cartographie de l’extrême droite française (printemps 2018)

13 mars 2018 53 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Comme chaque année, nous mettons à jour notre cartographie de l’extrême droite française : nous attendions un peu le congrès du FN pour tenir compte d’un éventuel changement de nom, mais les choses traînent un peu en longueur… Alors on a mis les deux noms ! Pour le reste, il y a comme chaque année quelques disparus et quelques nouveaux venus. On s’excuse d’avance pour celles et ceux qui seront déçu(e)s de ne pas être sur la carte : il a fallu faire des choix, et il y a toujours des oublié(e)s. Pour les autres, on espère que cette nouvelle version de notre schéma vous sera utile pour vous y retrouver et combattre efficacement les idées de l’extrême droite, et celles et ceux qui les portent.

Cliquez pour agrandir.

1. LE RASSEMBLEMENT NATIONAL, ex-FRONT NATIONAL

Fondé en 1972 entre autres par les néofascistes d’Ordre nouveau, le Front National (FN) rassemblait au début des années 1980 différents courants de l’extrême droite, des plus traditionnels aux plus radicaux, sous l’autorité de son président Jean-Marie Le Pen. La scission de 1998 a affaibli le parti durant plusieurs années, jusqu’au congrès de Tours de 2010, où Marine Le Pen a succédé à son père avec la volonté affichée de s’affranchir des courants historiques du nationalisme français. Le FN a sous sa présidence joué les équilibristes entre une ligne nationale-républicaine incarnée par Florian Philippot, et un courant national-conservateur menée par Marion Maréchal-Le Pen. Ce «nouveau» FN a tenté de rassembler autour de lui des groupuscules souverainistes comme le SIEL dans l’espoir de fondre le FN dans le paysage. En réalité, il a surtout permis à des personnalités comme Robert Ménard de profiter du FN sans s’engager à ses côtés, et à des radicaux comme Philippe Vardon, l’ex-leader des Identitaires, de s’inviter dans un FN prétendument dédiabolisé (d’autant qu’on trouve, au plus près de Marine Le Pen, des anciens du GUD comme Axel Loustau ou Frédéric Chatillon qui n’ont rien renié de leurs  engagements de jeunesse). Arrivée au second tour de l’élection présidentielle de mai 2017, Marine Le Pen a déçu les attentes de son camp et le FN a connu depuis un an des troubles internes, avec le départ au lendemain de l’élection de celle qui se fait désormais appeler Marion Maréchal, et celui de Philippot en septembre dernier parti créer son propre mouvement, les Patriotes. Lors de son congrès de refondation, le Front national a changé de nom pour devenir le Rassemblement national.

 2. Les républicains

Une grande partie de la droite conservatrice s’est lancée depuis bien longtemps (comme le Parti socialiste du reste quand celui-ci se retrouve au pouvoir) dans une course à l’échalote avec l’extrême droite sur les questions liées à la sécurité, à l’immigration et à « l’identité française ». Depuis l’arrivée à sa tête de Laurent Wauquiez, le parti libéral-conservateur a pris un virage à droite encore plus net, appuyé par le travail en son sein de différents courants et autres think tanks comme Sens Commun, qui assure un lobbying ultra-conservateur ou Oser la France qui opère une politique de la main tendue en direction des petites formations «souverainistes».

 3. Les souverainistes

Le « souverainisme » est un cache-sexe du nationalisme qui s’est construit en opposition à l’Union européenne dans les années 1990, et dont l’un des pionniers est le Mouvement pour le France fondé par Philippe de Villiers. De nombreuses petites formations de ce courant tentent chacune de leur côté de fédérer les autres autour d’elle, et de créer des passerelles entre les partis nationalistes et les autres mouvements, de droite ou de gauche (le «souverainisme» de gauche étant lui aussi une réalité). Certains ont soutenu Marine Le Pen au second tour de la présidentielle de 2017, comme le CNIP ou Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la France, mais sans donné suite à des accords électoraux. D’autres, comme les Patriotes de l’ex-numéro 2 du FN Florian Philippot rêvent d’un souverainisme des deux rives» Enfin, d’autres, comme l’UPR de François Asselineau, pimentent leur souverainisme d’une dose de complotisme.

 4. Les néoréactionnaires

Collectif réactionnaire soutenu par la droite catholique, la Manif pour Tous (LMPT) a organisé en 2012-2013 des manifestations massives contre le projet de loi sur le mariage homosexuel. Mobilisés sur le thème de la défense de la famille traditionnelle et de l’homophobie, ses militants étaient invités à privilégier l’entrisme. Si LMPT semble aujourd’hui s’être essoufflé, d’autres structures, plus discrètes, comme l’Avant-Garde, cherchent toujours à rassembler diverses tendances conservatrices pour faire du lobbying. Elles pouvent compter sur des sites ou des revues, comme l’Incorrect, et sur des chroniqueurs comme Eric Zemmour ou Elisabeth Levy, ou politique comme Jean-Frédéric Poisson, président du Parti Chrétien Démocrate, qui n’hésite pas à affiches ses positions anti-avortement.

