Front national : Échec à la Pyrrhus…

13 mai 2017 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lu sur le site antifasciste du NPA « Tant qu’il le faudra » :

Jet d’oeuf devant une usine de transport bretonne puis exfiltration de la cathédrale de Reims : le sacre de Marine Le Pen (MLP) en fin de campagne n’a pas eu lieu. Pour les journalistes, tout aurait basculé dans le débat face à Macron, perdant sa posture de présidentiable, jusqu’à démoraliser ses troupes. Mais une élection ne se joue pas (que) sur les quatre derniers jours.

En tout cas, le sérieux de son équipe a cédé le pas à une certaine fébrilité sur les réseaux sociaux : diffusion d’un faux SMS attribué à En marche appelant à tuer symboliquement MLP ; rumeur selon laquelle Macron aurait été équipé d’une oreillette pendant le débat ; relais des Macron leaks laissant entendre des révélations à venir… Est-ce un accroc dans la stratégie « mégretiste » pour apparaître comme une femme d’Etat ? En ne respectant pas la bienséance du débat, MLP aurait «  trumpisé » sa posture. Jean-Marie Le Pen y a vu un « match viril contre Macron, le tenant de tout l’établissement » et MLP s’est justifiée : « j’incarne l’irruption bienvenue du peuple dans le monde suranné de l’entre-soi des élites ».

Cliquez pour commander.

Marion Maréchal Le Pen estimait que plus de 40% des suffrages « seraient déjà une énorme victoire »… avec 33,9 % est-ce vraiment raté ? Le FN rassemblait 5,5 millions de voix au deuxième tour en 2002, 700 000 de plus qu’au premier, mais restait sous les 4 en 2007. En 2012 : près de 6,5 millions de voix. 2017 : 7,6 millions puis 10,6. Difficile de voir une défaite, même si MLP plafonne ses voix.

MLP a certes rassemblé plus que le vote Dupont-Aignan (1,7 millions, 2 avec Asselineau), mais pas franchement au-delà. Le grand écart de l’appel aux voix de Fillon et de Mélenchon n’a pas fonctionné, malgré le « terrible bilan Macron-Hollande ». Pourtant, sans jamais oublier ses fondamentaux (islamisme, sécurité et immigration), MLP a multiplié les clins d’œil à la France insoumise : comme l’appel du dernier meeting au « peuple qui jamais ne se soumettra au système entier coalisé derrière [Macron] ». Le flou autour de la sortie de l’euro a mis à mal le sérieux de son programme, vu de droite. Notons que le patronat a plus agité ce spectre que les menaces sur les droits démocratiques et surtout que l’avenir réservé aux immigrés. Leur sort compte sûrement moins que les perspectives d’importations et d’exportations… L’accord avec Dupont-Aignan est venu rassurer les courants, y compris au FN, qui ne font pas de la sortie de l’euro un préalable absolu. Un premier pas a été fait vers une alliance de gouvernement, espérant qu’une partie de la droite s’y retrouve. Reste à transformer cet élan en alliance de «  la seule véritable opposition crédible », que MLP a voulu incarner pendant la campagne et qu’elle réaffirme dans sa déclaration de « non-victoire ».

Lire la suite ici

Laisser un commentaire »