Amiens : NON A L’INTRUSION DE L’EXTREME DROITE DANS NOS FACS !

25 mars 2017 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Le 20 mars Eric Richermoz le responsable départemental du FN de la Somme, conseiller régional des Hauts de France et secrétaire général du Collectif Nouvelle Ecologie, était invité à un débat à l’Université de Picardie Jules Verne. C’était sans compter sur la présence d’antifascistes venus perturber le débat.

Lu sur l’apériodique libertaire d’Amiens Le Poing :

Contre le FN à l’UPJV

Lundi 20 mars 2017, l’Association des étudiants en science politique de l’Université de Picardie Jules Verne organisait un débat entre les organisations politiques de jeunesse attachées à différents partis politiques. Était invité un jeune cadre du Front National. Celui-ci est arrivé dynamiquement entouré par trois molosses rasés de près, encostumés et arborant un badge en forme de rose bleue.

Vous trouverez, ci-dessous, le communiqué de l’Action antifasciste Amiens, qui a mené une action contre la présence de tels individus à l’université.

NON A L’INTRUSION DE L’EXTREME DROITE DANS NOS FACS !

Il y a moins d’un an, les étudiant-e-s empêchaient manu militari l’intrusion violente de jeunes d’extrême-droite dans l’université lors du mouvement contre la loi Travail.

Eric Richermoz au débat

Aujourd’hui, ça se passe dans le feutré. L’association des étudiants en science politique organisait cet après-midi un « débat » auquel était invité notamment un cadre du FN au milieu d’adhérent-e-s à des organisations politiques de jeunesse. La séquence était planifiée comme sur un plateau de BFMTV : chaque représentant-e avait à sa disposition un laps de temps pour dérouler ses opinions. Il était même possible de « réagir en direct » sur twitter.

« Il suffirait que tout le monde donne son opinion pour qu’advienne la démocratie », prétendent les organisateurs de cette sauterie. Chacun-e son opinion, il faut de tout pour faire un monde, c’est mon choix… Le relativisme de ce type de propos ne peut conduire qu’à la confusion. Le débat démocratique, ce n’est pas la juxtaposition des faits et des opinions.

Alain Soral, Zemmour, et d’autres réactionnaires ont acquis une visibilité médiatique grâce à ce type de dispositifs.

Trump aux USA, Marine Le Pen en France fondent leur discours sur le mensonge. Pris en flagrant délit, ils expliquent que c’est leur réalité. Une réalité bien éloignée de la vérité. Ils n’ont de ce seul fait rien à faire à l’université.

L’université est en effet supposée être le lieu par excellence de l’élaboration d’un savoir critique. Le département de science politique d’Amiens compte parmi ses membres des chercheurs de renom sur l’extrême-droite, dont une partie avait participé le 28 février dernier à une conférence sur le vote FN.

Le FN n’est pas un parti comme les autres. C’est un parti xénophobe, sexiste et par essence antidémocratique qui est déjà largement présent sur les plateaux télévisés, dans la presse écrite, à la radio, et aujourd’hui à l’UPJV.

Le FN et les réactionnaires dans son sillage ont réussi à imposer leurs thématiques dans le débat public. Dans ces conditions, ils pourront difficilement se présenter comme victimes lorsque des citoyen-ne-s viennent publiquement et légitimement s’opposer à leur présence.

Action antifasciste Amiens

Laisser un commentaire »