 5. Les catholiques traditionnalistes

Les réseaux catholiques traditionnalistes sont denses, disposent de médias (le journal Présent, seul quotidien nationaliste ou Radio Courtoisie) et même d’une association contre la «christianophobie» et le «racisme anti-blanc», l’Agrif.

Avec comme mot d’ordre «Dieu, Famille, Patrie»,  Civitas en est la principale organisation d’agitation politique. Animé par Alain Escada, Civitas compte dans ses rangs Alexandre Gabriac, un ancien du FN et de l’Œuvre française (ouvertement pétainiste et aujourd’hui dissoute), qui anime sa branche jeune, France Jeunesse Civitas.

La lutte contre l’IVG est l’un des principaux combats politiques des catholiques traditionnalistes : les « Marches pour la vie » organisées chaque année rassemblent plusieurs milliers de personnes. Si les petits groupes qui prient devant les cliniques rassemblent des personnes âgées, des jeunes sont aussi parfois investis dans cette lutte, à l’instar des Survivants, apparus en 2016. La Fondation Lejeune, qui existe depuis 1996, associe un travail de recherche scientifique sur les maladies génétiques, et un engagement militant contre l’avortement.

 6. Les nostalgiques du FN à Papa

Ironie de l’histoire, Jean-Marie Le Pen, fondateur et président du FN pendant 40 ans a été depuis 2015 mis au ban du parti par sa propre fille. À près de 90 ans, difficile de lui donner un avenir politique, mais son charisme lui permet de jouer les vedettes au sein de l’extrême droite radicale et de rassembler quelques ex-frontistes au sein des Comités Jeanne.

Fondé en 2009 par Carl Lang, ancien n°2 du FN, le Parti de la France tente d’incarner ce qu’était le Front des années 1980, c’est-à-dire une structure institutionnelle regroupant toutes les tendances de la mouvance nationaliste, y compris les plus radicales. Allié aux Comités Jeanne, ses résultats électoraux restent insignifiants, et sa composition militante, allant de notables d’extrême droite aux skinheads, a tout de l’auberge espagnole.

Synthèse Nationale (SN) est une revue dirigée par Roland Hélie, dont la ligne éditoriale est « pas d’ennemi à l’extrême droite ». Tous les ans, SN organise une «Journée nationale et identitaire», qui a regroupé l’an passé, entre autres, Jean Marie Le Pen, Alain Escada, Carl Lang, Steven Bissuel, Richard Roudier et Serge Ayoub

De son côté, la Ligue du Sud a été créée en 2005 avec les Identitaires et des anciens du FN par l’actuel maire d’Orange, Jacques Bompard, ancien membre fondateur  du FN, et élu maire en 1995 sous cette étiquette. La Ligue du Sud se caractérise par son implantation locale, sa fidélité à des positions radicales et une indépendance assumée à l’égard du FN.

 7. Les groupuscules radicaux

Né à la fin du XIXe siècle, l’Action française (AF) est le plus vieux mouvement nationaliste en activité. Mouvement royaliste autrefois école de formation d’extrême droite, l’AF, présidé par S. Blanchonnet, organise toujours des rassemblements ou des débats, mais depuis un an environ, se signale aussi par quelques actions « coup de poing », attirant à lui une nouvelle génération de militants.

Le GUD n’existe plus qu’à Paris où l’activité des gudards se résume à des collages de stickers et quelques conférences. À Lyon en revanche, le GUD mené par Steven Bissuel est devenu en mai 2017 le Bastion social, une pâle imitation de la Casapound italienne. En occupant durant deux semaines un lieu où il prétendait aider les « Français de souche », le Bastion Social s’est fait de la publicité sans véritablement n’aider personne. Depuis, d’autres lieux se sont ouverts sous ce nom à Strasbourg, Chambéry, Aix en Provence ou Marseille, servant de lieu de réunion plutôt que de lieu d’accueil « social ».

Les Identitaires tentent depuis leur création en 2002 de se démarquer de l’extrême droite traditionnelle. Sans référence idéologique, ils ont misé sur la communication et Internet. Génération identitaire, sa structure jeune, est ainsi mise en avant lorsqu’il veut faire le buzz. Mais les Identitaires ne sont pas arrivés à se créer un espace politique distinct : le départ au FN de Philippe Vardon,  son principal leader, a affaibli sa position.

