Cartographie de l’extrême droite : mieux la connaître pour mieux la combattre

7 décembre 2016 55 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Tous les six mois environ, nous proposons, en partenariat avec le site REFLEXes, un aperçu des principaux groupes et personnalités de l’extrême droite française sous la forme d’un schéma (disponible en version papier ici). Dans cette 6ème édition largement remaniée et augmentée, nous avons recentré la place du Front national, qui se trouve désormais au carrefour des différentes « familles » qui compose la mouvance d’extrême droite.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Lors d’un débat que nous animions, invités par le MFC 1871 à l’occasion d’un tournoi de foot antifasciste, des camarades s’étaient étonnés que dans notre schéma, le Front national n’occupe pas une place centrale. Et c’est vrai que depuis la première version (en 2011), nous avions choisi de mettre le FN dans les « institutionnels », suivant en cela la stratégie de la nouvelle présidente du FN : transformer le FN de Jean-Marie Le Pen, qui était une véritable auberge espagnole de l’extrême droite, au FN version Marine Le Pen, soit un parti revendiqué « républicain » décidé à prendre ses distances avec les autres mouvements de sa famille politique. Aujourd’hui, l’extrême droite qui avait été sortie par la porte est revenue par la fenêtre : identitaires, nationaux-cathos et ultra-libéraux pèsent à nouveau, soutenus par la popularité de Marion Maréchal-Le Pen, et le FN tend à retrouver sa place de pivot dans la galaxie nationaliste, et ce d’autant plus qu’on se rapproche de l’échéance électorale de mai prochain…

Autre changement : nous avons désormais intégré les « anti-FN » parmi les « nostalgiques », car pour la plupart d’entre eux, ce n’est pas tant leur hostilité à Marine Le Pen que leur nostalgie de l’ère Jean-Marie Le Pen qui les animent. On espère que le schéma y gagnera en lisibilité, et surtout cela souligne, au sein de la mouvance nationaliste, le poids de sa partie la plus conservatrice. Voici donc ce que l’on peut dire des principaux mouvements d’extrême droite aujourd’hui :

LES « INSTITUTIONNELS »

Respectueux des règles de la démocratie représentative, invités par tous les médias, ils représentent la partie la plus «présentable» de l’extrême droite à laquelle ils se défendent bien entendu d’appartenir.

Front National (FN)

logo-fn-newFondé en 1972 par les néofascistes d’Ordre nouveau et d’autres groupuscules, le FN rassemblait au début des années 1980 les différents courants de l’extrême droite, des plus traditionnels aux plus radicaux, sous l’autorité de son président Jean-Marie Le Pen. La scission de 1998 a affaibli le parti durant plusieurs années, jusqu’au congrès de Tours de 2010, où Marine Le Pen a succédé à son père avec la volonté affichée de s’affranchir des courants historiques du nationalisme français (dont Bruno Gollnisch est une survivance). Aujourd’hui, le FN est partagé entre une ligne de type national-républicain, incarnée par Florian Philippot, et un courant national-conservateur menée par Marion Maréchal-Le Pen. Le FN dispose également d’une structure pour la jeunesse, le Front National Jeunesse, et de différents satellites, dont l’activité réelle reste erratique.

RASSEMBLEMENT BLEU MARINE

rbmCréé en 2012, il a regroupé autour du FN des groupuscules souverainistes comme le SIEL (aujourd’hui en rupture avec le FN) dans l’espoir à la fois d’élargir son audience électorale et de fondre le FN dans le paysage. En réalité, il a surtout permis à des personnalités comme Robert Ménard de profiter du FN sans s’engager à ses côtés, et à des nationalistes radicaux de s’inviter dans un FN dédiabolisé.

DROITE EXTRÊME et néoconservateurs

Une grande partie de la droite conservatrice s’est lancée dans une course à l’échalote avec le FN sur les questions liées à la sécurité, à l’immigration et à « l’identité » française. Si, au sein des Républicains, c’est la Droite forte, un courant fondé par un ancien du FN et du MPF, qui tient ce rôle, tandis que Jean-Frédéric Poisson, président du Parti Chrétien Démocrate, aime afficher ses positions anti-IVG et islamophobes, le choix de François Fillon comme candidat des Républicains pour la prochaine élection présidentielle en dit long sur la situation dominante de ce courant au sein de la droite. À l’université, le syndicat UNI représente ce courant, tandis que la Cocarde étudiante fait le lien avec le FN et les souverainistes.

