Angers : compte rendu du procès des identitaires

28 octobre 2017 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

À  l’automne dernier, François-Aubert Gannat et ses amis ont braillé des chants nazis dans les rues d’Angers, ont roué de coups ceux qu’ils honnissent, et comble de l’histoire, s’en sont pris à la BAC. Pour ces faits, lui et deux autres ont été condamnés. Certainement pas refroidi par cette décision de justice, le « fils de » a remis ça le lendemain avec deux nazillons nantais. Le Réseau Angevin Antifasciste (RAAF) en avait déjà parlé  ici, et aussi par là. Le 25 octobre, c’était la rendu du procès, en voici un rapide compte rendu.

Récapitulons donc rapidement en commençant par la réquisition du procureur : Gannat, « le fils de », y serait bon pour trois mois dont un ferme (celui-ci était poursuivi pour provocation à la haine raciale), les deux fafs nantais (poursuivis eux pour des faits de violence) six mois dont deux avec sursis. Comment ne pas être en colère face à ce qui n’est qu’un autre exemple de la justice de classe ? Comment ne pas lier ces réquisitions de leur ratonnade de l’automne dernier à Angers et de celle extrêmement violente de mai dernier à Nantes ? Autant dire que nous attendons désormais de connaître le verdict, qui sera lui prononcer le 29 novembre prochain.

Passons maintenant à la défense des prévenus. Comment ne pas s’étonner que F.-A. Gannat continue de combattre ses problèmes d’alcoolisme en traînant une grande partie de ces soirées sur les terrasses angevines ? Une fâcheuse habitude que ces plus fidèles supporteurs (à deux doigts de se faire mettre dehors à l’audience) partagent avec un certain entrain.

Ce qui nous, nous a le plus fait sourire dans la défense du « fils de » c’est qu’il nie tout contact et tout liens avec Génération Identitaire. Il en serait presque à dire qu’il ne les connaît pas et qu’il n’est pas un militant d’extrême droite. La blague. On le voit quand même fièrement sur les photos poser entre Paul-Alexis Husak et Antonin Hérivaux lors d’un de leur entraînement à la bagarre.

Ou encore visiblement très heureux d’avoir collé des affiches avec ces identitaires qu’il ne connaît pas…

Messieurs (on ne dit pas mesdames, car la mixité a priori ce n’est pas vraiment leur truc), nous saurions vous donner un bon conseil d’hygiène : arrêter l’alcool ! Autant de trous de mémoire à votre si jeune âge, même les abonnés à Rivarol n’en ont pas autant !

En attendant, nous, on continuera à se battre au quotidien sur nos lieux de vies, nos lieux de travail, d’étude, pour faire reculer pied à pied l’extrême droite.

RAAF

Laisser un commentaire »