Il y a 23 ans, Ibrahim Ali tombait sous les balles de militants FN

21 février 2018 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

23 ans après l’assassinat du jeune Ibrahim Ali, 17 ans, par des colleurs d’affiches du FN, un hommage lui sera rendu lors d’une marche à sa mémoire ce mercredi 21 février 2018 à 12h30 4 chemins des Aygalade, à Marseille. Nous reproduisons ici le texte que le site Quartiers libres avait écrit il y a trois ans sur les faits et le contexte de ce drame raciste.

Le 21 février 1995 à Marseille, Ibrahim Ali, 17 ans membre du collectif Hip Hop, les B-Vice, était tué d’une balle dans le dos par des colleurs d’affiches du Front National. Toute la misère et la vie de nos quartiers se retrouvent dans l’enchaînement de cette soirée du 21 février 1995. Ce soir-là, les B-Vice rentrent d’une répétition. Pour trouver un studio, il faut aller au Centre Social près du port, à 8 kilomètres de la Savine où vivent les B-Vice.

Les B-Vice.

Les bus et les infrastructures publiques, dans les quartiers nord de Marseille : comment dire ? C’est compliqué à décrire, mais on peut schématiser en reprenant les mots de l’actuel Premier Ministre : c’est l’apartheid. Alors les B-Vice marchent, courent pour ne pas louper la correspondance aux Quatre-Chemins, les bras chargés de platines et de leur table de mixage. Pour les B-Vice le fil de leur vie se casse quand ils croisent Robert Lagier, Mario d’Ambrosio et Pierre Giglio, trois militants du Front national, qui, ce soir-là, collent les affiches de Jean-Marie Le Pen.
Trois nationalistes racistes dont deux descendants de ritals qui ont oublié qu’il y a encore 50 ans les gibiers des racistes étaient leurs pères…Lagier et d’Ambrosio sont armés. Le procès établira qu’à la vue du groupe qui court pour attraper son bus, Robert Lagier dégaine son automatique et tire trois fois. Ibrahim Ali est touché dans le dos d’un tir direct alors qu’il cavalait pour atteindre son bus. L’enquête établira que les B-Vice n’ont fait preuve d’aucune hostilité à l’encontre des colleurs d’affiche du front. Ils ne les ont pas calculés, il fallait juste attraper ce putain de bus.
Les jours qui suivent, la tension est énorme dans les quartiers nord et dans toute la France, prémices de ce qui se produira 10 ans plus tard, en 2005, à la suite de la mort de Zyed Benna et Bouna Traore.

Ibrahim Ali Marseille

Chacun peut s’identifier à Ibrahim Ali, à cette vie de galérien passée à galoper derrière des bus trop rares dans le quartier, à esquiver les embûches du racisme qui opprime au quotidien et qui, parfois, tue. Comme à chaque fois, la famille et les militants de quartiers organiseront des manifestations pour ne pas laisser salir la mémoire d’Ibrahim Ali ni celle, par ricochet, de la jeunesse des quartiers populaires que la presse décrit volontiers comme menaçante ou délinquante. Jusqu’à l’établissement des faits par la justice, la presse reprendra trop souvent la ligne de défense du FN qui parlera de provocation et d’attaque sur ses militants.
Toujours en avance sur son temps et sans peur du ridicule, Bruno Mégret, numéro 2 du FN de l’époque, ira même jusqu’à affirmer que le tir meurtrier reçu par Ibrahim Ali dans le dos constituait de la légitime défense. Le coup de « la légitime défense » pour un tir dans le dos avait jusque-là été évoqué uniquement pour des assassinats commis par des policiers. Pour les militants racistes, il faudra probablement attendre 2017 et l’élection de Marine Le Pen pour voir la jurisprudence modifiée et étendue.
Tout ce que la France compte d’organisations antiracistes inconséquentes et inféodées au Parti Socialiste va se mettre en mouvement pour pleurer sur le crime raciste. Cela permet de masquer les causes de la montée du racisme et son exploitation par tous les partis politiques de gouvernement. Cette gestion par l’émotion et la morale du crime empêchera que l’on mette un grand coup dans les structures du FN et en particulier sur son DPS, à l’origine de nombreuses violences racistes. À l’époque, les principaux rabatteurs de cette politique d’indignation sans lendemain sont Dieudonné qui en fera une chanson et Maitre Collard, qui s’empresse de devenir l’avocat de la famille d’Ibrahim Ali.

Vingt ans après, l’un est devenu député front national et l’autre fait parrainer ses enfants par Jean-Marie Le Pen. Il y a une logique dans ces trajectoires : ceux-là n’ont de cesse de faire du fric sur notre dos en incarnant la fausse alternative à nos problèmes, celles qui collent toujours au discours dominant : anti racisme nian-nian au profit du PS en 1995, islamophobie pour Collard et antisémitisme pour Dieudio au profit du FN en 2015.

Au-delà du parcours de ces deux clowns médiatiques passées de « l’antiracisme bon enfant des jours de fêtes » au soutien et à la promotion de Jean-Marie Le Pen et du FN, le silence médiatique mais surtout l’absence de mobilisations de  grande ampleur autour de l’anniversaire des 20 ans de l’assassinat d’Ibrahim Ali témoignent des énormes attaques idéologiques que subissent les habitants des quartiers populaires. Ces attaques sont le fruit de la passivité d’une partie des nôtres. Soprano qui a grandi et a construit sa carrière de rappeur à partir de la même association de quartier que fréquentait les B-Vice fait ce constat amer : « Aujourd’hui, les jeunes des cités ne savent pas qui est Ibrahim et ne vont pas voter. On a tous notre part de responsabilité là-dedans, moi compris. Une chose est sûre, nous n’avons pas assez transmis. ».
C’est pertinent mais injuste. Si certains n’ont pas transmis la mémoire de nos luttes ou, pire, n’ont pas lutté durant ces 20 ans, d’autres l’ont fait par tous les moyens nécessaires face au racisme et aux injustices qui pourrissent la vie de nos quartiers.

Ils en ont souvent payé le prix fort.

Source : Quartiers libres

Laisser un commentaire »