SOUVERAINISTES

Debout le France

Ces derniers, quant à eux, adoptent une attitude ambigüe à l’égard du FN : ainsi, Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan refuse toute alliance électorale mais participe à la Cocarde étudiante aux côtés du FNJ. Quant au Mouvement pour le France fondé par Philippe de Villiers, il n’a plus vraiment d’activités, son président ayant décidé de se retirer de la vie politique, tout en entretenant des contacts avec Marion Maréchal-Le Pen. Notons au passage que le souverainisme de gauche est aussi une réalité.

LES « MODERNES »

Prétendant souvent rompre avec l’extrême droite traditionnelle, ils aiment brouiller les cartes et, amateurs de coups médiatiques, sont à l’aise avec les nouvelles technologies.

Les islamophobes

Riposte laïqueCréé en 2007, Riposte laïque exprime son islamophobie sous couvert de défense de la laïcité. Leurs animateurs sont plutôt isolés et prêts à toutes les alliances : on a vu Pierre Cassen à Synthèse nationale, et Riposte laïque fait des appels du pied à De Villiers, qui pour l’instant l’ignore. S’inspirant du modèle allemand, Renaud Camus, l’inventeur de la théorie complotiste du « grand remplacement », a tenté en 2015 de lancer un Pegida France, qui a été un échec.

BLOC IDENTITAIRE

identitairesLe Bloc identitaire tente depuis sa création de se démarquer de l’extrême droite traditionnelle tout en recrutant parmi les jeunes nationalistes. Sans référence idéologique, il mise sur la communication et Internet. Génération identitaire, sa structure jeune, est ainsi mise en avant lorsqu’il veut faire le buzz. Mais les Identitaires ne sont pas arrivés à se créer un espace politique distinct : le départ au FN de Philippe Vardon, son principal leader, a affaibli sa position.

ÉGALITÉ & RÉCONCILIATION (E&R)

erlogoFondé par Alain Soral en 2007, E&R avait à l’origine comme ambition de regrouper nationalistes de droite et patriotes de gauche. Mais depuis, E&R n’est plus que le fan-club de Soral, qui se caractérise par un antiféminisme et un antisémitisme virulents. Le négationnisme peut en tout cas remercier E&R et Dieudonné qui auront contribué à faire connaitre ses thèses délirantes : ainsi, Robert Faurisson est devenu une « vedette » chez les « dissidents », et Vincent Reynouard a pu étendre son auditoire.

WEB médias

Prétextant une information « plurielle » et la volonté de se démarquer des médias « officiels », des webTV se sont spécialisées dans les tribunes offertes à l’extrême droite. Loin d’offrir une information honnête, elles ne font que relayer ses contre-vérités racistes et sexistes. Certains sont directement liés à l’extrême droite (comme Méridien Zéro, ultime survivance du Mouvement d’Action sociale récemment dissous, ou TV Libertés) tandis que d’autres, adoptant une stratégie confusionniste plus ou moins volontaire, légitiment les discours d’extrême droite en invitant également quelques autres personnalités plus « progressistes ».

LES CONSPIS et les confusionnistes

shadowconpiracy1Les thèses conspirationnistes ne sont pas l’apanage de l’extrême droite, et certaines viennent même de la gauche. Mais elles fournissent des arguments aux nationalistes de toutes sortes, car derrière chaque conspiration ou presque se cacheraient les « sionistes » (i.e. les Juifs) et/ou les impérialistes (le « grand Satan » américain), ce qui a permis ponctuellement des rapprochements contre-nature, au nom de la lutte contre le « Système ». Signe des temps, des mouvements particulièrement confus idéologiquement et un peu loufoques ont fait leur apparition, comme le Mouvement de 14 juillet ou la souverainiste UPR d’Asselineau. Cependant, le terme de « confusionnisme » lui-même manquant de contours précis, il convient de distinguer celles et ceux qui, à l’extrême droite, brouillent les cartes pour mieux avancer masquéEs, et les « naïfs » qui, au nom du dialogue et de la démocratie, font rentrer le loup dans la bergerie.

les « nostalgiques »

Ceux qui rêvent du retour de la France éternelle, de la monarchie absolue, du droit divin et des traditions oubliées, et /ou qui espèrent reconstruire le FN  tel qu’il était avant Marine Le Pen.

