Paris : Sauvons le cinéma La Clef !

9 février 2018 3 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Nous relayons cet appel à soutenir le cinéma La Clef, qui a accueilli à deux reprises des initiatives de la Horde : le 11 janvier 2014, pour une soirée consacrée à Adolfo Kaminsky, et le 31 janvier 2015 pour la projection parisienne d’Acta Non Verba, le film de notre camarade Hazem.

Le cinéma indépendant d’art et d’essai La Clef-images d’ailleurs, à Paris 5e , risque de faire sa dernière séance le 31 mars prochain, si le comité d’entreprise de la Caisse d’épargne, qui est propriétaire des murs, persiste à refuser de s’accorder avec l’association qui gère le cinéma. Explications et pétition pour sauver un lieu culturel engagé et reconnu pour la qualité de ses programmes.

Le Comité d’Entreprise de la Caisse d’Epargne d’Ile de France (CECEIDF) est propriétaire des murs abritant le Cinéma La Clef. Le CECEIDF veut vendre les murs, les exploitants actuels veulent les acheter.

Le CECEIDF et la Clef se sont mis d’accord sur le prix et les conditions d’exploitation future dès juin 2016.

Mais aujourd’hui, 20 mois plus tard, le CECEIDF refuse toujours de signer l’acte de vente proposé par La Clef et refuse d’en rédiger un lui‐même. Mi‐décembre 2017, le CECEIDF a signifié au Cinéma La Clef la fin des négociations et de toute discussion sur la vente du bâtiment, et confirmé le non renouvellement du contrat de location des locaux au‐delà du 31 mars 2018. Après 20 mois de “combat” le Cinéma La Clef risque de faire sa dernière séance le 31 mars 2018.

Lire la suite ici

3 commentaires »

  1. BOIRE Jean-Paul 3 mars 2018 at 20:17 - Reply

    C’est tout à fait regrettable que des administrateurs d’un comité d’entreprise, composé principalement de représentants syndicaux de SUD et de la CGT, aient une telle attitude qui n’a rien à envier aux promoteurs et autres requins capitalistes. J’espère de tout coeur que le rapport de force va conduire ces syndicalistes à revoir leur position scandaleuse et inacceptable vis à vis de l’association gestionnaire de ce cinéma d’art et essai, haut lieu d’expression cinématrographique critique et ouvert à la diversité culturelle internationale et pas seulement française (c’est dans ce cinéma que personnellement, j’ai pu apprécier et découvrir notamment les films africains de réalisateurs burkinabé, maliens, etc.).

    Jean-Paul BOIRE

  2. Bueno 17 février 2018 at 15:30 - Reply

    Les requins toujours aussi nombreux!

  3. Terre et Liberté 15 février 2018 at 12:30 - Reply

    message de soutien qui sera diffusé dans tout le réseau de notre association ainsi que dans notre émission de radio bimensuelle

Laisser un commentaire »