Le Parti de la France, une histoire de déjà vu (2) : les “jeunes”

20 janvier 2018 8 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Après un premier article sur le Parti de la France (Pdf) à lire ici, qui s’intéressait à l’histoire du mouvement et aux “anciens” comme Roger Holeindre ou Martine Lehideux, en voici la suite, consacrée aux quelques groupes actifs du PdF, souvent composés de “jeunes” militants, aux pratiques et convictions encore plus radicales que leurs aînés.

Avec son activisme, son matériel de propagande clé en main, ses rassemblements anti-migrants et sa participation aux différents cortèges d’extrême droite chaque mois de mai à Paris, le Parti de la France peut attirer à lui une jeunesse nationaliste en mal d’action et de militantisme, d’autant que le Front National ne joue plus ce rôle depuis plusieurs années, avec l’arrivée d’une présidente qui montre bien peu de respect pour le travail militant de terrain. On a pu le constater dans les Hauts de France, à Caen, à Chalon sur Saône ou dans les Bouches du Rhône, le PdF permettant ainsi à des militants d’extrême droite isolés de se retrouver pour militer ou passer des soirées ensemble. Même si la plupart d’entre eux, avec le temps, finissent par se lasser du militantisme, le profil violent de plusieurs d’entre eux appelle à une certaine vigilance, et à ne pas sous-estimer la capacité de nuisance de ce qui, à première vue, peut sembler une bande de branquignols (ce que certains sont, par ailleurs).

Au PdF, il faut avoir une âme de poète, sinon on fait tâche…

Dangereux sous tous rapports

En effet, plusieurs individus gravitant autour du PDF ont déjà fait parler d’eux du fait de leur capacité ou de leur volonté de passer à la violence. Ainsi, en octobre 2017, parmi les personnes arrêtées autour de Logan Nisin qui aurait préparé plusieurs attentats terroristes, en particulier contre des musulmans, plusieurs étaient en novembre 2016 derrière la banderole du PdF des Bouches du Rhône ; quant à son comparse, Thomas Annequin, il était “chargé de mission” du PdF à Manosque, dans les Alpes de Haute Provence.

En novembre 2016, Nisin et Annequin derrière la banderole du PdF des Bouches du Rhône.

David Beaune, un néonazi membre du Blood&Honour C18 France (aujourd’hui dissous), condamné à 18 ans de prison pour le meurtre d’Imad Bouhoud dans le port du Havre en 1995 (source), condamné en 2013 pour avoir menacé sa compagne avec un fusil à canon scié, et à nouveau condamné la semaine dernière, le 16 janvier 2018, pour avoir posé en uniforme du IIIe Reich devant une synagogue et avoir fait des saluts nazis, est lui aussi un familier du Parti de la France, comme en atteste sa présence lors d’une réunion militante du PdF de Franche Comté en décembre 2016 à Montbéliard, dans le Doubs, avec Thomas Joly et Christophe Devillers, son ancien “kamarade” lorsqu’ils étaient au FNJ.

En haut, David Beaune avec Thomas Joly et Christophe Devillers du PdF. En bas, ses photos de profil sur Facebook.

On peut encore voir régulièrement des militants issus de mouvements disparus apportant un coup de main au PdF, comme des anciens de Troisième Voie (lire ici et ), de Blood & Honor Hexagone, du Picard Crew, de Pegida France. Toutes ces personnes esseulées retrouvent un foyer accueillant au PdF… Petit tour de quelques groupes locaux.

Le PdF à Caen

La section caennaise tourne autour de Bruno Hirout : ancien guitariste de Northmen Impakt, un groupe de RIF (Rock Identitaire Français) dont la chanteuse Epona avait été évoquée ici, il s’était fait connaître après avoir publié une photo où il posait avec son comparse du Calvados, Guillaume Aguillé, devant une bouteille de gaz sur laquelle il était écrit « Zyklon B ». En ce qui concerne leur groupe Northmen Impakt, il était composé de militants du PdF et avait eu une très courte carrière dans la musique nationaliste en faisant une poignée de concert entre 2014 et 2015, mais qui faisait surtout parler de lui sur les réseaux « sociaux ».