LES CATHOLIQUES INTÉGRISTES
Alain Escada

Alain Escada

Les réseaux catholiques intégristes sont denses et complexes, et mériteraient un schéma à eux tout seuls. Civitas, proche des intégristes de la Fraternité Saint-Pie X, en est la principale organisation d’agitation politique. Animé par le Belge Alain Escada, Civitas a vu récemment arriver dans ses rangs Alexandre Gabriac, un ancien du FN et de l’Œuvre française, ouvertement pétainiste, et fondateur des Jeunesses nationalistes, aujourd’hui dissoutes.

Les anti-avortement

anti-ivgLa lutte contre l’IVG est l’un des principaux combat politiques des catholiques traditionnalistes : les « Marches pour la vie » organisées chaque année rassemblent ainsi plusieurs milliers de personnes (comme celle organisé en janvier à Paris par En Marche pour la Vie). Si les petits groupes comme SOS Tout Petits qui prient devant les cliniques rassemblent pour l’essentiel des personnes âgées, des jeunes sont aussi parfois investis dans cette lutte, à l’instar des Survivants, apparus en 2016. La Fondation Lejeune, qui existe depuis 1996, associe un travail de recherche scientifique sur les maladies génétiques, et un engagement militant contre l’avortement.

LA MANIF POUR TOUS (LMPT)

lmptCollectif au service d’une idéologie réactionnaire soutenue par la droite catholique, ce mouvement a organisé en 2012-2013 des manifestations massives contre le projet de loi sur le mariage homosexuel. Mobilisés sur le thème de la défense de la famille traditionnelle et de l’homophobie, ses militants sont invités à privilégier l’entrisme, en particulier au sein de la droite traditionnelle. LMPT peut compter sur le soutien de quelques structures comme le Renouveau français créé en 2005 et dirigé par Thibault de Chassey, mais aussi Sens Commun, qui assure un lobbying ultra-conservateur au sein des Républicains et se reconnait dans la candidature de François Fillon.

ACTION FRANÇAISE

afNé à la fin du XIXe siècle, c’est le plus vieux mouvement nationaliste en activité. Mouvement royaliste autrefois école de formation d’extrême droite, l’AF, présidé par S. Blanchonnet, organise toujours des rassemblements ou des débats, mais depuis un an environ, se signale aussi par quelques actions « coup de poing », attirant à lui une nouvelle génération de militants. Il arrive que ses militants fassent aussi les gros bras pour protéger des personnalités d’extrême droite, comme Alain Soral ou le maire FN de marseille Stéphane Ravier.

Les nostalgiques du FN à Papa

Jean-Marie Le Pen, Comité Jeanne
jeanneIronie de l’histoire, le fondateur et président du FN pendant 40 ans s’est retrouvé en septembre 2015 mis au ban du parti par sa propre fille. À 88 ans, difficile de lui donner un avenir politique, mais peut-être sa personnalité lui survivra-t-elle pour donner lieu à l’émergence d’un courant au sein du FN. En attendant, il joue les vedettes au sein de l’extrême droite radicale, où sa popularité est restée intacte.

Carl Lang, Le Parti de La France
pdf-logoFondé en 2009 par Carl Lang, il est le principal représentant des mouvements qui tentent d’incarner ce qu’était le FN des années 1980, c’est-à-dire une structure institutionnelle regroupant toutes les tendances de la mouvance nationaliste, en regroupant les opposants de Jean-Marie Le Pen (puis de Marine Le Pen). Allié à la NDP et au MNR, ses résultats électoraux restent insignifiants, et sa composition militante a tout de l’auberge espagnole.