D’autres groupuscules encore plus confidentiels se revendiquent ouvertement du fascisme historique. C’est le cas du Parti Nationaliste Français (PNF) qui s’inscrit dans la continuité l’Œuvre française dissoute à l’été 2013, proche des nostalgiques de Vichy ou de l’Algérie française. Il est aujourd’hui quasiment inexistant. Dans la même veine, on peut également par charité citer la Dissidence française de Vincent Vauclin.

 8. Les skinheads d’extrême droite

S’il n’existe pas d’organisation skinhead fédérant tous les groupes au niveau national, il existe des bandes informelles locales, qui pour la plupart ont une durée de vie très limitée, mais qui se font remarquer par leur activisme violent. Depuis la dissolution en 2013 des JNR et de Troisième Voie de Serge Ayoub (qui s’est recyclé depuis en fondant un club de bikers les Black 7 France), les skins d’extrême droite se sont de nouveau éparpillés dans la nature. Pour les distraire, certains comme Pride France (qui organise des tournois clandestins de free fight) ou d’autres organisent des concerts néonazis, dont l’objectif est cependant autant mercantile que véritablement militant.

 9. L’extrême droite sur internet

Ancien du GRECE et du Club de l’Horloge, Jean-Yves Le Gallou a quitté le FN au moment de la scission, avant de créer en 2003 un think tank d’extrême droite, Polémia, qui prétend faire la promotion de la « réinformation », qui consiste à redonner aux thèses d’extrême droite une certaine visibilité dans l’espace médiatique, en développant en particulier ses propres médias.

Prétextant une information « plurielle » et la volonté de se démarquer des médias « officiels », des sites comme Breizh Info ou Lengadoc info se sont spécialisées dans les tribunes offertes à l’extrême droite. Loin d’offrir une information honnête, elles ne font que relayer ses contre-vérités racistes et sexistes. Certains sont sans conteste ancré à l’extrême droite (comme Méridien Zéro ou TV Libertés) tandis que d’autres adoptent une stratégie confusionniste plus ou moins volontaire.

Créé en 2007, Riposte laïque exprime son islamophobie obsessionnelle sur son site et offre un tribune à de nombreux militants nationalistes aussi isolés qu’eux, comme Richard Roudier de la Ligue du Midi.

Fondé par Alain Soral en 2007, Égalité & Réconciliation avait à l’origine comme ambition de regrouper nationalistes de droite et patriotes de gauche. Mais depuis, E&R n’est plus que le fan-club de Soral, qui se caractérise par un antiféminisme et un antisémitisme virulents. Le négationnisme peut en tout cas remercier E&R et Dieudonné qui auront contribué à faire connaitre ses thèses délirantes : ainsi, Robert Faurisson est devenu une « vedette » chez les « dissidents », et  Vincent Reynouard a pu étendre son auditoire.

Dans le sillage d’E&R, qui a mis le pied à l’étrier à certains d’entre eux, divers individus, comme Daniel Conversano ou Ismail Ouslimani alias Raptor Dissident, se sont fait un nom sur Internet à travers des vidéos dans lesquelles ils exhibent leurs racisme, leur sexisme ou leur amour du nazisme en toute décontraction.  De vieux briscards comme Henri de Lesquen, devenu dans un premier temps malgré lui une icône geek, peuvent parfois faire ainsi un come-back à moindre frais. Cet activisme virtuel, qui consiste principalement à s’inviter les uns les autres pour dire toujours la même chose, peut donner l’illusion d’une communauté soudée : mais l’égocentrisme de ces « stars » éphémères débouche davantage sur des embrouilles et des « clashs » que de véritables projets politiques.

La Horde

53 commentaires »

  1. Gadzail 8 octobre 2018 at 18:02 - Reply

    Bonjour,
    Je suis curieuse de connaître les ramifications en Bretagne, surtout autour de Vannes. On a un Patrick Mahé, élu culture bretonne à la mairie de vannes et un Korentin Denis président d’une asso Dazont par glad, gud lui aussi. Mahé était membre du GUD étant jeune et ami d’enfance de Le Pen, président du salon du livre de vannes, ancien rédacteur à Paris match, etc….son fils membre créateur de H&R. Dans le panier, avez vous d’autres nom et savez vous s’ils sont toujours dans les réseaux fachos?
    Merci

  2. nopasaran 1 octobre 2018 at 13:43 - Reply

    Merci de dénoncer les adversaires par leur nom. C’est important qu’ils ressentent la peur, qu’il se sachent traqués, pas en sécurité. Beau boulot !

