Haute-Savoie : ce que révèle l’événement néonazi du 10 juin prochain

9 juin 2017 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Communiqué de l’Action antifasciste 74 :

Un événement néonazi est organisé en Haute-Savoie ce samedi 10 juin 2017. Le site antifasciste La Horde a publié un dossier détaillé sur le pedigree des protagonistes et des organisateurs de ce tournoi de MMA et de ce concert national-socialiste. Nous n’avons rien à rajouter sur les informations et la nature de cet événement particulièrement inquiétant.

La région Rhône-Alpes est un territoire qui est devenu depuis quelques années un espace prolifique pour les groupuscules néofascistes. La liste des événements fascistes qui se sont déroulés en Rhône-Alpes sont très nombreux, allant de concerts à des conférences en passant par des tournois de boxe et de football.

La conférence d’ « Autour Du Lac » en février 2016 à Allonzier-la-Caille. Ici, soutien à la brigade Azov d’Ukraine, connue pour son idéologie néonazie.

Mais alors pourquoi Rhône-Alpes ? Au-delà du charme des montagnes, ce territoire présente l’avantage d’être à proximité des frontières suisses et italiennes, pays où les scènes nationalistes et néofascistes sont bien développées. Être à quelques heures des fiefs de le Casapound permet de tisser un réseau bénéfique avec une des structures néofascistes les plus avancées en Europe. Cette même structure est une source d’inspiration comme l’illustre l’ouverture du squat xénophobe « Bastion Social » à Lyon.

Se baser en Savoie et en Haute-Savoie présente également l’avantage d’être relativement discret tout en étant à côté de Lyon, place forte de l’extrême droite dans toutes ses variantes. Enfin, la configuration géographique de cette région permet à ces adeptes du paganisme et de « l’élan vital » de réaliser concrètement leurs idéaux au travers de randonnées, de « bivouacs » et de barbecues viriles.

La région Rhône-Alpes est clairement l’espace de recomposition de fascistes tentant d’échapper aux ennuis judiciaires ou au travail de veille antifasciste en se « planquant ». C’est le cas par-exemple d’Alexandre Gabriac qui travaille, aux dernières nouvelles, dans un bureau de change à Genève et a été vue à plusieurs reprises à Annecy. Mais c’est aussi le cas de Tomasz « Gamin » Szkatulski, néonazi notoire originaire de Lille qui a déjà agressé des personnes homosexuelles et d’origine immigrée.

C’est donc une ligne stratégique qui s’incarne ici et non pas un choix fait au « hasard ». Ne pouvant plus rester dans leurs villes d’origine, ces fascistes trouvent dans le pays des Savoies un espace culturel et politique propice à leur recomposition dans l’ombre.

D’ailleurs les méthodes de ces nervis d’extrême droite n’ont absolument pas changé puisqu’à plusieurs reprises certains membres du groupe « Autour Du Lac » (Annecy) ont agressé des militantEs ou de personnes issues des minorités lors de concerts ou de manifestations. Et comment ne pas voir la marque des fascistes dans la publication récente sur les réseaux sociaux d’identités supposées de personnes engagées dans la lutte antifasciste locale ? C’est clairement là des intimidations à quelques jours d’un événement qui va rassembler des centaines de néonazis venus de toute l’Europe…

Enfin, nous nous interrogeons sur l’attitude des autorités légales. Nous savons que la préfecture de Haute-Savoie est informée de la tenue d’un tel événement et qu’il y a donc des moyens de connaître le lieu et de le faire interdire. D’ailleurs, en février 2016, un contrôle de police avait déjà été effectué à Allonzier-la-Caille après une conférence du groupe « Autour Du Lac » avec Steven Bissuel (Gud Lyon) et Sébastien De Boëldieu (Casapound).

Alors que font les autorités ? Nous rappelons qu’il y a un dispositif législatif qui permet l’interdiction de tels rassemblements. La Loi Pleven (1972) par-exemple permet de condamner les « provocations publiques à la haine raciale » et la Loi Gayssot (1990) de réprimer la « négation de crimes contre l’Humanité ». En l’occurrence, l’idéologie clairement néonazie des organisateurs et des protagonistes de la manifestation prévue le 10 juin 2017 doit alerter toute personne qui défend le métissage, la solidarité populaire et la lutte contre l’exclusion sociale.

Doit-on pleurer une énième victime de ses nervis fascistes pour se réveiller et assumer le combat contre l’extrême droite qui prolifère en Rhône-Alpes ?

AFA74

Laisser un commentaire »