L’histoire de Riseup.net

29 décembre 2017 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Riseup.net est un collectif technique autonome qui développe et promeut des outils informatiques taillés par et pour les acteurs des luttes et mouvements sociaux depuis 2000. Le tout dans une perspective révolutionnaire et autogestionnaire. Beaucoup de collectifs, groupes et personnes antifascistes ont pu s’appuyer sur cette base technique pour utiliser des outils de communication adéquats et les gérer de manière sécurisée. Notamment : des listes mails, des comptes mails, le VPN, ou encore les outils de travail collaboratifs comme le pad (écriture collaborative), le share (échange de documents), ou le we (wikis privés et collaboration de groupe).

18 ans après le début de l’aventure, Riseup.net a toujours besoin de votre soutien et nous conte son histoire :

Bonjour !

Aujourd’hui, nous présentons l’histoire de Riseup.

Il était une fois, un groupe de jeunes sans-emplois dans la vingtaine qui sortait tout droit d’une exténuante, mais exaltante semaine de manifestation contre l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle. Une question rongeait leur esprit: quelle était la meilleure manière d’aider à construire un mouvement mondial pour la justice sociale? Poussé-e-s par leurs idéaux d’hackers et de geeks, ils et elles arrivèrent avec un projet nommé riseup.net. 

Au départ, le projet fournissait des courriels et des listes de diffusion à une bande d’ami-e-s qui avaient besoin d’une manière sécurisée de communiquer qui n’était pas fournie par les entreprises contre qui elles et ils se mobilisaient. C’était un projet assez simple: nous les hébergions, nous chiffrions leurs données et nous ne gardions pas de journaux de connexion (logs). C’était en 2000 et l’internet était encore quelque chose de relativement nouveau.

Au fur et à mesure que nous accueillions de nouvelles personnes dans Riseup.net, les réflexions théoriques des membres du collectif sur l’organisation démocratique prenaient de l’ampleur. Nos conversations sur la manière dont les technologies peuvent être utilisées pour protéger et servir les gens et non les exploiter évoluaient constamment. À l’époque, tous nos serveurs étaient installés dans des communes et les maisons de nos ami-e-s et nous passions beaucoup de nuits dans d’éloignés sous-sols à souder des câbles pour maintenir nos services.

Certain-e-s membres du collectif sont partis. D’autres sont arrivés. Nous avons parfois eu beaucoup de conflits, comme c’est inévitablement le cas dans de bonnes personnes travaillent collectivement. Certains-e-s d’entre nous ont fait des études supérieures, d’autres ont déménagées au Canada, ont eu des enfants, se sont marié-e-s ou sont maintenant occupé-e-s par d’autres projets. Beaucoup de gens ont quitté temporairement et sont revenu lorsqu’ils et elles ont à nouveau eu du temps pour Riseup dans leur vie. Beaucoup sont restés. Pendant tout ce temps, nos systèmes et nos technologies ont évolué pour offrir plus à nos utilisateurs et utilisatrices, qui ne sont plus uniquement nos ami-e-s, mais aussi nos allié-e-s dans cette quête idéaliste.

Nous avons déplacé nos serveurs dans un endroit plus sécuritaire. Nous nous sommes fait des ami-e-s militant-e-s informaticien-ne-s à travers le monde et nous avons offert des outils et de la bande passante à des plus petits collectifs pour qu’ils prospèrent. Nous avons développés de nombreux logiciels utiles – tous libres et distribués sans entraves. Nous avons été poursuivi par quelques conservateurs religieux qui n’ont pas aimé quelques un-e-s de nos utilisateurs et utilisatrices queer fassent un kiss-in dans leur église. Avec des avocat-e-s militant-e-s, nous avons donné notre meilleur, nous sommes allé en court fédérale et nous avons refusé-e-s de donner de l’information sur nos extraordinaires utilisateurs et utilisatrices. Nous avons gagné notre cause et nous continuons de grandir. 

Puis est venu Edward Snowden. Tout à coup, ce que nous répétions à qui voulait l’entendre depuis des années n’était plus qu’une théorie conspirationniste: les gens ont compris que la surveillance touchait tout le monde. Nos utilisateurs et utilisatrices se sont braqué-e-s et nous avons amélioré notre sécurité. Les spammers et les arnaqueurs nous ont attaqué de tous les côtés et nous avons contre-attaqué dans une guerre constante et ennuyante. Nos ennemis ont trouvé des manières surprenantes pour utiliser nos services et nous avons dû jouer au chat et à la souris pour les foutre dehors. À chaque année, nous avons amélioré nos systèmes, comme par exemple l’an dernier quand nous avons chiffré notre stockage de courriel. À chaque année, nous avons continué de parler de nos raisons d’être et à réfléchir à comment les technologies, qui évoluent tout autour de nous, sont des endroits essentiels à libérer. Le temps s’écoule toujours au rythme de soixante secondes par minutes et nous continuons d’élargir et d’approfondir le travail que nous faisons.

Et nous voici, 18 ans plus tard. Certain-e-s d’entre vous sont là depuis le tout début. Certain-e-s d’entre vous sont de nouveaux utilisateurs et de nouvelles utilisatrices. Nous sommes très chanceux et chanceuses d’être avec vous tous et toutes aujourd’hui et nous sommes toujours aussi sans-emploi, exalté et exténué que jamais. S’il vous plaît, s’il vous plaît, s’il vous plaît, si vous en avez les moyens, permettez-nous de vivre une autre année.

https://riseup.net/fr/donate

Espoir et amour,

Le collectif Riseup

Nous avons également un tirage Riseup super luxueux “Du pain et des roses” [1]

Deux personnes chanceuses qui ont donné à Riseup recevrons une grosse boîte de chocolats, une affiche fabuleuse, quelques photos de manifestations encadrées, des livres de science-fiction radicaux, du café très noir, de la prose politique très récente, un agenda 2018 et plus encore!

Si vous faites un don récurrent, nous vous avons déjà ajouté au tirage. Pour les autres, si vous donnez par Dwola, PayPayl ou Flattr, une adresse courriel est associée à votre don et nous vous contacterons de cette manière. Si vous nous envoyez un don par la poste, merci d’y inclure un courriel! Si vous nous faites parvenir de l’argent par transfert bancaire, envoyez-nous un courriel à raffle@riseup.net en mentionnant les détails associés à votre don.

Un grand merci à toutes les personnes qui rendent ce tirage possible: AK Press, Aqueduct Press, Equal Exchange, Justseeds, PM Press, Riseup Coffee, the Slingshot Collective ainsi qu’un membre de notre collectif, Linda Wasson (earthdocumentaryresistance.org), Black-collared Jay.

[1] Rose Schneiderman est une militante syndicale qui a forgé le terme “Du pain et des roses”, pour indiquer que les travailleuses et les travailleurs ont droit à plus que le strict minimum.

Laisser un commentaire »