    Un jour viendra ou le monde sera purifié de ces idées, chacun partagera les mêmes valeurs et il n’y aura plus de combats ! L’Histoire est avec nous !

    Je ne vois pas SOS Tout Petit et le docteur DOR, c’est normal ? Que dire de la conférence des évêques, si prompt à attaquer le projet de loi sur la PMA !?

  3. kako 30 septembre 2018 at 10:32 - Reply

    bonjour,
    il me semble important pour la prochaine actualisation de faire apparaitre les éditions ring, David Serra Kersan, marsault, Waleed Al-husseini, Laurent obertone et le nouveau médias tv France libre avec Alexandre del valle . et enfin pour les virtuels les pages, 50 kg de nervosité, Bellica, madame suavelos de Solveig Minéo et les pages de son mec Yann merkado (suavelos, vive la france)

    • La Horde 30 septembre 2018 at 16:36 - Reply

      Oui, dans l’idéal : mais faute de place, on ne pourra pas mette tout le monde, et on essaye de limiter la place occupée par les personnalités exclusivement “virtuelles”. Mais on prend note, et on va voir ce qu’on peut faire. Merci en tout cas pour les compléments.

  4. noireetbelle 22 août 2018 at 21:03 - Reply

    OLF?!? Vous parlez d’un danger! Ce comité Théodule se veut un think tank, mais il n’y a ni think ni tank, je vous rassure. Je les ai observés de près, de très très près, et c’est le zéro côté muscle comme côté cervelle. […]
    Dans les faits, il y avait environ 70 clampins à l’AG dont le seul un peu notable était Jacques Myard (accompagné d’un gorille) qui n’a fait que passer en coup de vent après une allocution de 5 minutes où il ne disait rien (et où son micro a coupé!)
    Il y avait là quelques fils à papa à QI de tanche, en costard-cravate, très désireux de répliquer le Système dans leur intérêt privé, donc très fiers de faire l’ENA pour devenir les maîtres de demain du vil peuple. Ils étaient infoutus de faire marcher un micro (la sono est tombée en rade 4 ou 5 fois, ensuite la projection du PC…), mais se dandinaient et se pavanaient comme des poules royales, très satisfaits d’eux-mêmes. (…)
    L’organisation de la salle à Paris ne faisait pas particulièrement société ouverte et se révélait très instructive: les “personnalités” (d’obscurs inconnus) au premier rang, la chair à canon (ou supposée telle), au dernier. Egalitaire, quoi. Autant en emporte le gaullisme référendaire et la participation chère au “Général”. On sent le progrès et la volonté de renouvellement des cadres!
    […] Vous vous trompez: OLF, loin de pratiquer une “politique de la main tendue”, est en rivalité acerbe avec DLF qui les considère comme des traîtres et des imposteurs. Ils disent donc beaucoup de mal les uns sur les autres et cherchent à se nuire par tous les moyens, DLF les traitant par un mépris…”souverain”, et OLF trépignant de rage de n’être pris au sérieux par personne. Le MIL, d’ailleurs – donc les anciens du Service d’Action Civique, on s’est compris – considère OLF comme des guignols et des imposteurs, exactement comme le fait DLF. Pour eux, ce sont des seguinistes (c’est vrai) qui se revendiquent du “gaullisme social” (donc, suivant les ex-barbouzes à de Gaulle, beaucoup moins de leur saint patron que des réseaux de pouvoir du GOF) Il n’y a aucune collusion possible ou envisageable entre eux. Enfin, Aubert, qui pense à son avenir, ne veut tendre la main à aucun souverainiste en provenance du FN, et je doute que ses fils à papa en costard-cravate ou le parrain Jacques Myard aient beaucoup d’affinités avec la France Insoumise. Pour le FN, DLF et le MIL, OLF pratique un gaullisme à la carte et un souverainisme de façade.
    Bilan? Autant le FN représente un danger politique, autant OLF, non. Autant DLF a la capacité “métapolitique” de revitaliser des idées dépassées sur la nation et de les rendre à nouveau respectables, autant OLF, non. Autant le MIL représente encore quelque chose, en politique locale (Sables-d’Olonne, etc.), et à l’échelle nationale aux points de vue du gaullisme et du souverainisme, autant OLF, non. Ce truc est mort-né. C’est vraiment les surévaluer de façon totalement invraisemblable que de les mettre sur votre carte.

    • La Horde 23 août 2018 at 22:44 - Reply

      On s’est permis de réduire un peu ton commentaire, en supprimant toutes les attaques ad hominem qui n’apportaient pas grand-chose au propos. On prend note de tes remarques, et de l’erreur dans le lien avec NDA. Mais pour te répondre, on a cité OLF à titre d’exemple, car il existe effectivement une myriade de petites formations souverainistes, et celle-là n’est pas plus importante que les autres, on est d’accord.

