Clichy-la-Garenne (92) : une manif d’élus LR et FN s’en prend à un rassemblement musulman

13 novembre 2017 11 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Parce que leur salle de prière a été fermée par la mairie un millier de musulmans de Clichy-la-Garenne s’étaient rassemblés au mois de mars 2017 derrière une banderole «Tous ensemble pour la mosquée de Clichy. Liberté, égalité, fraternité pour tous». Par la suite, ils ont organisé, toujours en guise de protestation, des prières devant la mairie, pour signifier leur impossibilité de pratiquer leur religion dans des conditions décentes. En réponse à cette absence de locaux adéquats, le maire LR Rémi Muzeau avait proposé dans un premier temps un chapiteau pour six mois (solution rejetée par l’association de la Grande Mosquée de Clichy qui voulait une solution pérenne). Depuis, la situation est bloquée, le nouveau local proposé par la mairie ayant été refusé par les fidèles musulmans, en raison de sa situation géographique et de son exiguïté.

Manifestation de musulmans à Clichy pour demander une salle de prière en mars 2017.

C’est dans ce cadre que ce vendredi 10 novembre, le maire a appelé à un rassemblement « contre les prières de rue ». Il a reçu le soutien de l’Association des maires d’Île-de-France, appelant à « défendre la laïcité républicaine et l’État de droit ». Soit dit en passant, on se demande où étaient donc tous ces élus lorsque, dans le sillage des manifs homophobes contre le mariage pour tous (pourtant une loi de la République), des centaines de catholiques envahissaient des soirées entières l’espace public pour prier en chœur, à l’instar des » Veilleurs » ? Combien d’élus de droite y avait-il même dans leurs rangs ?

En haut, les Veilleurs en plein Paris le 31 août 2014. En bas, des musulmans à Clichy.

Saurez-vous reconnaitre ce qu’est, selon les Républicains, une bonne prière de rue d’une mauvaise ? En haut, les Veilleurs en plein Paris le 31 août 2014. En bas, des musulmans à Clichy.

De toute évidence, leur intolérance aux prières de rue est à géométrie variable. Quoiqu’il en soit, ce vendredi, hurlant « la Marseillaise » à pleins poumons, ce sont donc une soixantaine d’élus du conseil municipal, des villes voisines et du Conseil régional[1] qui se sont rassemblés, Valérie Pécresse en tête. Si la manifestation était surtout composée d’élus Les Républicains, quatre élus FN étaient également présents dans le cortège : les conseillers régionaux Mathilde Androuet (ancienne adjointe de Julien Rochedy au FNJ sous le pseudonyme d’Elsa Vassent), Audrey Guibert et Aurélien Legrand, et un élu de Suresnes, Laurent Salles. Quelques militants d’extrême droite, dont Génération identitaire Paris, se sont également vantés d’avoir fait le déplacement.

Une initiative saluée aussi bien par le FN que par les Identitaires. C’est « républicain », on vous dit…

Mais c’est surtout l’attitude offensive des manifestants à l’égard des musulmans présents qui fait froid dans le dos. Chaud bouillant, le cortège « républicain »  aurait, selon Europe 1 ou Le Parisien, repoussés violemment les fidèles musulmans, entraînant chutes et bousculades.

Comme on peut le voir ci-dessous sur une autre vidéo, mise en ligne par LCI, nos « défenseurs de la République »  ont pu compter sur une police municipale motivée, qui, gilets tactiques sur le dos, semblait faire office de service d’ordre de la manif, et qui a joué une part active dans la bousculade, un des responsables de la police municipale, particulièrement déchaîné, n’hésitant pas à arracher la banderole « Liberté, Égalité, Fraternité pour tous » du rassemblement musulman. Tout un symbole…



On pouvait déjà voir ce même policier, en tête de cortège, arborant fièrement un patch « si vis pacem parabellum » (qui veut la paix prépare la guerre), illustré du logo du Punisher, un personnage de comics adepte des exécutions sommaires.