Jean-Yves Le Gallou, Polémia
polemia-petitAncien du GRECE et du Club de l’Horloge, il a quitté le FN au moment de la scission et suivi brièvement Bruno Mégret, avant de créer en 2003 un think tank d’extrême droite, Polémia, qui prétend faire la promotion de la « réinformation », c’est-à-dire de redonner aux thèses d’extrême droite une certaine visibilité dans l’espace médiatique.

Jacques Bompard, Ligue du Sud
ligue-du-sudListe électorale créée en 2005 avec les Identitaires et des anciens du FN par l’actuel maire d’Orange, Jacques Bompard, membre fondateur du FN, et élu maire en 1995 sous cette étiquette, a quitté le parti la même année. La Ligue du Sud se caractérise par son implantation locale et sa fidélité à des positions nationalistes radicales.

Pierre Vial, Terre & Peuple
blason-terre-et-peuple-tp-edelweissCréé en 1994 et dirigé par Pierre Vial ce mouvement racialiste et païen permet aux nationalistes de se retrouver autour du feu à l’occasion d’un solstice, ou pour des randonnées en forêt.

NOSTALGIQUES DE L’ALGÉRIE FRANÇAISE

Surtout présents dans le Sud-Est, les nostalgiques de l’Algérie française (Adimad, anciens de l’OAS, Comité Véritas, Cercle algérianiste, Jeune Pied-Noir…) peuvent localement représenter un lobby nationaliste non négligeable.

LES « BOURRINS »

Ces groupes obéissent à des logiques de bandes, souvent derrière un chef totémique : leur faiblesse numérique est compensée par un folklore provocateur et une violence assumée.

LES SKINHEADS d’extrême droite

skinheadS’il n’existe pas d’organisation skinhead fédérant tous les groupes au niveau national, il existe plusieurs groupes locaux qui se font remarquer par leur activisme politique souvent violent (Front des Patriotes, Autour du Lac, Front de Défense de la France…). Depuis la dissolution des JNR et de Troisième Voie de Serge Ayoub (qui s’est recyclé depuis en fondant un club de bikers), les skins d’extrême droite se sont de nouveau éparpillés dans la nature. C’est sans doute cette situation qui a provoqué un regain d’activité pour des mouvements comme Blood & Honour Hexagone ou les Hammerskins dont les activités sont plus mercantiles que militantes.

GROUPE UNION DÉFENSE (GUD)

gudPâle copie du mouvement étudiant né en 1969, le GUD concentre son activisme sur Lyon, situation renforcée par l’arrivée récente du parisien Logan Djian. En dehors de l’agitation dans leurs quartiers, l’activité des gudards se résume à des conférences et de rares manifs ou sorties pour aller voir leurs amis italiens de CasaPound. À l’inverse, certains « anciens » qui n’ont rien renié des idéaux de leur jeunesse tels que Frédéric Chatillon ou Axel Loustau sont devenus incontournables au FN depuis qu’ils sont en « affaires » avec ce parti.

Le Parti nationaliste Français (PNF)

logo-rond_favicon-300x300Créé en octobre 2015, et dirigé par Ivan Benedetti, le PNF s’inscrit dans la continuité l’Œuvre française dissoute à l’été 2013. Proche des nostalgiques de Vichy ou de l’Algérie française, des antisémites et des catholiques intégristes, le PNF est l’un des rares mouvements de l’extrême droite française à se revendiquer ouvertement du fascisme. Le PNF dispose aussi d’un mouvement féminin, les Caryatides, et d’un comité de soutien aux militants nationalistes, le CLAN. IL est aujourd’hui clairement en perte de vitesse.

55 commentaires »

  1. fets 29 avril 2017 at 15:08 - Reply

    Bravo pour le travail, les recherches et la mise à disposition.
    Petite question technique, quel logiciel avez vous utilisez pour créer cette infographie ?
    Merci

    • La Horde 29 avril 2017 at 17:23 - Reply

      Deux en fait : Photoshop et Illustrator.

  2. Goliath 27 avril 2017 at 19:10 - Reply

    Bravo pour cette carte. Pour les actifs sur Internet, pensez-vous inclure prochainement Boris Le Lay et Daniel Conversano, de plus en plus populaires sur Internet ?

