Dire non au confusionnisme d’Étienne Chouard

4 avril 2017 11 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Le Collectif Antifasciste de Besançon revient sur le cas d’Étienne Chouard, dont nous avions nous même déjà parlé ici :

Le 14 Avril 2017 est programmée à Besançon (au Petit Kursaal) une conférence intitulée « Quelle société pour demain ? » avec pour invités Philippe Pascot et Étienne Chouard. Si nous ne savons pas qui les a invités, nous savons par contre quel danger représente Chouard : celui du confusionnisme, tapis rouge de l’extrême droite. Nous ne pouvons tolérer ce genre de discours dans une salle publique.

Allô, les fachos ? Oui, c’est Étienne, j’avais envie de discuter…

Professeur d’économie en lycée, Étienne Chouard se fait connaître en 2005 comme défenseur du « NON » au référendum sur le Traité Constitutionnel Européen. Débattant de celui-ci uniquement sur son blog, Chouard dialogue avec les deux mouvances hostiles au projet : la gauche radicale et l’extrême-droite. La mise-en-place du TCE malgré la victoire du NON l’entraine à simplifier le débat en opposant les anti-UE et les pro-UE, qualifiant ces derniers de « fascistes ». Face aux « oligarques », au « 1% » qui nous gouverne, Chouard propose un autre système, véritablement démocratique selon lui : le tirage au sort pour une Assemblée Constituante. Fort de ses liaisons diverses et variées, il en débat tant avec les organisations de gauche que d’extrême-droite, notamment dans les médias liés à celle-ci (ERTV, TV Libertés, Agoravox TV, Cercle des Volontaires…). En même temps se regroupent autour de lui ses partisan.e.s : les Gentils Virus, militant.e.s de tous bords qui tentent d’infecter partout où cela est possible (Alternatiba, Colibris, M6R…).

Chouard et les Gentils Virus rêvent que tous les opposant.e.s à l’Europe libérale mettent leurs luttes particulières de côté au nom de « l’intérêt général », comprendre « la souveraineté nationale ». Le problème, c’est qu’il y a parmi ces opposant.e.s nombre de réactionnaires qui promeuvent toutes sortes d’oppressions. Faudrait-il cesser de lutter contre leur racisme, leur sexisme et leur homophobie pour une cause collective ? Bémols : il ne peut y avoir de cause collective dans une société comme la nôtre divisée en classes sociales et le cadre national n’a jamais empêché l’exploitation. Pour ces raisons, la plupart de ses interlocuteurs de gauche ont cessé de le fréquenter (Lepage, Lordon…). Pour le reste, qu’ils soient survivalistes (San Giorgio), masculinistes (Durain), conspirationnistes (Meyssan), antisémites (Laurent Louis), néonazis (Landeux), révisionnistes (Blanrue), islamophobes (Ménard), complotistes (Asselineau) ou fascistes (Soral), ceux avec qui il continue d’échanger ont finalement toujours une forme d’oppression à défendre. Le fait que Chouard soit un homme blanc hétéro d’âge mûr ayant un bon emploi (fonctionnaire), un domicile et des papiers explique aussi peut-être cette insouciance. C’est là sa première confusion : le tirage au sort est une fausse bonne idée, car sans suppression préalable des diverses oppressions, ce dispositif ne solutionne rien et propose seulement de livrer à la chance la venue au pouvoir de nouveaux oppresseurs.

Besançon

Étienne Chouard donne l’impression d’avoir un message clair, il le martèle : l’ennemi de tout bon citoyen, le véritable fascisme, c’est le capitalisme mondialisé. Voilà l’acrobatie avec laquelle il entend fédérer : les antifascistes se trompent d’ennemi, le fascisme n’a rien à voir avec une idéologie autoritariste, nationaliste et raciste. Telle est sa démarche : opérer des glissements sémantiques pour rendre toute discussion impossible. Or, si le fascisme est en opposition avec le libéralisme, il s’accommode très bien du capitalisme d’État. Qu’il soit national ou mondialisé, le capitalisme est un poison ; mais le fascisme est un concept différent. C’est la deuxième confusion de Chouard. Sa troisième : croire que discuter entre adversaires laisse une chance à certaines convergences alors que s’y refuser n’aboutit qu’à faire perdurer les conflits. Hélas, laisser s’exprimer celleux qui souhaitent nous opprimer consiste à s’auto-opprimer, on ne peut converger qu’avec les personnes qui ne veulent pas nous nuire.

Ainsi, le confusionnisme dont Chouard a fait sa « méthode » n’est qu’un grand déplacement des titres. D’ailleurs, de Soral à Asselineau (candidat UPR qu’il soutient pour l’élection présidentielle), ses affinités n’auront suivi qu’une seule route : celle de l’extrême-droite. Avec un objectif simple : la montée d’une contestation souverainiste qui prend le capitalisme mondialisé pour du fascisme. Objectivement, ne rien comprendre aux palabres de Chouard est l’excellent signe d’une pensée claire.