A. Pascal Gilles et son patch « si vis pacem para bellum ». B. Valérie Pécresse. C. Rémy Muzeau.

Intrigués, nous avons voulu en savoir plus sur la police municipale de Clichy. Nous avons appris sur le site de la ville que le policier en question était Pascal Gilles, numéro deux de la police municipale, par ailleurs professeur de penchak silat, un art martial indonésien.

Pascal Gilles en pleine action : attention, ça pique les yeux !

Mais il également instructeur « expert » en boxe de rue et instructeur de tonfa, deux disciplines fondées par l’ancien instructeur du RAID, Robert Paturel, avec qui Gilles a co-animé plusieurs stages de self-defense. Deux potes, quoi.

Robert Paturel et Pascal Gilles.

Ce n’est donc sûrement pas tout à fait par hasard si la police municipale de Clichy a également suivi un stage de deux jours avec Robert Paturel, qui leur a appris entre autres «toutes les approches d’arrestation et de maîtrise au corps à corps». Si nous ne mettons pas en doute les compétences de Paturel en matière de combat rapproché, ses prises de position idéologiques, en particulier sur la présence des musulmans en France, sont plus discutables.

Robert Paturel a récemment fait parler de lui comme un des porte-parole du mouvement de policiers non-syndiqués en  2016, au cours duquel des manifs sauvages, dont une sur les Champs-Élysées, ont rassemblés des policiers souvent cagoulés et parfois armés. Rappelons que le leader de ce mouvement, Rodolphe Schwartz, qui n’était d’ailleurs pas policier, avait été sur la liste Front national dans le 18e arrondissement de Paris lors des élections municipales de 2014, et considéré par la presse comme «proche des milieux d’extrême droite».

Des policiers masqués en manif sauvage en octobre 2016.

Paturel, lui, réfute d’être d’extrême droite, et pourtant, dans une interview donnée en décembre 2015 à Breizh-info, un site identitaire breton, celui qui se dit simple « patriote » n’hésite pas à déclarer, pour justifier le fait qu’il faille dès le plus jeune âge apprendre à se défendre comme une agression : « Il faut que les gens sachent que les musulmans seront majoritaires dans une trentaine d’années, peut-être moins vu les flux de réfugiés. Et cette fois nous serons bien contraint de filer doux ou de disparaître. » Par ailleurs, Paturel s’exprime régulièrement dans le quotidien national-catholique Présent, et a publié des livres aux éditions Folfer, dirigées par un des principaux collaborateurs de Présent, Alain Sanders, avec qui il partageait le stand que les éditions tenait à la fête de Radio Courtoisie en 2015.

Pour en revenir à ce qui s’est passé à Clichy, il n’est certes pas étonnant de trouver une police municipale friande de méthodes musclées dans une ville que Rémi Muzeau a emporté grâce au soutien de celui dont il était l’adjoint, le maire de Levallois Patrick Balkany[2]. En effet, Balkany est entre autres connu pour sa politique ultra-sécuritaire initiée au milieu des années 1990 : la ville lui doit non seulement une vidéo-surveillance intensive, mais aussi d’avoir le premier équipé des policiers municipaux de 357 Magnum[3]. Une mesure qui avait fait scandale à l’époque, mais qui a fait du chemin depuis puisqu’en avril 2015, le gouvernement PS met à disposition 4 000 revolvers du même calibre pour équiper les polices municipales des mairies qui en feraient la demande.

poison racisme autocollant La Horde

Pour conclure, la laïcité, est, doit-on le rappeler, « l’impartialité ou la neutralité de l’État à l’égard des confessions religieuses » : reconnaissons qu’avec cette manifestation de représentants de l’État ce vendredi contre des citoyens demandant à pouvoir exercer leur religion dans des conditions décentes, et surtout avec l’attitude offensive de la police municipale pourtant chargée de maintenir l’ordre, on en était bien loin…

Alors qu’il y a à peine quelques années, lorsque les Identitaires ou Riposte laïque s’insurgeaient contre les prières de rue musulmane, tout le monde, médias compris, les dénonçait pour ce qu’ils étaient, à savoir des islamophobes. Aujourd’hui, ce sont des responsables d’un parti dit « de gouvernement » qui, l’extrême droite à leurs côtés, et sans que personne ne semble vraiment s’en émouvoir, légitiment ces postures racistes.