    • La Horde 27 avril 2017 at 19:15 - Reply

      Effectivement, il serait judicieux de les inclure. On le note, pour la prochaine version (on devrait faire une mise à jour dans le courant de l’été).

  3. jerome 17 avril 2017 at 18:29 - Reply

    Bonjour,
    Je ne comprends pas votre analyse du cas UPR
    Ce parti politique possède un programme complet, pourquoi ne pas critiquer une idée plutôt que divaguer sur un personnage?
    Je vous sent fataliste

    • La Horde 17 avril 2017 at 18:42 - Reply

      Tu nous fais rigoler, car justement, en dehors de la sortie de l’Union européenne, il n’y a rien dans le programme d’Asselineau. Ainsi, quelle est sa position sur l’immigration ? l’État d’urgence ? les rapports d’exploitation ? le temps de travail ? la place de la culture ? sa vision de l’éducation ? Pour toutes ces questions, aucun positionnement clair, ce qui est bien pratique… Par ailleurs, les origines de l’UPR, le passé d’Asselineau au services des grands groupes français, le profil de certaines personnes qui l’entourent ne laissent pas de doute quant à son nationalisme solidement ancré à la droite de la droite. IL ne suffit pas de clamer haut et fort que l’on n’est pas d’extrême droite pour ne pas l’être : il y a des limites à la méthode Coué !

  4. passant 6 avril 2017 at 21:23 - Reply

    Cette carte est très parlante .et on peut l’utiliser de plusieurs façons.

    Par exemple si on prend les « institutionnels » ils sont pour le FN
    Si on prend les « nostalgiques » (bleu) et une bonne partie des « modernes » ils soutiennent Fillon (MPT, sens commun etc…)
    on a une confirmation ici: Ces élus d’extrême droite qui voteront Fillon http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/presidentielle-primaire-droite/20161124.OBS1671/ces-elus-d-extreme-droite-qui-voteront-fillon.html

    il y a aussi ce groupuscule des Cercles Nationalistes Français (avec M. Ploncard qui apparait fréquemment sur votre site) qui manque peut être sur la carte (qui soutiennent bien Fillon aussi apparemment)

    Donc toute l’ED est très bien représentée dans l’élection présidentielle quand même.

    • La Horde 7 avril 2017 at 10:17 - Reply

      Si on n’a pas mis les Cercles nationalistes français de Rouannet, c’est qu’ils sont totalement anecdotique (on a déjà mis Deus Vult, on est bien gentil !). Pour le reste, il est effectivement intéressant de voir comment Fillon se retrouve comme étant un candidat proche des milieux les plus réactionnaires, et de voir que Marine Le Pen « paye » d’une certaine façon son dédain pour les nationaux-catholiques.

  5. Vince 16 mars 2017 at 18:07 - Reply

    Tout d’abord, bravo pour votre cartographie. Elle est claire, nette et précise.
    Cependant, j’ai une question: que pensez-vous des indigènes de la république? Même s’ils sont à première vue très différents des énergumènes présentés ici, perso je trouve que certaines de leurs théories (notamment sur les juifs, les homos ou les blancs) sont bien crades et leur cheffe n’a pas l’air de respirer l’amour et la fraternité…