Northmen Impakt

Le PdF du Calvados est donc assez actif sur les réseaux « sociaux », mais peut aussi faire des déplacements à Paris. En son sein, on retrouve surtout une tendance catholique intégriste, ayant participé aux cortèges de la Manif Pour Tous, aux « Marches pour la Vie », ou avec Xavier Dor le fondateur de SOS Tout Petits un mouvement anti-IVG. Ils réussissent quand même à faire quelques actions médiatiques relayées par leur réseau, en posant avec des banderoles “anti-migrants”, en faisant quelques collages à Caen sur la fac notamment, ou en se présentant à des élections législatives.

Le Parti de la France 14 sur un marché

Le PdF du Calvados avant de tomber dans la bouche d’égout, avec à leur gauche Bruno Hirout et au centre Guillaume Aguillé.

Le PdF à Chalon sur Saône

Benjamin Lematte et Jean-Marie Le Pen

Benjamin Lematte et Jean-Marie Le Pen

C’est Benjamin Lematte, l’ancien chargé de mission Front National pour la bresse du nord et secrétaire départemental du FNJ pour le département, qui anime la petite bande de skins que l’on retrouve parfois à Lyon lors d’actions du Bastion Social à Paris et à Dijon lors d’événements nationalistes, ou lors de concerts de RAC (Rock Against Communism). Il animait un club de supporters Ultra du PSG en Saône et Loire, ce qui lui a permis de se faire un petit réseau. Benjamin Lematte étant épaulé par Sandrine Debode, l’ancienne de la bande qui était très présente sur les manifestations de droite radicale (Jour de Colère, hommages à Jeanne d’Arc) et qui avait pris l’habitude de recueillir les skinhead d’extrême droite de Bourgogne. Ils s’étaient montrés à Pouilly en Auxois en Bourgogne lors d’un rassemblement « anti-migrants », avorté sous la pression des antifascistes, mais avant ça Lematte avait était convoqué pour des dégradations sur le centre d’accueil de la ville. Récemment ils se sont  retrouvés pour un rassemblement « Anti-migrants » en août 2017 à Chalon sur Saône, et malgré l’annonce de la venue de son ancien collègue du FNJ Alexandre Gabriac, il n’y avait pas foule ( à peine une quinzaine de personnes).

PdF 71 en 2016

Le Parti de la France de Saône et Loire devant la mairie de Chalon sur Saône avec au centre Benjamin Lematte

Le PdF dans les Hauts de France

Les Hauts de France, qui regroupe la Picardie et le Nord Pas de Calais, est la région qui compte le plus de militants et de personnes qui tournent autour du groupuscule. À la fondation du PdF en 2009, Carl Lang avait l’ambition d’être à la tête du Front national dans cette région pour les élections européennes, c’est donc de là que viennent la plupart des anciens FN partis au PdF, mais c’est aussi la région d’origine de Thomas Joly, ancien conseiller régional FN de Picardie. Depuis, d’autres militants les ont rejoints, dans anciens du FN mais aussi des militants isolés connus pour leurs idées néonazies.

De gauche à droite : Thomas Joly et Carl Lang

Dans la Somme, quelques anciens du FN ont retrouvé l’ancien conseiller régional Thomas Joly dont David Martin, qui militait avec lui au FNJ de Picardie au début des années 2000. Entraînant avec eux un adepte des armes à feu, David Petit, ils ont gardé quelques contacts avec des élus FN de la région. On pouvait voir en avril 2016, lors d’un dîner avec Roger Holeindre organisé par le PdF, des conseillers départementaux FN de l’Aisne et une conseillère régionale des Haut de France, Sylvie Saillard, aux cotés de Holeindre, Joly et David Martin. Ou encore un ancien de Pégida France, Sébastien Desseaux qui essaie de se montrer à Calais, dans des manifestations parisiennes en mai ou dans des rassemblements anti-migrants comme à Péronne en novembre 2016.