La contestation des injustices de notre société a besoin de faire sens, c’est pourquoi elle doit impérativement faire barrage aux confusionnistes.

Collectif Antifasciste Besançon (le 03 avril 2017)

11 commentaires »

  1. Jaffrennou 10 mai 2017 at 17:14 - Reply

    Franchement s’en prendre à Chouard qui défend un processus vraiment démocratique, ça me parait peu compatible avec votre prétendu « anti-fascisme ».
    Si le confusionisme consiste à tout mélanger pour diaboliser ceux qui dérangent le système en place, alors c’est la horde qui fait du confusionisme. Vous vous donnez du mal pour faire censurer Etienne Chouard, alors que tout son crédo est de protéger les citoyens des abus de ceux qui détiennent le pouvoir. Une fois ce fait établi, au moins on comprend pour qui vous travaillez. J’espère que vous êtes payé à la hauteur de vos efforts.
    Ajouter « anti » au mot fasciste ne suffit pas à faire de vous des adversaires du fascisme. Pour réellement s’opposer au fascisme, il faudrait le définir, identifier des critères précis pour le reconnaître, et vérifier que vous ne répondez pas vous-mêmes à ces critères. Je n’ai rien trouvé de tel sur votre site. Au lieu de ça, amalgames et anathèmes. peut-être ai-je raté une page d’explication ?

    • La Horde 10 mai 2017 at 22:33 - Reply

      Tu fais exactement ce que tu nous reproches : comme de nombreux fans de Chouard, tu procèdes par amalgame (on ne « censure » pas Chouard, on serait « payer » par on ne sait qui, et autres conneries du même tonneau) et par anathèmes (tu nous traites de fascistes et de confusionnistes de la façon la plus gratuite). Enfin, tu ne prends même pas le temps de chercher ce que tu prétends ne pas trouver, car nous avons très précisément défini ce que l’on entend par « extrême droite », c’est-à-dire ce contre quoi nous luttons, et que Chouard, comme d’autres, feint d’ignorer l’existence :
      http://lahorde.samizdat.net/2017/04/05/2eme-edition-de-notre-brochure-les-nouveaux-masques-du-nationalisme-revue-et-augmentee/
      Pour le reste, on peut compter sur ta mauvaise foi et ton sophisme pour vouloir ad nauseam entamer avec nous un dialogue de sourds : ne compte pas trop sur notre patience pour cela…

  2. Coco 5 mai 2017 at 04:35 - Reply

    Je vous lis régulièrement, et je tire mon chapeau pour la plupart de vos articles, mais ici (et je tiens à dire que moi aussi je suis prudent avec certains intellectuels), faudrait peut être se mettre d’accord sur les termes et les définir, non? C’est si pratique de dénoncer ses ennemis de fascistes ? On tombe vite dans le point godwin et la communication n’est plus possible. Or qu’est-ce que le fascisme ? C’est d’abord la volonté de détruire l’autre, de l’anéantir, de le tuer. C’est « tuez les tous, dieu reconnaîtra les siens ». Pour le dire autrement, avez-vous lu le bouquin de Michel Winock (Le Nationalisme, l’antisémitisme et le fascisme en France) ? Avez-vous lu Les Ecrits corsaires de Pasolini ou encore La France Périphérique de Christophe Guilluy ? Tout ça pour dire qu’il y a aujourd’hui de vraies questions qui les Français se posent au delà de toute idéologie, et ça concerne l’Europe, ça concerne la France et la culture européenne et française, leur devenir. Et ça n’est pas parce qu’on se pose des questions ou que l’on remet en question certaines cultures, certains faits culturels, y compris les nôtres, certains faits religieux ou autres que l’on est soi-disant fasciste. L’Europe porte en elle la culture de la critique et de l’auto-critique. On est encore capable de dénoncer les totalitarismes, les fascismes, les colonialismes, la traite des Noirs ou l’extermination des Indiens d’Amérique. Mais je n’ai pas vu, comme le dirait également Castoriadis (dans la montée de l’insignifiance) les descendants des Aztèques, des Hindous ou les Chinois faire une autocritique analogue… Et ne parlons pas des Turcs et même des Japonais. Et on pourrait continuer ainsi la liste infiniment (La montée de l’insignifiance, page 111). Est-ce à dire que l’Occident est supérieur aux autres cultures? Je ne le pense pas. Qu’il est ethnocentrique, arrogant ? Peut-être un peu, mais avouez quand même qu’Etienne Chouard proposant le tirage au sort n’est pas forcément un piège. Je connais son fantasme sur la démocratie athénienne mais la démocratie athénienne pratiquait également l’ostracisme quand il y avait danger (bannissement d’un oppresseur par exemple, ou d’un démagogue). Bref, je pense qu’il faut reconsidérer le principe de réalité, faire attention aux idéologies, ne pas se laisser enfermer par celles-ci, garder suffisamment (putain, que c’est dur), et pourquoi pas lire le dernier ouvrage de Michel Onfray, Décoloniser les Provinces (qui apporte pas mal de réponses). D’ailleurs, si vous pouviez en faire une critique, ça serait chouette.