La Horde

  1. Alors que dans le même temps, le maire dénonce la présence de musulmans non-clichois au sein du groupe de prière… []
  2. cf. Laurent Valdiguié, L’enquête Balkany. []
  3. Une arme que Balkany a été accusé d’avoir utilisé dans le cadre privé à des fins un peu particulières… []

11 commentaires »

  1. Touffany 17 novembre 2017 at 11:54 - Reply

    J’ai du mal à comprendre la polémique de Clichy. Ce matin, « France-Info » annonce la fin (provisoire ?) des prières de rues, après accord entre les différentes parties. Puis le maire (LR) est interviewé et semble camper sur ses positions : la mosquée est fermée pour cause de création d’une médiathèque et d’ajouter que, de toute façon, il y a une autre mosquée. Ainsi, donc, une mosquée ne suffit pas, il en faudrait deux à Clichy ? Si, demain, un permis de construire est délivré pour une seconde mosquée, les mêmes qui s’emportent contre les prières de rues s’emporteront contre la délivrance du permis de construire, accusant le maire de complaisance. Quoi que fasse un élu, il est piégé. Pour rien au monde, je voudrais être maire et devoir me taper tous les lobbies (les « pour », les « contre »). De quoi vous dégoûter de la politique et des religions.

  2. Touffany 16 novembre 2017 at 16:21 - Reply

    Les religieux nous gonflent. A Clichy, ils ont droit aux prières de rues… comme s’il était d’une nécessité absolue de se rassembler pour prier. A Toulon, ce sont les curés qui processionnent à n’importe qu’elle occasion, ensoutanés qui plus est. Pas un mois sans une « ensoutanée party ». Tout cela me donne le tournis. Athée, laïque, anar… j’en ai franchement marre de ce retour aux religions (autant dire à l’obscurantisme). C’est la grande foire aux religions. Sans compter les Témoins de Jéhova, qui sortent quotidiennement avec leurs présentoirs à chaque place et coin de rue. Le tableau serait complet si la Libre Pensée, l’Union rationaliste ou l’Union des Athée se mettaient à parader. Vers laquelle de ces trois « églises » laïques me tournerai-je ? Ni Dieu, ni maître ! Et, surtout, loin de tout ça.

  3. gg 15 novembre 2017 at 02:10 - Reply

    Question:

    Défendriez-vous des catholiques qui prieraient dans la rue dans un pays du Maghreb afin d’obtenir une salle de prière?
    Je n’en suis pas sûr……………..
    Sachant que dans les pays du Maghreb, les non musulmans sont des citoyens de seconde zone.

    source:
    https://www.letemps.ch/opinions/2016/05/03/chretiens-pays-islam-tant-haine

    • La Horde 15 novembre 2017 at 21:13 - Reply

      Si tu avais pris le temps de lire notre réponse avant de poster ton commentaire, tu aurais vu ce qu’on pense des religions d’État. Mais de toute évidence, tu n’es pas à la recherche d’une réponse mais dans l’affirmation d’un a priori, il est donc logique que tu parles sans écouter.