En partant de la droite sur la photo Yvon Flahant, Prudence Tan, Armand Pollet, Marion Saillard, Roger Holeindre, Thomas Joly et Sylvie Saillard

En partant de la droite sur la photo Yvon Flahant, Prudence Tan, Armand Pollet, Marion Saillard, Roger Holeindre, Thomas Joly et Sylvie Saillard.

Dans le Nord et le Pas de Calais, ce sont plutôt des personnes autour de Sébastien Vannoye, le chef du Service Encadrement Protection (SEP), le service d’ordre du PdF.  Leur principale activité consiste à coller des affiches régulièrement, mais ils ont aussi récemment déployé une banderole devant le centre d’accueil pour demandeurs d’asile de Cassel (Nord), et cette petite bande sert régulièrement de sservice d’ordre pour des manifestations et des rencontres nationalistes dans le nord de l’Hexagone.

Le service encadrement sécurité du Parti de la France venu du Pas de Calais et de la Somme à Péronne en novembre 2016

Le Parti de la France à Péronne dans la Somme en novembre 2016 lors d’un rassemblement anti-migrants, avec Sébastien Vannoye au centre avec le brassard.

Tout ce petit monde se retrouve régulièrement lors de soirées ou pour faire les petits bras, et se donner des frissons, que ce soit à Calais, Paris ou dans la Somme lors de rassemblements “anti-migrants” à Albert en octobre 2015, Péronne en novembre 2016 aux cotés du SIEL (Souveraineté Identité et Liberté) où certains ont connu la joie d’une convocation au commissariat, ou encore lors de la venue de Jean Marie Le Pen et d’Alexandre Gabriac à Amiens en mars 2017 pour un diner patriotique. La plupart d’entre eux ne se cachent pas sur leur idéologie proche des néonazis que ce soit par leur style vestimentaire ou leurs tatouages. Lors de leurs sorties dans la Somme, ils peuvent compter sur le soutien d’anciens du Picard Crew, un groupe néonazi basé dans le département.

Le SEP à Paris le 08 mai 2016

Le Service Encadrement Protection, les mêmes têtes que le Parti de la France dans le Nord Pas de Calais, toujours Sébastien Vannoye, deuxième en partant de la gauche sur la photo.

Enfin dans l’Aisne, ils ont quelques appuis avec Pierre Marie Verdier, le maire de Besmont près de Hirson, élu au conseil national du PdF ainsi que des militants autour de Jean-Jacques Luisetti à Chauny, c’est aussi dans ce département que Martine Lehideux s’était présentée lors des législatives de 2012. Ci-dessous, un exemple de soirée organisée par le Parti de la France dans les Hauts de France, près de Saint Quentin dans l’Aisne le 5 août 2016. Chouette ambiance !

réunion du Parti de la France à Brancourt le Grand le 05 08 2016

Soirée du PdF dans le bar le Vikings avec Thomas Joly, Willy avec son tee shirt “Hardcore” et Sébastien Vannoye à sa droite.

À la base, il devait y avoir une intervention du secrétaire général du PdF Thomas Joly, suivi d’un concert de Northmen Impakt, mais la soirée s’est finalement terminée par un petit discours de Joly suivie d’une beuverie. Étaient présents, outre les militants du Parti de la France, des anciens du Picard Crew, mais aussi un militant identitaire de Lille, Willy, connu pour ses accointances avec Yohan Mutte, ancien des JNR de Serge Ayoub, qui comme le rappelle la page facebook Fermons la Citadelle,  a été  “mis en examen pour homicide dans l’affaire des noyés de la Deûle, et pour avoir participé à plusieurs actions violentes. Mais [Willy] est également membre du noyau dur de Génération Identitaire Lille articulé autour d’Aurélien Verhassel. Willy est de toutes les actions du groupuscule d’extrême droite (tournées de sécurisation anti-racailles, distribution de soupe au cochon aux SDF blancs, …). Tailleur de pierre de formation, il a même été chargé de confectionner l’enseigne du local raciste “La Citadelle”, QG de Génération Identitaire”. La réunion d’août 2016 était organisée au “Viking”, à Brancourt le Grand, ce même village qui avait déjà accueilli une réunion du PdF en avril 2015. Ce bar épicerie appartenant à la commune, il est géré par une personne qui  “assure toutefois ne pas adhérer à ces thèses” ; pourtant, cette même personne se retrouvait déjà aux cotés de Thomas Joly pour une autre réunion en 2015…

Thomas Joly à une réunion du Parti de la France le 10 avril 2015 à Brancourt le Grand

Réunion du Parti de la France de l’Aisne en avril 2015 à Brancourt le Grand avec Thomas Joly

La gérante du bar “le Viking”, deuxième en partant de la gauche.