    • La Horde 16 mars 2017 at 18:53 - Reply

      On a déjà répondu plusieurs fois sur le PIR (cf. commentaires des cartographies précédentes) mais on peut bien le refaire une fois de plus. Nous ne partageons pas du tout l’approche « racialiste » du PIR qui tend à enfermer chacunE d’entre nous dans une identité figée. Son discours, surtout quand il est mal digéré et pris au pied de la lettre, peut être dangereux car il crée facilement des lignes de fracture entre celles et ceux qui se considèrent, à tort ou à raison, comme « racisés » et celles et ceux qui ne le seraient pas, or toute l’ambiguïté de ce type de discours réside dans les limites que l’on donne à la « racisation », pour savoir à partir de quand on serait « racisé » ou pas.
      Mais en réalité la question n’est pas de savoir où l’on se place en fonction de ses origines, mais de comprendre le rôle social que peuvent jouer ces origines surtout quand elles se voient, et c’est en cela que le discours du PIR a pu être intéressant, car il a posé de vraies questions (le poids de l’héritage colonial, en particulier) mais en y apportant des réponses inutilement clivantes et provocatrices, et surtout en essayant à toute force de calquer la réalité américaine (où la notion de race n’a pas du tout le même sens qu’ici) à la nôtre.
      Parce qu’elle est surtout une construction intellectuelle qui s’auto-alimente et non une vraie volonté de construire un nouveau front antiraciste débarrassé de ses erreurs passées, la grille d’analyse du PIR nous semble artificielle, sans utilité dans le contexte actuel et même potentiellement source de divisions, un luxe qu’on ne peut pas se permettre aujourd’hui vu l’état actuel des forces.
      Mais tout cela ne fait pas du PIR, en tout cas en l’état actuel des choses, un mouvement d’extrême droite, car il ne porte en lui aucun discours inégalitaire ou suprémaciste, au contraire. Même la critique du « philosémitisme d’État », une formule bien malheureuse et une fois encore inutilement provocatrice, n’est pas un antisémitisme déguisé si on prend le temps de voir ce qu’il désigne dans les textes. Cela étant dit, il est dommage que le PIR, au lieu de faire œuvre de pédagogie et de prendre le risque du débat, se cantonne à n’exister que par la provocation et l’ambiguïté soigneusement entretenues : car à ce petit jeu, difficile de dire comment il pourrait évoluer dans les mois et années à venir. Espérons que l’avenir ne donnera pas raison à ses détracteurs, car il nous faudra alors affronter un ennemi de plus…

  6. trouduku puduku 17 février 2017 at 10:57 - Reply

    vous avez déjà penser a faire une cartographie des groupes extrémistes a travers le monde ?

    • La Horde 21 février 2017 at 09:38 - Reply

      Hum, comment te dire… C’est déjà difficile de faire tenir tous les groupes français sur une page, alors au niveau mondial ! Ce qui serait bien, c’est de disposer d’un outil équivalent pour chaque pays.

      • Lionnel 16 mai 2017 at 23:08 - Reply

        Vu que les groupes fafs sont souvent des émanations américaines, la database de l’adl (dot org) peut présenter un certain intérêt, je pense. Il faut fouiller dans la partie « Education » pour une idée générale. Au niveau français, il y a un particularisme local, les catégories sont différentes, parce qu’elle s’enracinent toutes dans un anti-américanisme de base. Mais en Espagne, Suisse, Belgique, Allemagne, et bien sûr Angleterre, quand on est faf, c’est fréquent qu’on le soit en imitation des ricains.

  7. Awa 9 février 2017 at 01:26 - Reply

    Je découvre votre site et la carte. Super.
    Je ne trouve pas la presse d’extrême droite comme Présent. Merci.

    • La Horde 9 février 2017 at 09:33 - Reply

      Merci pour tes compliments. Quant à « Présent », le journal est bien sur le schéma, en haut à droite, avec les cathos intégristes. Les autres titres (Rivarol, Minute, etc.) sont répartis sur la carte par affinité.

  8. Amine 31 décembre 2016 at 02:10 - Reply

    Je me suis posé la question : pensez-vous que ce soit pertinent de mettre Alliance Police Nationale dans le lot ? Vu l’important travail de loobying réactionnaire qu’ils font à longueur de temps…

    Aussi, comme pour Kontre Kulture et Croa, je pense que ce serait bien dans la prochaine version de mentionner les sites Le Libre Penseur et RT France, qui sont niveau complotisme d’un niveau assez fort…

  9. La Forêt 30 décembre 2016 at 15:26 - Reply

    C’est vraiment bien conçu, propre, clair et cohérent. Du vrai bon boulot solide. Si le phénomène persiste – mais ce n’est probablement qu’une alliance éphémère, opportuniste et de circonstance – le Belge Escada et le franco-suisse Soral sont en ce moment étroitement en affaires, à ce qu’on dit? Donc il faudra peut-être les relier. C’est évidemment délicat parce que c’est le mariage de la carpe et du cochon, totalement contre nature, comme union. De ce fait, les groupes sont « cartographiquement » éloignés… pas commode!