  5. Seth 28 juillet 2018 at 12:22 - Reply

    Y a ReinformationTV aussi, et les terroristes qui voulaient abattre des femmes voilées dans la rue je sais plus comment ils s’appellent l’OAS un truc du genre

    • La Horde 29 juillet 2018 at 08:55 - Reply

      Il s’agit de Réveil Patriote AFO, dont de nombreux médias ont parlé récemment, suite à une large opération de police déployée contre cette équipe de bras cassés. Alors que huit de ses membres ont été mis en examen pour “association de malfaiteurs terroriste”, tous ont été remis en liberté.

  6. RamonLincoln 20 juillet 2018 at 18:31 - Reply

    Le combat pour la jeunesse se fait aujourd’hui largement sur le net, où vous n’êtes guère.
    Les mecs sont ultra présents sur à peu près toutes les chaînes youtube connues, et la plupart du temps je me sens bien seul à les combattre.
    parce que ces connards font des millions de vues, ont de plus en plus d’influence parce qu’il n’y a pas grand monde pour flinguer leurs argumentaires.
    Donc je ne sais pas trop où vous êtes (sur le terrain du net), mais vraissemblablement bien cachés en tout cas.
    Parce que les raptor, papacito, conversano, valek noraj, kroc blanc, minute papillon, etc, etc, ont de plus en plus d’influence, et je ne vois pas grand monde tenter de les contrer sur leur terrain.

    • La Horde 23 juillet 2018 at 09:22 - Reply

      Agir contre l’extrême droite sur internet est effectivement une nécessité, mais tu n’es pas si seul que tu le dis, et de nombreuses initiatives vont dans ce sens. Il est vrai que de notre côté on privilégie les initiatives et les groupes qui agissent dans le monde réel, où la jeunesse vit également, et pas toujours rivée sur son smartphone. Tous les youtubeurs que tu cites sont effectivement un problème, mais pas forcément LE problème : et de fait, on ne les voit pour ainsi dire jamais dans “la vraie vie”.

  7. Nicolas 17 juillet 2018 at 07:54 - Reply

    Bonjour,
    Content de voir que la Dissidence y apparaisse enfin. Cependant, je ne vois pas le cinglé d’Hervé Ryssen.

  8. erw 9 avril 2018 at 18:52 - Reply

    j’ai remarqué que les fascistes bretons d’adsav n’etait pas present sur vos cartographies, il semble aussi manqué terre et peuple assez actif partout en france je croit

    • La Horde 10 avril 2018 at 07:44 - Reply

      Pour Adsav, effectivement, on aurait pu le mettre. Pour Terre & Peuple, en revanche, qui était pourtant sur la carte jusqu’à présent, ses activités sont fortement ralenties, ce qui a justifié sa disparition, surtout pour des raisons de place.

  9. Anti Fasciste Action World 5 avril 2018 at 17:18 - Reply

    Manque une chose essentielle dans cette liste dans la branche Conspis c’est tous les réseaux Pro Poutine et Pro Bachar en France et autre supporters béats de plusieurs régimes totalitaires.

    Citons les chaines de propagande Poutinienne dans leurs versions françaises soit Russia Today aka RT France et “Sputnik News” qui roulent ouvertement pour Marine Le Pen et l’extrême droite, pas la peine de chercher bien loin, il suffit juste de consulter leur ligne éditoriale et les gens qu’ils invitent sur leur plateaux pour s’apercevoir très vite que c’est welcome pour tout ce que compte d’affreux de la Facho sphère et la Complosphère Francophone.

    Pour la petite histoire, il faut savoir aussi que le nouveau chargé de com et principal recruteur de “cameramen et de reporters” de Russia Today – RT France n’est autre que Jonathan Moadad un des principaux fondateurs des sites complotistes d’extrême droite “Le Cercle des Volontaires ” et ” l’Agence info libre ” que vous avez déjà décrit ici à plusieurs reprises.

    Moadab se vante d’ailleurs régulièrement de sa “promotion” de prétendu ” journaliste” et recruteur chez RT sur son compte Twitter en invitant les gens a postuler et lui envoyer des Cv.

    XXXXXX//twitter.com/Moadab_RTfr

    qui comme vous pouvez l’imaginer est Open Bar total pour les pire des fachos et des réacs.