  3. Nico 28 avril 2017 at 13:59 - Reply

    « car sans suppression préalable des diverses oppressions,[le tirage au sort] ne solutionne rien et propose seulement de livrer à la chance la venue au pouvoir de nouveaux oppresseurs.  »

    Attention, il précise bien que des contrepouvoirs accessibles au peuple doivent être mis en place pour prévenir de toute malhonnêteté ou incompétence des personnes tirées au sort. On peut trouver le concept farfelu, mais le fait que les désignés soient facilement révocable est bien le meilleur outil qui puisse exister contre les oppresseurs il me semble.

  4. CAB 12 avril 2017 at 13:06 - Reply

    Annulation de la conférence d’Étienne Chouard à Besançon

    Suite aux courriers que nous avons adressés à l’entreprise de production et diffusion de spectacles (NG Productions) qui organisait la conférence ainsi qu’aux autorités municipales, l’entreprise de production a décidé d’annuler la conférence réunissant Philippe Pascot et Étienne Chouard le 14 avril au Petit Kursaal de Besançon.

    Nous saluons la réactivité de NG Productions, ainsi que son engagement à ne pas vouloir servir de pion au confusionnisme cheval de Troie de l’extrême droite.

  5. Melasse 6 avril 2017 at 08:47 - Reply

    « Hélas, laisser s’exprimer celleux qui souhaitent nous opprimer consiste à s’auto-opprimer, on ne peut converger qu’avec les personnes qui ne veulent pas nous nuire. »
    C’est sur que c’est pas avec ca que vous allez mettre toute l’humanité autour d’une table. On ne fait la paix qu’avec ses ennemis non ?
    Je retrouve ce genre de conneries sur tous les sites militants (de tout bord) que je consulte. Deprimant.

    • La Horde 6 avril 2017 at 10:17 - Reply

      Désolé, mais nous ne nous attablerons pas avec celles et ceux qui voudraient qu’une partie de l’humanité, du fait de son origine, mangent dans la cuisine et ne soient là que pour apporter les plats. Si de ton côté les racistes et les sexistes ne te donnent pas envie de gerber, que veux-tu qu’on y fasse ?

    • ARg 8 avril 2017 at 13:39 - Reply

      Faire la paix, c’est vouloir un statut quo, sans grand changement de chaque coté. Cela revient dans le cas présent a laisser les rascistes, fascistes, et autres joyeux drilles a continuer tranquillement avec la benediction de la dite paix…

  6. Tutch 4 avril 2017 at 19:41 - Reply

     » Le fait que Chouard soit un homme blanc hétéro d’âge mûr ayant un bon emploi (fonctionnaire), un domicile et des papiers explique aussi peut-être cette insouciance. »

    C’est quoi cette merde ? C’est une sorte de psychologie ethnique ? Faut qu’ils ce calme aussi les libertaires. À ce que je sache, ils ne sont pas vraiment connus pour être issus de la classe ouvrière et/ou des minorités ethnique.

    Faut arrêter avec les concepts idéologique débile importer des states.

    Quand a Chouard,ce mec n’est connus qu’a travers son opposition.

    • La Horde 6 avril 2017 at 07:17 - Reply

      Ne fais pas dire au texte ce qu’il ne dit pas : on est d’accord avec toi que la couleur de peau ne détermine pas si l’on est raciste ou pas (car on peut être blanc et antiraciste et non-blanc et raciste), mais en revanche elle détermine si l’on va subir directement le racisme ou pas. Chouard, parce qu’il est blanc, ne subit pas directement le racisme (un problème qu’il minimise puisqu’il le considère comme une opinion parmi d’autres), et si ce n’était pas le cas, peut-être verrait-il les choses autrement. Après, dire que Chouard n’existe qu’à travers celles et ceux qui s’opposent à lui, ce n’est pas vrai, et il est donc nécessaire de le mettre face à ses contradictions.

    • ARg 8 avril 2017 at 13:41 - Reply

      Ca veux dire aussi que s’il etait pas blanc, ca m’ettonerais qu’il ait autant de dialogues avec la fachosphere…

Laisser un commentaire »