  4. Chocolatine33 14 novembre 2017 at 18:03 - Reply

    (merci de ne pas tenir compte du premier message pas fini que j’ai envoyé par mégarde alors que j’étais en train de le rédiger)

    Alors afin de dissiper tout malentendu, je tiens à préciser que j’emmerde tous ces gros cons de fafs qui commencent à sérieusement nous saouler en grapillant de plus en plus l’espace de la rue et l’espace médiatique qui légitime quasi toutes leurs actions…
    Ceci étant dit, je sais que c’est un sujet super glissant, mais existe-t-il à votre connaissance des « actions » antifascistes ou des groupes de personnes (toujours antifascistes bien évidemment) qui refusent TOUTES les religions, musulmans compris?
    Car par exemple, à Bordeaux j’ai souvent eu l’occasion de manifester contre les teubés qui priaient pour les bébés avortés (véridique, au 21ème siècle!!!!!!!!!!!!!) et je n’ai vu qu’une seule fois un évènement organisé en soutien aux punks indonésiens victimes d’une rafle lors d’un festival par les religieux qui tenaient d’une main de fer leur région et qui les avaient « rééduqués » à la charia à grands coups de rasages de cranes.
    Mais sinon, globalement je trouve qu’il n’y a pas assez de présence antifasciste pour dénoncer cette religion aussi et je trouve vraiment dommage de laisser ce champ aux saloperies d’extrême-droite!
    Comme je l’ai lu sur je ne sais plus quel forum punk : « Ni dieu ni maitre, ni allah ni maitre! »

    • La Horde 14 novembre 2017 at 19:00 - Reply

      Les religions, quelles qu’elles soient, commencent à poser problème à partir du moment où elles imposent à toutes et tous leur « vérité ». C’est évidemment le cas quand ce sont des religions d’État, comme c’est effectivement pratiquement le cas en Indonésie (où près de 90% de la population est musulmane), où on peut se retrouver en prison pour blasphème contre l’Islam. En France, seule certains membres de la communauté catholique s’organisent politiquement pour exercer un lobby religieux, comme on l’a vu contre le mariage pour tous ou comme cela existe depuis des années contre l’avortement. Chez les plus radicaux, on peut citer Civitas, qui n’a aucun équivalent dans les autres religions présentes sur le territoire, et qui nous intéresse en tant que groupe d’extrême droite. Aussi, nous n’avons aucune mansuétude particulière à l’égard de l’islam, qui n’est ni meilleur ni pire selon nous que n’importe quelle autre religion, mais nous nous intéressons en priorité aux religieux organisés politiquement à l’extrême droite. Il n’est malheureusement pas exclu qu’un jour un équivalent musulman de Civitas voit le jour : nous nous en occuperons alors, comme il se doit.

  5. Clichois 14 novembre 2017 at 17:59 - Reply

    À noter que M Muzeau s’était engagé (il a été filmé et l’enregistrement déposé chez un huissier) avant son élection à prolonger le bail de la mosquée. À l’époque il n’était nullement question de médiathèque…
    En réalité Muzeau souffle volontairement sur les braises de la haine pour essayer d’augmenter ses chances d’être réélu. Dans une ville qui vote à gauche, il n’a pu être élu que grâce à l’ancien maire PS qui a fait un ou deux mandats de trop.
    Muzeau a vu que Macron faisait un carton à Clichy donc il va essayer de focaliser la campagne sur les prières de rue qu’il a sciemment provoqué en fermant la mosquée.

  6. Www 14 novembre 2017 at 01:19 - Reply

    Ok, donc le combat contre le fascisme religieux ( oui parce que ces gens qui prient depuis des mois en emmerdant tout le monde dans la rue sont des islamistes et leur mosquée à été fermé pour une cause bien précisé. Mais bon on vas pas vous en vouloir de pas savoir utiliser Google. ) c’est terminé ? L’idéologie matérialiste c’est fini ? C’est la déchéance la.

    • La Horde 14 novembre 2017 at 08:06 - Reply

      La raison pour laquelle la salle de prière d’Estienne d’Orves a été fermée, c’est parce que la mairie LR veut la récupérer pour en faire une médiathèque… Mais bon, on ne t’en voudra pas de ne pas savoir utiliser Google ! Si, pour toi, tout musulman qui souhaite disposé d’un lieu pour prier est un « fasciste islamiste », alors tu peux aller poster tes commentaires sur Riposte laïque, ils seront ravis de les publier.

Laisser un commentaire »