Loire-Atlantique : non au fascisme, solidarité avec les migrants

12 décembre 2017 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Communiqué du Collectif de Lutte contre l’Extrême Droite et ses Idées de Loire Atlantique :

Dans la nuit du dimanche 3 au lundi 4 décembre puis dans celle du lundi 4 au mardi 5 les locaux universitaires où se sont abrités des mineurs isolés étrangers et leurs soutiens ont subi l’intrusion puis l’ attaque d’un groupe de personnes violentes et racistes c’est-à-dire fascistes se baptisant « Front Anti Collabo ». Habillés de noir, masqués, les membres de ce groupuscule ont utilisé des matraques et des bombes au poivre, blessant plusieurs personnes. Dans la journée de mardi, le site d’extrême-droite Breizh-Info a relayé leur communiqué de presse revendiquant ces actions violentes et en annonçant d’autres, dénonçant dans les jeunes migrants des envahisseurs et dans celles et ceux qui les soutiennent des collaborateurs. Retournement du stigmate de la collaboration typique du discours d’extrême-droite ! Pour que les choses soient claires, le site accompagne son  article  d’une vidéo d’un prétendu étudiant revendiquant la priorité nationale chère à Marine Le Pen !

Le collectif de lutte contre l’extrême droite et ses idées constate que cette attaque, après d’autres à Nantes, vise des lieux où se regroupent des migrants. Ces attaques se produisent aussi dans d’autres villes en France. Alors que se développe un puissant mouvement de solidarité envers les migrants, ces derniers font l’objet de discours de rejet puissants de la part des forces d’extrême-droite, qu’il s’agisse du Front National ou de groupes plus radicaux que lui (courant identitaire, GUD…). Cette campagne haineuse est un encouragement à des passages à l’acte violents contre les personnes migrantes, y compris des mineurs isolés. La nouveauté de ce qui vient de se passer est qu’un groupuscule fasciste ose revendiquer publiquement une telle attaque.

 

Le collectif de lutte contre l’extrême-droite et ses idées appelle donc à la vigilance et à réagir contre les discours et les actes de violence contre les migrants. Il partage l’analyse et les revendications du collectif pour la création de centres et maisons d’acceuil pour tous et exprime sa solidarité avec le mouvement en cours à la faculté de Nantes qui permet de fournir un toit à des jeunes mineurs isolés étrangers à la rue. Ce lieu d’accueil doit être protégé par le mouvement démocratique et ouvrier nantais pour que de nouvelles attaques ne puissent avoir lieu et que les fascistes soient arrêtés et jugés. Nous exigeons d’une part que l’Etat mette fin rapidement aux agissements de ce groupuscule dont l’impudence de sa revendication semble indiquer qu’il n’a rien à craindre de la répression de l’Etat et d’autre part que ce dernier satisfasse le droit de tout mineur à avoir un toit plutôt que de les mettre à la rue en procédant à une nouvelle expulsion.

Le 6 février 2016 à la manif contre Pegida.

Le collectif de lutte contre l’extrême droite et ses idées dénonce le discours de division des milieux populaires prôné par le FN et ses satellites. La France, 6e puissance mondiale, a les moyens de donner un toit à tous ses habitants, hommes ou femmes, Français ou étrangers, jeunes ou vieux, étudiants ou travailleurs. Ce qui est en cause c’est l’inégale répartition des richesses produites fruit d’un système économique de plus en plus inique.Enfin, il attire l’attention sur le fait que l’Etranger n’est pas le seul à subir les violences de l’extrême-droite comme le montre l’agression particulièrement violente commise le 7 mai 2017 près de l’arrêt de tram Du Chaffaut où un jeune a failli perdre la vie. Le collectif sera d’ailleurs également  vigilant sur le traitement judiciaire de cette affaire.

VISA, UD CGT 44, Solidaires 44, Place au Peuple, Ensemble !, NPA 44, organisations membres du COLLECTIF DE LUTTE CONTRE L’EXTRÊME-DROITE ET SES IDEES

Laisser un commentaire »