Pivert, la marque fasciste de CasaPound pour pigeons nationalistes

15 décembre 2017 2 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Il s’agit de l’adaptation d’un article paru sur Indimedia Germany et repris par des sites antifas italiens sur la marque d’extrême droite Pivert.

A première vue, la marque semble anodine et ne rien laisser présager d’un projet émanant de la sphère néo-fasciste. Discrètement sur le polo – sur les sweatshirts, les vestes et les casquettes, vous ne voyez qu’un petit P avec un pivert stylisé. De loin, les produits pourraient être confondus avec les vêtements de marques comme Ralph Lauren, Fred Perry ou encore Lyle & Scott. Pourtant cette marque est un pur produit de l’extrême droite italienne.

La marque Pivert ne comporte aucune référence voilée ou directe au national-socialisme ou au fascisme. On est bien loin de marques qui affichent clairement la couleur comme Ansgar Aryan, Svastone, Thor Steinar, White Rex, Runa ou dans une moindre mesure Erik and Sons. Avec le logo, le style, les couleurs et la coupe, la marque joue la sobriété et peut éventuellement faire penser à une marque issue du milieu casual (ce qu’elle cherche à faire définitivement). La marque de l’extérieur n’est reconnaissable que pour ceux et celles qui connaissent l’origine idéologique de ses fondateurs, à savoir la mouvance CasaPound.

 

Explications « marketing et philosophique »

La marque Pivert apparaît pour la première fois via des collages dans les rues de Rome en novembre 2014, dans le quartier Eur[1]. Quelque temps plus tard se met en place une campagne de communication sur Facebook puis Youtube. Sur la page Facebook de Pivert on peut y lire une pseudo explication culturelle pour justifier la mise en avant de cet animal et le # qui accompagne les apparitions de la marque : #semiDio (demi-dieu en Français). Selon la marque, dans certaines mythologies (indo-européennes cela va de soi) le pivert serait associé à des divinités, le plus souvent guerrières. De cette affirmation, la marque en tire une conclusion osée, en associant l’animal du pivert au concept de demi-dieu (semiDio). Sans doute une façon de faire passer la pilule aux futurs clients. Le fait de porter des vêtements à l’effigie d’un animal rarement associé à la force ou à la virilité dans l’opinion publique, sont deux concepts généralement au centre des marques d’extrême droite.

Les premières photos des produits de la marque mettent en avant un jeune homme portant des produits Pivert conduisant une Bugatti dans le quartier Eur ou se relaxant devant des monuments à l’architecture d’inspiration fasciste.

 

L’homme derrière Pivert

D’après les antifascistes italiens, derrière la marque, on trouve un homme, Francesco Polacchi. seul administrateur avec 70% des parts de la société, les 30% restants étant détenus par la société Minerva Holding, contrôlée pour un quart par… Francesco Polacchi, pour une autre part par Giulia Polacchi et pour 50% par Maria Laura Venturelli.

Monsieur « Pivert » possède un sacré CV. S’il a grandi politiquement dans l’ombre de Casapound, (sa première apparition dans les médias nationaux remonte à 2006), il est surtout connu pour être le leader et fondateur du Blocco Studentesco[2], syndicat étudiant d’extrême droite, sous influence de Casapound. Francesco Polacchi s’est notamment illustré le 29 octobre 2008, lors d’une manifestation étudiante, en attaquant le cortège à Rome. Lors d’un reportage télévisé, on peut constater les très bons contacts entretenus entre Polacchi et certains policiers. Quelques jours plus tard Polacchi et ses troupes occupent les studios de la RAI pour menacer des membres de la rédaction suite à la diffusion de ce reportage. En 2013, en compagnie de Di Stefano, ils attaquent le siège de la représentation de l’Union européenne à Rome.

 

Vol au-dessus d’un nid de fachos       

Comme pour mieux appuyer la connexion entre Pivert le Casapond, les antifascistes italiens ont relevé de biens curieuses coïncidences à l’adresse postale fournie par Pivert-Store : Via Diomède Pantaleoni 31/33 – 00166 Rome. On trouve pas moins de 8 entreprises, d’associations et de groupes de télécommunication, répondant à la même adresse et au même numéro de téléphone, et dont les dirigeants sont tous proches de CasaPound. On trouve par exemple la société « EyeTech Video & Digital Solutions », spécialisée dans la communication multimédia et de l’organisation d’événements, dont le directeur n’est autre que Francesco Polacchi. Une autre société mérite d’être relevée, celle d’une structure consacrée au MMA intitulé « MMA Europe ». Parmi les membres de cette société on retrouve Pinelli Giovanni, Giovanni Bisignani, Alessio Cocco, Maria Vittoria Colonna, Michal et Fabio di Segni Ciolli. Tous ces gens s’entraînent dans la salle de sport « Hung Mun » fondée en 2010 à Rome. Cette salle depuis quelques années participe à l’organisation d’un tournoi de sports de combat initié par Casapound. L’évènement est organisé par Circuito-CasaPound Fighting Circuit sous la direction de Francesco Amato, directeur national des sports chez CasaPound. A l’occasion de ces tournois, d’autres structures d’extrême droite se joignent à l’évènement  les Russes de White Rex.
Pivert: promotion, contacts et sponsors

Boutique Badabing

Toutes les activités liées à la marque trahissent ses liens avec Casapound. Le 6 mars 2015, Pivert organise un évènement avec un concert dans le quartier romain de Saint-Jean, sans pour autant annoncer officiellement le nom du groupe chargé de jouer. Et pour cause le groupe invité à jouer n’était autre que Bronson, formation liée étroitement à CasaPound. Le 13 mars 2015, la marque a été présentée dans la boutique Badabing Shop, tenue par Chiara Del Fiacco[3] et située dans le Carre Monti, lieu fréquenté par les militants de Casapound. Au fil des mois qui suivent ce lancement les cadres du mouvement vont s’afficher publiquement avec la marque et en faire la promotion autour d’eux. Même sa distribution en dehors de Rome trahit ses liens avec l’extrême droite. Ainsi on peut trouver la marque à l’Inter City Firm à Padoue (tenu par un militant d’extrême droite et accessoirement voleur de banques, Gianluca LoCicero) et en France dans la boutique lyonnaise Made In England (boutique tenue par le Gud Lyon/Bastion Social). A noter que la marque en France est principalement portée par des membres du GUD et par certains Identitaires.

Un membre de Génération Identitaire Paris, Chiara Del Fiacco, Sébastien de Boëldieu

[1] Quartier de la ville de Rome créé à l’origine par Mussolini pour mettre en avant l’architecture futuriste

[2] Version italienne du GUD si on souhaite faire un rapide parallèle.

[3] Militante liée à Casapound et accessoirement petite amie Sébastien de Boëldieu, militant nationalistes français installé depuis plusieurs années à Rome, chargé de faire le lien entre les militants nationalistes français et Casapound.

2 commentaires »

  1. bourrodesfafs 19 décembre 2017 at 11:33 - Reply

    A noter que quelques personnes de l’AF Provence portent aussi des vêtements de cette marque. Notamment le chef de section.

    https://scontent-bru2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/23843336_1361065044003584_6219594865986423686_n.jpg?oh=b61222d8eae1da1b2264b2167c3ddb98&oe=5ABAAB7B

    • La Horde 19 décembre 2017 at 11:37 - Reply

      Merci à toi pour cette information

Laisser un commentaire »