Identitaires, néonazi.e.s : les fréquentations sulfureuses du Front National de Bordeaux

30 mars 2017 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Le Collectif Pavé Brulant a fait un travail de cherche sur les liens en Gironde entre le Front National, les Identitaires et des néonaziEs :

A quelques jours du meeting de campagne que compte organiser le Front National à Bordeaux, nous souhaitons dans cet article révéler les fréquentations sulfureuses qu’entretient sa structure locale de jeunesse avec un certain nombre d’individu.e.s de la mouvance identitaire et néonazie, fréquentations qui se sont cristallisées autour de la création, en février 2016, d’un bar associatif, « le Menhir », au départ impliqué officiellement dans les activités du FN Gironde, puis engagé à partir de novembre 2016 dans l’animation d’une structure prétendument indépendante, « la taverne du joyeux sanglier » – or cette structure, nous allons le montrer, est animée par des militant.e.s d’ultra-droite, militant.e.s que nous retrouvons d’ailleurs sur de nombreuses photos officielles du Front National de la Jeunesse (FNJ) de la Gironde [1].

Au fil de nos recherches, un personnage-clef de cette affaire s’est dégagé, celui de Thomas Bégué, promu en février 2016 secrétaire départemental adjoint chargé de l’action militante au FNJ de la Gironde, soit le moment précis de la création du bar « Le Menhir ».

Nous ne sommes pas en mesure d’apporter ici la preuve définitive qu’il s’agit là d’une stratégie concertée, mais le fait qu’un cadre frontiste chargé d’organiser localement l’action militante soit directement impliqué dans la création d’une structure parallèle animée par des militant.e.s identitaires et néonazi.e.s, laquelle structure s’engage par ailleurs publiquement dans la campagne de Marine le Pen, nous interpelle.

 

1) Le Menhir, structure associative proche du FN33, et particulièrement proche du FNJ33.

Avant d’entrer dans le détail des activités nauséabondes du Menhir et de ses membres, présentons d’emblée les éléments qui nous permettent d’affirmer la collusion entre le Menhir et le FN33. Celle-ci s’est construite par le biais des FNJ33 : alors que le Menhir annonce l’ouverture de son bar le 20 février 2016, ce dernier avait précédemment partagé sur sa page facebook la publication du FNJ33 annonçant l’ouverture prochaine … de sa nouvelle permanence – troublante coïncidence !

Ensuite, un prénom reviendra sans cesse dans les activités futures du Menhir : celui de Thomas, officiellement présenté comme le président de l’association (cf. la photo 7). De Thomas, nous en connaissons un, le voici :

Thomas Bégué secrétaire départemental adjoint chargé de l’action militante du FNJ de Gironde.

Retenez bien ce visage, car il apparaît sur presque toutes les photos du Menhir que nous allons présenter, et souvent en position de chef, derrière le comptoir.

Or, peu avant la création du Menhir, cette personne n’est autre que le secrétaire départemental adjoint chargé de l’action militante – début 2016, ce Thomas est donc un cadre des FNJ33 :

Thomas Bégué et Julie Rechagneux secrétaire départementale du FNJ Gironde

Du reste, un reportage publié sur un blog du monde.fr en décembre 2015 (cliquer ici) le présente en pleine campagne FN pour les élections au conseil régional aux côtés de Julie Rechagneux, secrétaire départementale du FNJ33, en sa qualité d’adjoint.

Les dernières traces visibles de ses activités officielles au sein du FN33 sont très récentes, puisqu’elles remontent à janvier 2017, date à laquelle il reçoit une médaille aux côtés de Louis Aliot, vice-président du Front National et compagnon de Marine le Pen (à cette époque, nous le verrons bientôt, Thomas est alors investi pleinement dans les activités du Menhir) :

Aux côtés de Thomas Bégué, Julie Rechagneux, secrétaire départementale FNJ33, Edwige Diaz, secrétaire départementale du FN33 et Louis Aliot, vice-président du FN

Il faut dire que durant les premiers mois d’activité du Menhir, sa collusion avec le FN est franchement assumée : tout d’abord, le premier logo du Menhir intègre carrément le sigle des FNJ, comme on pourra le constater sur l’annonce de leur « soirée mojito » du 14 avril 2016 – une publication depuis supprimée de leur facebook, certainement pour effacer tout lien entre les deux structures, mais dont le cyber-faf « Bordeaux Corbeau » [2] a eu à l’époque l’heureuse idée de conserver une capture-écran sur son twitter :

Par ailleurs, toujours durant ses premiers mois d’existence, le Menhir s’occupe officiellement de la buvette des événements locaux du FN, avec des photos siglées indifféremment « Menhir » et FNJ33 :

événement organisé le 10 septembre 2016 par le FN33 – sur la photo de droite, Edwige Diaz, nouvelle secrétaire départementale du FN, Thomas Bégué, et « Résille », néonazie sur laquelle nous allons revenir bientôt

Cette collusion est encore attestée récemment : en effet, en janvier 2017, deux affiches sont diffusées sur les réseaux sociaux, une du FN33 annonçant sa « traditionnelle » galette des rois, et une autre du Menhir annonçant sa prochaine conférence – or, ces deux affiches indiquent, pour les informations et contact, le même numéro de téléphone :

Nous allons voir maintenant que si cette collusion est sulfureuse, c’est en raison de l’orientation idéologique du Menhir et de certain.e.s de ses membres, dont nous verrons chemin faisant qu’ils et elles ont aussi participé directement aux activités du FNJ33.

2) les activités du Menhir, une structure dédiée à promouvoir la diversité de l’extrême-droite radicale, mais in fine mise au service de Marine le Pen et du FN33

Sur sa page de présentation, le Menhir indique être une « association de patriotes bordelais » et une « association de nationalistes et identitaires bordelais » [3]. Son activité première consiste à gérer un bar dont il ne précise pas l’adresse, la « taverne du joyeux sanglier ». En une seule photo du lieu secret, nous pourrons constater que sa décoration l’identifie à une sorte de foir’fouille de l’extrême-droite :

Lire la suite ici

Laisser un commentaire »