    Retenez vous de ne pas vomir si vous avez la curiosité (En vous bouchant le nez parce que ça pue grave) d’aller voir les saloperies fascisantes que véhiculent Moadab et ses potes conspis sur son compte Twitter

  10. anne jordan 31 mars 2018 at 15:20 - Reply

    il me semble que la LDJ , au vu des derniers événements ya aurait au sa place !
    c’est vous qui voyez…

    • La Horde 31 mars 2018 at 21:18 - Reply

      Pas faux… Mais avant cela, il faut reconnaitre que la LDJ était plutôt en sommeil. On le retrouvera une petite place dans la prochaine version !

  11. stephanois 28 mars 2018 at 11:46 - Reply

    Juste une question, pour moi Etienne Chouard est un type d’extrême droite, oui ou non ?
    C’est une personne pas mal présente sur les réseaux, on peut le situer où ?

  12. Unkhey 17 mars 2018 at 18:10 - Reply

    Et avenoel dans tout ça ?

    • La Horde 17 mars 2018 at 19:20 - Reply

      On n’avait pas non plus parlé du forum de JVC avant…

  13. shoota 17 mars 2018 at 11:26 - Reply

    Merci aux camarades de la Horde et de Reflex pour cet utile travail !
    Je m’interroge sur l’absence de place pour les organisations islamo-fascistes alors que certain-e-s de nos camarades antifa sont allés les combattre au Rojava et ailleurs. Ces orga ont pourtant des militants ici (on parle de + de 8000 radicalisés djihadistes ?), des locaux, et des évènements (réunion de prédicateurs…)… et un nombre bien plus importants de victimes que le nb de victimes des orga d’extrême droite radicale non ? C’est une interrogation pour moi car j’ai une méconnaissance totale de qui sont ces orga justement… et j’ai l’impression que l’on passe à côté de qqchose en les “oubliant” dans notre cartographie de nos ennemis facho…

    • La Horde 17 mars 2018 at 11:54 - Reply

      Les organisations dont tu parles sont clandestines, et on apprend en général leur existence au moment de leur démantèlement. Il n’existe pas en France, comme c’est le cas en Angleterre par exemple, d’organisations islamistes ayant pignon sur rue et faisant le même travail politique que Civitas. Du moins à notre connaissance car comme toi, nous ne savons pas tout ; mais si de telles organisations avaient échappées à notre vigilance, sois certain que nous ne manquerons pas d’en parler sur notre site.

  14. Pierre Serne 17 mars 2018 at 02:42 - Reply

    Bonjour,
    impressionnant travail que cette “carte” des mouvements et animateurs de l’extrême droite actuelle. Juste un étonnement, nulle part n’apparaît le site réseaulibre.org qui s’appelait avant mi-2017 Eurocalifat (tout un programme !!) qui a manifestement des moyens et qui, animé apparemment par des Français (très Algérie française, sans doute avec des militaires et par ailleurs très violents dans leurs expression et appelant explicitement à l’insurrection) mais est hébergé en Russie. Je les ai découvert récemment hélas à mes dépens…
    Bon courage
    Pierre

    • Pierre Serne 20 mars 2018 at 03:22 - Reply

      Bon je n’ai pas eu de réponse de La Horde par contre pour info dès le lendemain mon commentaire ci-dessus était mis en ligne sur le site sur lequel j’attirais votre attention avec comme légende “Pierre Serne nous fait de la publicité”…
      Bien à vous
      Pierre

  15. Guss 15 mars 2018 at 17:37 - Reply

    Savez-vous vraiment ce qu’est le néoconservatisme? il me semble que c’est une doctrine manichéenne, messianiste, impérialiste, et voué à l’échec, qui tend à s’emparer hypocritement du monde en se cachant fallacieusement derrière les droits de l’homme et le bien de l’humanité. Rien à voir avec ce que vous décrivez et je précise que je ne suis pas un soutien de Zemmour et Levy. Peut-être faites vous une confusion avec les Neo réac…

    • La Horde 15 mars 2018 at 17:52 - Reply

      Effectivement, le terme “néo-réactionnaire” est bien plus conforme. Pour ce qui est de ta définition du “néoconsrvaftisme”, on aurait quelques réserves, mais on ne va pas lancer le débat ici.

      • Guss 15 mars 2018 at 19:30 - Reply

        En géopolitique le terme Néocons est clairement identifiable de nos jours, il peut s’appliquer aussi bien à des personnes d’extreme droite, du centre et d’extreme gauche…Hollande, Fabius et Sarkozy ont été de brillants exemples de cette doctrine. Les Néocons ont une certaine influence au quai d’Orsay depuis quelques temps. Peut-être la n’est pas le débat. Désolé d’outrepasser celui-ci.

  16. CriCri 15 mars 2018 at 14:10 - Reply

    Définition du souverainisme : droit des peuples à disposer d’eux mêmes.

