Serge Ayoub, Jérémy Mourain et sa bande néonazie en procès à Amiens

28 mars 2017 3 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

En mars 2015, un groupe d’extrême droite les White Wolfs Klan (WWK) était démantelé en Picardie à la limite de la Somme, de l’Aisne et de l’Oise. Il leur est reproché différents faits entre 2012 et 2015, dont des agressions racistes, des cambriolages, des vols, des séquestrations et des tentatives de meurtre, mais aussi des règlements de compte envers d’autres groupes d’extrême droite de la région. Du 27 au 30 mars, dix huit membres du WWK passent en procès à Amiens, dont le chef du groupe Jérémy Mourain toujours incarcéré, et Serge Ayoub ancien leader de 3ème Voie et des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires (JNR), deux mouvements dissous en 2013. Serge Ayoub s’amuse à présent avec son club de bikers toujours en Picardie.

Jérémy Mourain le chef du WWK très proche de Serge Ayoub

La 1er photo avec Jérémy Mourain et Serge Ayoub le 13 mai 2012 à Paris, la 2ème Mourain avec ses copains des JNR du Nord, la 3ème au Local à Paris avec Gilles Dussauge à sa gauche un fidèle de Serge Ayoub depuis l’époque des premières JNR à la fin des années 80 et la 5ème photo encore en 2012 à Paris où l’on voit son tatouage de loup dans le cou.

Jérémy Mourain est le plus chargé dans l’histoire, ses anciens adeptes lui mettant toutes les responsabilités sur le dos. Mais Serge Ayoub est aussi concerné, il lui est reproché d’avoir commandité des représailles contre les Nationalistes Autonomes (un groupe d’extrême droite concurrent). Dans cette affaire Serge Ayoub ne renie pas sa proximité avec le chef du WWK Jérémy Mourain, contrairement à sa position après la mort de Clément Méric, puisqu’il affirmait à l’époque ne pas connaître Esteban Morillo, l’assassin de Clément originaire lui aussi de Picardie. Pourtant Serge Ayoub prétend encore une fois « Je n’ai rien à voir avec tout ce qui s’est passé ». Jérémy Mourain était un habitué du Local d’Ayoub à Paris, il était également là pour faire la garde rapprochée d’Ayoub lors des manifestations de 3ème Voie, comme on peut le voir sur des photos à Paris en 2012 et 2013. Il est assez reconnaissable avec un tatouage de loup dans le cou. Le leader du WWK se déplaçait aussi pour voir ses camarades des JNR du Nord pour donner un coup de main ou pour faire la sécurité lors de concerts néo-nazis. Le site Internet Lutte en Nord avait fait un article, sur la bande des JNR du Nord et notamment Yohan Mutte, article à lire ici.

A propos des accusations sur le WWK

Il leur est reproché des cambriolages, des vols ainsi que des séquestrations lors de leurs cambriolages. Mais aussi au moins une agression raciste à Ham, la ville où résidait Mourain, lors d’une virée nocturne contre un bar à chicha le 1er janvier 2013, un acte qu’ils ont justifié en expliquant qu’il y avait « trop d’arabes en ville ». Dans le milieu d’extrême droite de la région, le WWK voulait s’imposer, c’est ainsi que les Nationalistes Autonomes Picardie tomberont dans un guet-apens et se feront corriger lors d’un concert en décembre 2012, même sentence pour le Picard Crew (un autre groupe nationaliste) qui verra son local partir en fumée.

Ayoub l’idole pour toute une jeunesse d’extrême droite picarde

Ce n’est pas la première fois que Serge Ayoub se retrouve dans des histoires avec ses anciens militants de 3ème Voie confrontés à la justice. La Picardie a vu grandir certains de ces militants, l’assassin de Clément Méric, Esteban Morillo était originaire de l’Aisne, et Jérémy Mourain et le WWK étaient dans le centre de la Picardie. Serge Ayoub continue malgré tout ses activités à Berzy le Sec, à coté de Soissons dans l’Aisne. Avec son club de bikers les Black 7 France, des concerts néo-nazis sont régulièrement organisés dans leur local.

Stephane Belmant de l’Oise l’une des personnes arrêtée suite à l’agression d’Arras

Dans cette région où sévissait le WWK, des individus ont pris la relève, c’est ainsi que le 11 février trois militants d’extrême droite commettaient un agression raciste à coups de couteau sur la place principale d’Arras dans le Pas de Calais. Ces militants d’extrême droite originaires pour deux d’entre eux de Saint Quentin dans l’Aisne et Bienville dans l’Oise, des communes proches de Ham la ville de Mourain. source

D’autres personnes bercées par les paroles d’Ayoub se retrouvent encore lors de réunions d’extrême droite en Picardie. C’était encore le cas ce samedi 25 mars au restaurant du magasin Motoland à Rivery en périphérie d’Amiens (voir le paragraphe plus bas). Ce samedi, le Parti de la France organisait un dîner avec Jean Marie Le Pen (pour les Comités Jeanne), Alexandre Gabriac (pour Civitas) et Thomas Joly le secrétaire général du Parti de la France. A cette occasion, une partie de l’extrême droite radicale s’était déplacée, allant d’anciens et d’anciennes militantEs du Front National, en passant par des hooligans d’extrême droite, jusqu’à un militant de Blood & Honour Hexagone. Le service d’ordre (SO) était composé du SEP (Service Encadrement et Protection) des Hauts de France avec la panoplie du skinhead d’extrême droite.

