Halimi ? Qui agresse de nombreux juifs en France aujourd’hui ?
    Malheureusement, j’ai de plus en plus de mal à m’aligner sur la ligne des antifas français et leur négation de la réalité, alors que je l’ai été pendant des années. PAS DE QUARTIERS POUR LES FACHOS, QU’ILS SOIENT BLANCS, NOIRS, BEURS, CHRéTIENS, ATHéS OU MUSULMANS !

    • La Horde 7 avril 2018 at 15:51 - Reply

      Quand Mohamed Merah assassine des enfants et professeurs juifs à Toulouse le 19 mars 2012, ou quand Amedy Coulibaly, le 9 janvier 2015, prend en otage les personnes présentes dans l’hypercasher de la porte de Vincennes, ils le font au nom de Daesh : leur antisémitisme est sans conteste guidé par l’islamisme radical.
      Mais dans le cas des agresseurs de Mireille Knoll, Sarah Halimi et Ilhan Halimi, ce n’est pas au nom de l’islam qu’ils ont agi, mais des mêmes préjugés sur les Juifs et l’argent (ces crimes ont tous une motivation crapuleuse, et non religieuse ou politique) qui malheureusement perdurent dans notre pays, de façon traditionnel depuis des siècles. Leur origine étrangère ou leur culture musulmane ne sont pas selon nous la preuve d’un antisémitisme “venu d’ailleurs”. Surtout, interpréter ces meurtres comme des preuves d’une progression de l’islamisme radical, c’est expliquer les actes d’une personne à la seule lumière de ses origines ou de sa culture : c’est une démarche purement raciste. Il est évident que ce ne sont pas non plus Rivarol ou Soral qui ont guidé les meurtriers, et ce n’est d’ailleurs pas du tout ce que l’on dit : on rappelle simplement que l’expression publique de l’antisémitisme en France est principalement le fait de personnes n’ayant rien à voir avec l’islam, voire même en étant les plus farouches opposants.

  3. Laurent, Grenoble 31 mars 2018 at 21:53 - Reply

    Assez bon article , compléments par rapport à votre parfaite synthèse et par rapport mon comm’ précédent. . – Sur vandalisme antisémite à Tolbiac, il y a maintenant communiqué -temoignage et réponses, de la part des étudiants et profs en lutte de Tolbiac / Paris 1….. -RECIT. Comment le meurtre de Mireille Knoll a été érigé en symbole politique à peine l’enquête débutée >>https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/meurtres/meurtre-de-mireille-knoll/recit-comment-le-meurtre-de-mireille-knoll-a-ete-erige-en-symbole-politique-a-peine-l-enquete-debutee_2680000.html

  4. Laurent, Grenoble 31 mars 2018 at 08:02 - Reply

    J’approuve sans réserves votre article, et vous remercie pour la synthèse finale, bon résumé du problème, qui va aider et m’aider moi aussi pour agir et faire comprendre : “Comme simple racisme du quotidien ou comme idéologie politique, l’antisémitisme se porte malheureusement bien en France. C’est sur ces deux fronts qu’il doit être combattu : à la fois en déconstruisant les clichés sur les Juifs, et en luttant contre toutes celles et tous ceux qui s’en servent pour désigner des boucs-émissaires.”. // Et pas un bémol ni critique , mais info que je vous donne : le meutre de Me Knoll est bien sûr un meurtre crapuleux, ets’agissant d’une rescapée de laShoah, c’est d’autant plus odieux . A cette crapulerie, s’ajoute la possibilté de ce racisme du quotidien, en l’occurence l’imbécilité antisémite. “Ils l’ont tuée parce que la sachant juive, ils pensaient qu’elle était riche”. C’est possible. G. Colomb l’a dit à l’Assemblée, et redit le lendemain mercredi matin 28 sur F Inter. A 19H le même jour,Inter disant de nouveau la POSSIBILITE antisémite qui a fait agir les meurtriers ( ce cite ce mot, qu’Inter emploie dans cette triste affaire) explique que cette phrase, cette idée,ne figure pas dans le dossier . d’enquête. — Sur vandalisme antisémite à Tolbiac : ça porte évidemment la marque Ex. Droite, que ce soit des gens prétendant défendre la cause palestienne ou n’en ayant en réalité rien à fiche. Les réactions (initiales) du Prési de l’UEJF, mettant en cause les “étudiants d’extrême gauche bloquant la fac” comme des auteurs probables, et demandant aux autorités la leveé du blocus procèdent d’un raisonnement queje trouve un peu …bizarre, pour employer un euphémisme neutre. http://www.europe1.fr/societe/un-local-de-lunion-des-etudiants-juifs-saccage-a-luniversite-paris-i-3611834

Laisser un commentaire »