    Cela signifie que si un peuple vote pour telle ou telle mesure économique, sociétale, budgétaire, ces mesures sont appliquées. Les souverainistes ne veulent pas que ce soit des instances qu’ils ne choisissent pas qui décident pour eux.

    J’aimerais donc qu’on m’explique en quoi le droit des peuples à disposer d’eux même est une idée fasciste et d’extrême droite ?

    • La Horde 15 mars 2018 at 17:14 - Reply

      Le souverainisme dont tu parles est celui du dictionnaire : nous parlons nous de celui qui s’exprime politiquement, et c’est bien autre chose. Nous préparons un article sur le sujet qui sera publié prochainement, et qui explique la présence de ce courant dans la nébuleuse d’extrême droite.

  17. Piotr 14 mars 2018 at 23:30 - Reply

    Ca me navre de l’écrire mais il faut , hélas, ajouter Angers dans la liste des villes ou il existe un “bar social” tenu par des extrémistes dans la mouvance de casapound.

    Pourvu que ça ne dure pas

    • La Horde 15 mars 2018 at 07:37 - Reply

      Le local sur Angers n’est pas labellisé “Bastion social” : c’est bien un local d’extrême droite, mais animé par des Identitaires.

  18. Жуков 14 mars 2018 at 19:54 - Reply

    Par contre mentionner le vieux Roudier et ses 2 rejetons je ne comprends pas trop : ils représentent au max 15 militants actifs, une minuscule goutte d’eau. Et encore, y’a moins de monde quand un des fils est en prison.

    • La Horde 15 mars 2018 at 07:36 - Reply

      Ce n’est pas exactement l’avis des gens du coin : si tu as raison sur le fait que la Ligue du Midi est groupusculaire, son activisme local pose problème. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons consacré deux articles à la famille Roudier.

  19. Lieutenant 14 mars 2018 at 15:17 - Reply

    Y en a vraiment qui croient à ces conneries ?

    • La Horde 14 mars 2018 at 17:46 - Reply

      De quelles conneries tu parles ? Du nationalisme ? Du sexisme ? Du racisme ? Parce que si c’est le cas, malheureusement oui, et ils sont sur la carte.

  20. Glomonio 14 mars 2018 at 12:17 - Reply

    Merci pour cet article.
    Il faudrait aussi rajouter un Z à Wauquiez dans le texte de l’article 😉

  21. Tang Cé 14 mars 2018 at 10:47 - Reply

    Dans le sillage d’E&R on peut citer aussi ce trou de balle de Vincent Lapierre et ses “reportages”, qui tourne beaucoup trop sur les interouebs. Sinon beau panorama de l’extrême-droite française, pleine de ressources…

    • La Horde 14 mars 2018 at 13:49 - Reply

      Si tu regardes attentivement, on a mis Vincent Lapierre, justement.

  22. Geronimo 14 mars 2018 at 10:20 - Reply

    Le CCif, lallab, L’uoif, les mdf…
    Des qu’il s’agit de réactionnaire de quartier votre aveuglement est édifiant.
    Je prends votre liste, mais j’y ajoute toute cette néo mouvance crypto-réactionnaire !

    • La Horde 14 mars 2018 at 14:00 - Reply

      Les organisations que tu cites sont bien différentes les unes des autres, et leur seul point commun c’est d’être toutes musulmanes, ce qui ne suffit pas pour faire d’elle une “mouvance crypto-réactionnaire”, ni spécifiquement des organisations “de quartier”. Rien à voir en tout cas avec une organisation comme Civitas qui a elle un but clairement politique.

  23. Valdo 13 mars 2018 at 21:00 - Reply

    Dans les oubliés, je crois qu’il faut citer Éléments venu clairement de l’extr Droite racialiste et identitaire et qui nourrit aujourd’hui le confusionnisme en invitant des Onfray et Bernard Langlois. Les confusionnistes, d’ail mériteraient un paragraphe avec toute la galaxie rouge brune autour de Collon, Berruyer, Le Grand soir, etc.

    • La Horde 13 mars 2018 at 21:38 - Reply

      Oui, on y pensait (surtout pour Elements) mais on a un peu de place à leur trouver une place adéquate dans le schéma. Une suggestion ?

  24. Boum 13 mars 2018 at 20:04 - Reply

    dommage que vous ne parliez pas du BH france assez actif en rhone alpes

  25. Jeremy P. Rodriguez 13 mars 2018 at 19:47 - Reply

    WauquieZ , ça s’écrit pas avec un Z ? … 🙂

    Pourquoi vous classez ce mec dans l’extrême-droite ? Il représente la Droite Libérale classique non ?

