Murcia : la fille agressée est une néonazie notoire

1 février 2017 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Il y a quelques jours les médias espagnols sont tombés grossièrement dans le panneau de la victimisation opérée par un groupe néonazi quant à l’agression d’unes des leurs, Lucia, dit « l’intouchable », qui a participé à au moins une douzaine d’agressions ces dernières années.

Lu sur La Haine, traduit par nos soins.

La fille agressée à Murcia est une nazie qui est impliquée dans au moins une douzaine d’attaques.
L’agression a été menée en réponse à une autre agression commise la même nuit par le groupe auquel appartient Lucia « l’intouchable ».

Hier, plusieurs journaux télévisés diffusaient des images d’une dizaine de personnes agressant une fille devant un bar à Murcia, les médias l’ont titré « agression de jeunes d’extrême-gauche sur une fille de 19 ans ». Ce qu’aucun d’eux rapporte c’est que l’agressée, Lucia, aussi connue sous le nom de « l’intouchable », est une néonazie qui détient un important historique d’agressions fascistes, xénophobes et homophobes.

« L’intouchable » fait partie d’un groupe d’extrême-droite qui organisent des « chasses » régulièrement dans différents endroits de Murcia, principalement dans le centre. Sont impliqués dans ce groupe des néonazis des Ultras Murcia et du collectif « Lo nuestro », un groupe frère du Hogar Social Madrid et qui présentait dans un communiqué Lucia comme une de leurs sympathisants.

Plusieurs membres de ce groupe ont été arrêté en Mars de l’an passé au cours de « l’opération Kabernal » que la Guardia Civil a mené à propos d’une agression de 4 jeunes. Les perquisitions ont mené à la saisie de différentes armes, entre autre un pistolet, plusieurs armes blanches, une dague avec l’inscription « SS Hitlerianas », une arme blanche de fabrication artisanale type poing américain, une hache maison, 3 couteaux et une matraque télescopique.

Lucia avait pris part avec ce groupe à l’agression de 4 jeunes au cours du carnaval de Cabezo de Torres le 7 février 2016, et comme cela s’est aussi produit le jour du Bando de la Huerta, le grand jour des fêtes du printemps de Murcia, où ils agressèrent un jeune antifasciste. Des témoignages recueillis affirment que Lucia a pris part à ces « chasses » au cours de plusieurs agressions contre des homosexuel.le.s dans la zone de Las Tascas, à Murcia, et qu’en temps normal elle se promène avec un couteau sur elle. Lucia a été impliquée dans au moins une douzaine d’agressions.

Selon ces mêmes sources, ce groupe a l’habitude de sortir chaque fin de semaine, principalement dans la zone de Las Tascas, et c’est assez habituel qu’ils agressent au cours de leurs sorties des personnes pour motifs politiques, pour leur origine ou pour leur sexualité. La nuit de l’agression, un groupe de presque 30 nazis était dans le secteur, le même groupe dont Lucia fait partie. L’agression qu’a subie Lucia a été une réponse à une autre agression commise par ce groupe cette même nuit.
Les médias se sont empressés de sortir la nouvelle et de condamner l’agression, mais sans informer de tout l’historique d’agressions que cette personne a derrière elle, dans une ville où le nombre d’agressions fascistes commises par des groupes d’extrême-droite a explosé ces dernières années.

Déjà en 2015, 57 collectifs, associations, partis politiques et institutions de la région avait signé le manifeste « La poussée néonazie à Murcia, l’arrêter est l’affaire de toutes et tous » qui alertait sur cette escalade d’agressions. Malgré cela, les agressions ont continué d’augmenté, dans la plupart des cas la passivité policière pour ces groupes néonazis et leur parties de chasse les a rendu habituels dans cette ville.

Laisser un commentaire »