Strasbourg : les militants du Bastion social assument leur violence et leur racisme

2 mars 2018 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lu sur le blog Fermons l’Arcadia :

Sur les screens ci-dessous de son profil Facebook, nous suivons les aventures de David L. alias Roukess Hess, militant du Bastion Social Strasbourg, précédemment affilié à tous les groupuscules possibles de l’extrême-droite (GUD, Dissidence Française, Division Nationaliste Révolutionnaire…). Il s’exposait fièrement en première ligne lors de la prétendue action du Bastion Social devant l’Eurométropole fin janvier, et depuis quelques temps il est bien installé derrière le comptoir de l’Arcadia, en poste de responsabilité.

Ce mythomane se vante publiquement de ses agressions racistes ; il raconte dans les détails ses descentes armées pour taper des antifas à La Taverne Française, « bar des crasseux » ; il affirme « espérer un attentat, et pas petit, avant le 7 mai » (NB : 7 mai 2017, date du 2ème tour des élections présidentielles) ; il se moque d’une personne asperger tout en se vantant de l’avoir tabassée pour lui voler son kefiah… Quelques jours après l’ouverture de l’Arcadia, Roukess a participé à une nouvelle descente à La Taverne Française, durant laquelle il a laissé une partie de son nez sur le comptoir.

Comme pour le président du Bastion Social Strasbourg s’affichant avec une arme, de telles photos et affirmations prennent toute leur importance dans un contexte où le terrorisme d’extrême-droite ressurgit régulièrement, de la tuerie d’Utoya en 2011 à l’attentat à la voiture-bélier de Charlottesville en 2017. Pas plus tard que le 14 février 2018, un suprématiste blanc assassinait 17 personnes dans un lycée en Floride. N’oublions pas que le Bastion Social Strasbourg n’hésite pas à affirmer son soutien à la galaxie du terrorisme néofasciste européen, de l’invitation de Gabriele Adinolfi (contemporain et partisan d’attentats qui ont fait des centaines de morts dans l’Italie des années 70-80) à la soirée de solidarité avec le Hogar Social (mouvement identitaire espagnol responsable de multiples agressions racistes et homophobes, et militant pour la libération de Josué Estébanez, le skinhead ayant tué Carlos Palomino avec un coup de poignard dans le cœur en 2007). N’oublions pas qu’en deux mois d’existence l’Arcadia a été la base-arrière de violences à Strasbourg : l’agression raciste à 20 contre un le soir du 09/12, l’agression de trois personnes dont un conducteur de tram le 20/01…

Au moins, Roukess aura eu le « mérite » de ne pas vouloir cacher sa vraie nature derrière le visage respectable et « social » de l’Arcadia. De son président à son barman, les militants du Bastion Social se fantasment bel et bien en miliciens fascistes et se sont déjà rendus responsables d’un nombre incalculable de violences : à quand des nouvelles agressions ? à quand une attaque terroriste ?

Laisser un commentaire »