    Je vis en Espagne depuis 6 ans, j’ai du perdre le fil 🙂

    • La Horde 13 mars 2018 at 21:35 - Reply

      Houlala, ça pique ça ! Bien sûr, Wauquiez avec un Z… On corrige la coquille au plus vite. Pour sa présence dans le schéma, on s’explique dans le texte en-dessous.

  26. Patrice K 13 mars 2018 at 19:31 - Reply

    Merci pour cette réactualisation… Lors de la prochaine, si il est possible d’intégrer une petite place pour les “néo-païens” de type “terre et Peuple”, Les Brigandes”…, ainsi que les survivalistes d’Extrême droite (tels que Claude Hermant…) et le Lys Noir qui joue à semer la confusion dans la récupération de symbole et de figures de l’anarchisme… Encore merci pour le boulot…

    • La Horde 13 mars 2018 at 21:39 - Reply

      Pour le LYs Noir, c’est non : ce serait faire trop d’honneur à l’imposteur Crevelle. Pour Terre & Peuple, on l’a sorti du schéma, en raison d’une activité vraiment trop faible. Enfin, pour ce qui est des Brigandes et autres curiosités locales, on prépare actuellement une carte de France de l’extrême droite, mais c’est un peu long à concevoir.

  27. Tartempion Premier 13 mars 2018 at 19:03 - Reply

    Heu…. il manque pas un peu Boris Le Lay dans la liste ???

    • La Horde 13 mars 2018 at 19:14 - Reply

      Comme on l’a dit dans l’intro, il y aura forcément des oubliés. À notre décharge, Le Lay n’est plus en France actuellement. Mais si on devait le mettre quelque part, ce serait entre Conversano et de Lesquen.

  28. manque rien? 13 mars 2018 at 11:22 - Reply

    Apparemment le PIR n’apparait toujours pas…
    Le saccage de la librairie anarchiste “Mille sabords” par des racialistes ne vous a pas suffit?

    • La Horde 13 mars 2018 at 19:02 - Reply

      On a déjà répondu sur le PIR a de très nombreuses reprises, mais bon, répétons-nous.
      Nous ne partageons pas du tout l’approche “racialiste” du PIR qui tend à enfermer chacunE d’entre nous dans une identité figée. Son discours, pris au pied de la lettre, est dangereux car il crée facilement des lignes de fracture entre celles et ceux qui se considèrent, à tort ou à raison, comme “racisés” et celles et ceux qui ne le seraient pas, or toute l’ambiguïté de ce type de discours réside dans les limites que l’on donne à la “racisation”, pour savoir à partir de quand on serait “racisé” ou pas.
      Mais en réalité la question n’est pas de savoir où l’on se place en fonction de ses origines, mais de comprendre le rôle social que peuvent jouer ces origines surtout quand elles se voient, et c’est en cela que le discours du PIR pose de vraies questions (le poids de l’héritage colonial, en particulier) mais en y apportant des réponses inutilement clivantes et provocatrices, et surtout en essayant à toute force de calquer la réalité américaine (où la notion de race n’a pas du tout le même sens qu’ici) à la nôtre.
      Parce qu’elle est surtout une construction intellectuelle qui s’auto-alimente et non une vraie volonté de construire un nouveau front antiraciste débarrassé de ses erreurs passées, la grille d’analyse du PIR nous semble artificielle, sans utilité dans le contexte actuel et source de divisions, un luxe qu’on ne peut pas se permettre aujourd’hui vu l’état actuel des forces.
      Mais tout cela ne fait pas du PIR un mouvement d’extrême droite, car il ne porte en lui aucun discours inégalitaire ou suprémaciste, et encore moins nationaliste, et pour cause. Même la critique du “philosémitisme d’État”, une formule bien malheureuse et une fois encore inutilement provocatrice, n’est pas à proprement parler un antisémitisme déguisé si on prend le temps de voir ce qu’il désigne dans les textes. Cela étant dit, il est dommage que le PIR, au lieu de prendre le risque du débat, se cantonne à n’exister que par la provocation et une ambiguïté de plus en plus douteuse (cf. l’interview de Houria Bouteldja sur le site du Cercle des Volontaires) : car à ce petit jeu, difficile de dire comment il pourrait évoluer dans les mois et années à venir. Espérons que l’avenir ne donnera pas raison à ses détracteurs, car il nous faudra alors affronter un ennemi de plus…

    • pacovezian 4 avril 2018 at 20:49 - Reply

      cela semble prouver la prolifération des groupuscules suspects, conséquence de la déliquescence du FN. Foutez les dehors par la porte, et ils entrerons par la fenêtre. cette mise à jour est fastidieuse, merci à la Horde.

Laisser un commentaire »