Vannes : compte rendu de l’hommage à Clément par le groupe René Lochu

14 juin 2017 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Nous avions fait dimanche dernier un rapide compte rendu de l’hommage rendu à Vannes le samedi 10 juin. Le groupe René Lochu, à l’initiative du rassemblement, nous a fait parvenir un compte rendu beaucoup plus complet, que nous reproduisons ici.

Samedi 10 juin, à partir de 10h30, à Vannes, esplanade du port, au kiosque à musique, nous avons installé une petite sono, une table avec des revues anarchistes mises à disposition, notamment Le monde libertaire, et nous avons accroché 2 drapeaux noirs.

Il y a 4 ans, en effet, le 5 juin 2013, Clément Méric était frappé à mort à Paris par des militants d’extrême-droite. Syndicaliste, antifasciste, libertaire, anti colonialiste, antispéciste, Clément partageait nos combats, notre sensibilité politique au groupe libertaire René Lochu.

Photo : Ouest-France

Après un florilège de chansons allant de Brassens à HK et de Bérurier noir à Henri Tachan, de Bella ciao à Imagine, l’une d’entre nous a lu publiquement un texte :

– exprimant notre peine et notre colère devant la mort d’un compagnon de lutte,

– rappelant la nécessité de combattre le fascisme, d’où qu’il vienne, en rangers ou en cravate,

– montrant son développement avec l’accroissement des inégalités générées par le système capitaliste,

– dénonçant la surenchère sécuritaire des gouvernements successifs, lesquels valident en quelque sorte les discours et pratiques de l’extrême-droite,

– revendiquant l’entraide, l’égalité, la liberté, l’autogestion et l’émancipation face à l’autoritarisme, à la loi du plus fort et à une morale excluante.

Des membres de la famille était présent-e-s, ce qui nous a beaucoup touché-e-s. La mère de Clément a pris le micro confirmant les combats et les espoirs que portait Clément. Elle a exprimé son soutien à toutes les victimes des violences fascistes.

Elle nous a aussi présenté où en était le procès aujourd’hui : 2 personnes sont renvoyées devant la cour d’assises pour violences volontaires en réunion et avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner et 2 autres pour violences volontaires sur les camarades de Clément.

Des participant-e-s aux chorales du café de la Pente (Rochefort en Terre) nous ont rejoint-e-s. Nous nous sommes posé-e-s le long des quais. Elles et ils ont alors entonné des chansons de luttes, en commençant par La semaine sanglante, en passant par Je suis fils et bien d’autres encore. C’était très beau et très dynamisant. Des passant-e-s se sont arrêté-e-s pour écouter. 2 flics réservistes se sont approché-e-s puis sont… reparti-e-s.

Près du kiosque, nous avons ensuite pique-niqué !

Merci à toutes les personnes qui sont venues !

Laisser un commentaire »