La première photo Cyprien De Vos lors d’une présentation du journal de Serge Ayoub le Salut Public dans le Nord, on y voit aussi à gauche de Ayoub Yohan Mutte le même que sur la photo de Mourain dans le Nord. La deuxième photo Cyprien De Vos le 25 mars à Amiens pour le diner patriotique du PdF aux cotés de Julien Bachelet que l’on retrouve avec Ayoub à la journée de Synthèse Nationale en octobre 2016.

Mais parmi les convives, on pouvait y voir des personnes qui idolâtrent Serge Ayoub, comme ce compiègnois Cyprien DeVos, qui était comme Jérémy Mourain aux cotés d’Ayoub pour la vente de son journal Salut Public, ou aux cotés de Morillo au Local à Paris. Ce compiègnois n’hésite pas aussi à se retrouver en 11ème position sur la liste Compiègne Bleu Marine en 2014, la liste emmenée par Jean-Marc Branche, l’actuel conseiller municipal Front National de Compiègne.

Serge Ayoub va sans doute encore s’en sortir et laisser ses anciens camarades, mais combien de personnes va t-il encore manipuler ?

Le Pen, Gabriac et Thomas Joly à Amiens

Dans le même temps, deux jours avant le procès à Amiens, le Parti de la France de la Somme organisait un diner patriotique avec le président d’honneur du Front National Jean Marie Le Pen, Alexandre Gabriac et Thomas Joly dans une zone commerciale à coté d’Amiens. La plupart des personnes présentes étaient des groupies de Jean Marie Le Pen, ayant payé le diner pour faire un selfie avec l’ancien, c’est toujours la star pour beaucoup de militants d’extrême droite. On pouvait aussi y voir le raciste youtuber Daniel Conversano qui s’est surtout fait connaître, avec une explication sur un plateau de la chaine de télé de Dieudonné, où il s’était accroché avec Alain Soral. Beaucoup étaient des ancienNEs militantEs Front National, ayant mis de coté leur engagement au sein du parti ou en ayant été exclu, sur une vidéo de France 3 sur le sujet on y voit Jean Jacques Luisetti ancien responsable du FN de Chauny dans l’Aisne. Le public lors de ce diner se composait aussi d’un service d’ordre, le SEP, toujours le même que l’on retrouve à chaque initiative du Parti de la France de Paris à Dunkerque, récemment dans la Somme à Péronne, mais aussi à Albert il y a un an et demi, avec son responsable Sébastien Vanoye. Pour accueillir Jean Marie Le Pen, on pouvait aussi y voir un militant de Blood & Honour Hexagone, ancien du groupe néo-nazi les Picard Crew.

Photo 1 : Jean-Marie, toujours vert, prend la pose avec des skins. Photo 2 : Alexandre Gabriac, Jean-Marie Le Pen et Thomas Joly en conférence de presse. Photo 3 : Daniel Conversano à Table avec Gabriac. Photo 4 : le SEP, service d’ordre du PdF auquel appartient Jean-Baptiste Dumenil (deuxième en partant de la gauche), dont on a déjà parlé ici.

Ce diner a donc réuni tout ce petit monde mélangeant, déçus du Front National mais quand même toujours proche, païens et catholiques intégristes autour de Gabriac pour Civitas. Le Parti de la France n’étant pas rancunier en invitant Jean Marie Le Pen, celui-là même qui avait exclu une partie des fondateurs de ce groupuscule, mais le père de Marine Le Pen a toujours ses fans dans la région. Pour voir l’ambiance à ce diner regarder la vidéo de France 3 Picardie.

La Horde

3 commentaires »

  1. Djamel Bendehiba 3 avril 2017 at 19:58 - Reply

    Conversano se bien royaliste que le rois et nie son identité siciliennes

  2. Falafel 1 avril 2017 at 17:18 - Reply

    Ayoub relaxé (mais comment fait-il pour passer entre les mailles du filet à chaque fois???) et Mourain 9 ans de prison :
    http://www.ouest-france.fr/societe/justice/proces-des-loups-blancs-des-peines-jusqu-neuf-ans-ayoub-relaxe-4894534

  3. Gédécé 30 mars 2017 at 10:10 - Reply

    Il conviendra également de se souvenir où ce beau monde s’est réuni… Car je suppose que ce ne sera pas la seule et unique fois que des bas du front y feront pittance… https://gauchedecombat.net/2017/03/26/rencontre-au-sommet-de-bas-du-front-amiens-que-du-beau-linge-tache-de-brun-antifa/

Laisser un commentaire »