La gérante avait eu droit à différents articles dans la presse régionale et même nationale lors de l’ouverture ; elle et son compagnon, originaire du village, bénéficient d’un soutien local en participant aux différentes animations qui s’y déroulent.

Les Bouches du Rhône

Même si le PdF des Bouches du Rhône n’a plus d’activités, il est assez symptomatique des groupes locaux du PdF. Le PdF 13 s’est terminé par des arrestations autour de Dylan Nisin et un de ses comparses Thomas Annequin membre du PdF 04, chacun accusant l’autre de balance. Le groupe s’était formé autour d’anciens du Mouvement Populaire pour une Nouvelle Aurore (MPNA) avec Olivier Bianciotto et David Guichard, qui s’étaient fait connaître en septembre 2014 en profanant la statue de Missak Manouchiann responsable des FTP-MOI.

Parti de la France des Bouches du Rhône

Le Pdf de Marseille en tenue de gala aux cotés de leur secrétaire général Thomas Joly

Les groupes actifs du PdF se font et se défont :  ici n’ont été cités que des groupes ayant eu une durée de plus de deux ans, et c’est déjà beaucoup. Mais ce petit aperçu donne une idée du profil de ses militants, bien loin de l’image lisse et responsable que les responsables du Parti de la France, avec leur cravate et leur campagne électorale bon teint, essayent de donner de leur mouvement.

La Horde

8 commentaires »

  1. JeromeL 4 février 2018 at 01:19 - Reply

    Thomas Joly utilise le pseudonyme Argyle sur différents sites néo-nazis/extrême droite.
    Il intervient régulièrement dans le podcast “Démocratie participative” sous ce nom, Boris le Lay en est l’animateur (pseudo : Gandalf le Blanc).

    Je ne sais pas s’ils se croient complètement à l’abri de poursuites grâce à leur anonymat ou bien du fait que le site est hébergé aux USA mais le ton de l’émission et des articles du site est ouvertement raciste, antisémite, islamophobe et homophobe.
    Etonnant d’ailleurs que le site soit encore accessible.
    Ajouté à cela un néonazisme revendiqué, apologie d’Hitler, de Goebbels, appels réguliers à harceler par mail ou téléphone : féministes, antifas, communistes, etc… ils sont l’équivalent francophone du Daily Stormer, memes, interface et type d’articles similaires, ils ont probablement des liens avec l’alt-right mais c’est à confirmer.

  2. aurelien Kovacic 23 janvier 2018 at 16:41 - Reply

    J’ai ma carte au PDF, je peux m’exprimer ici ?

    • La Horde 23 janvier 2018 at 19:54 - Reply

      Tout dépend de ce que tu as à dire : si c’est juste pour nous insulter dans un français approximatif comme la plupart de tes camarades, tu peux t’abstenir. Sinon, on t’écoute.

  3. Alo 23 janvier 2018 at 11:56 - Reply

    C’est mute et pas Willy qui a été incarcéré pour la deule.

    • La Horde 23 janvier 2018 at 12:01 - Reply

      Oui, bien sûr : le Willy en question n’a pas été mis en cause dans cette histoire.

      • La Horde 23 janvier 2018 at 12:02 - Reply

        L’erreur, due à une mauvaise manipulation, a été corrigée dans l’article.

  4. Isabelle gabrieli 22 janvier 2018 at 11:59 - Reply

    “Martine Lehideux s’était présentait lors des législatives de 2012”. Plutôt “s’était présentée”. Sinon, merci pour votre travail, toujours très instructif de vous lire.

    • La Horde 22 janvier 2018 at 16:37 - Reply

      C’est corrigé ! Merci à toi.

Laisser un commentaire »