  10. BijiRojava 30 décembre 2016 at 03:05 - Reply

    Pourquoi n’avez vous pas mentionner la LDJ qui est aussi une organisation ultra nationaliste ( en faveur d’Israel) et raciste

    • La Horde 30 décembre 2016 at 19:29 - Reply

      On a déjà répondu : la LDJ, qui est sans conteste un groupe d’extrême droite, n’est plus dans notre schéma en raison de son manque d’activité organisée. La LDJ fonctionne aujourd’hui davantage comme un logo que reprennent des individus que comme un groupe constitué.

      • Roulier 24 mars 2017 at 01:24 - Reply

        Dans ce cas, pourquoi mettre le « MNR » ou « MPF » ou « OZ ta Droite » alors que ce sont des groupes quasi-inactifs ou inexistants ?

        La LDJ a un site internet, on peut lui faire des dons, elle a un tweeter qui appelle à des actions groupés (dernier tweet visible où la LDJ « appelle ses militants à contre-manifester contre les haineux du BDS » et bien d’autres).
        C’est inadmissible de couvrir un groupe extrémiste comme celui-ci.

        • La Horde 24 mars 2017 at 06:29 - Reply

          Si tu penses qu’on « couvre » la LDJ, c’est que tu nous connais bien mal, et pour tout dire on trouve ça injustement insultant. Quant à la preuve de l’activité par le tweet, désolé, mais cela ne nous convainc pas. Tu ferais mieux de t’intéresser à la Brigade juive, qui elle a une véritablement activité, du moins en région parisienne.

  11. Blonde 29 décembre 2016 at 09:31 - Reply

    Personnellement je trouve qu’il y manque le site Croa.fr et les éditions KontreKulture (liées à E&R). Dangereux dans les 2 cas car beaucoup des tribunes de Croa sont relayées sur FB par des gens qui ne connaissent pas la teneur du site. Quant à KK ils éditent quelques auteurs étrangers qui se laissent prendre au piège, contents d’avoir un éditeur français mais inconscients du caractère facho de l’éditeur.

    • La Horde 29 décembre 2016 at 09:55 - Reply

      Oui tu as raison : on pensera à y faire référence dans la prochaine version.

  12. JS1984 27 décembre 2016 at 15:36 - Reply

    Wait… il est où, notre Pourrio Phacochi des BAD néonazies?

    • La Horde 29 décembre 2016 at 08:53 - Reply

      Heu… Pas compris.

      • La Forêt 30 décembre 2016 at 15:32 - Reply

        Il veut parler de San Giorgio, non? Bon, y a comme un certaine logique, dans sa remarque. Si on met le Belge Escada, pourquoi pas lui? Qu’il ait une « base arrière » helvétique ne change rien à ce qu’il exerce ses « talents » chez nous beaucoup plus que là-bas… D’un autre côté, le projet d’y fourrer tout le monde n’est pas réaliste non plus.

  13. JS1984 27 décembre 2016 at 15:32 - Reply

    Excellent.

  14. fatalitas 26 décembre 2016 at 16:59 - Reply

    Vardon n’a jamais été le leader des Identitaires, adhérent au Bloc une seule année au tarif des précarisés au tarif de 20 €.
    Jamais présent aux actions du BI apéro saucisson pinard, assises sur l’islamisation etc … Nissa Rebela est avec J.I / A.J /G.I ses seules engagements juste pour sa gueule, son intérêt personnel et remplir ses fouilles …

  15. jean-marie fardeau 26 décembre 2016 at 13:19 - Reply

    bonjour
    merci pour cette carto très utile. sauf erreur de ma part, je ne vois pas mentionner le journal Rivarol. Trop marginal ? (mais bien visible en kiosque). merci d’avance pour réponse.

    • La Horde 27 décembre 2016 at 00:18 - Reply

      Si regarde bien, il est à côté de Jérôme Bourbon, en-dessous de l’Action française.

  16. Virginie 14 décembre 2016 at 15:36 - Reply

    Je suis assez surprise d y retrouver  » inform’action ». Pouvez vous donner des éléments complémentaires pour y voir plus clair ?
    Merci .

  17. CerisierEmbrasé 13 décembre 2016 at 22:20 - Reply

    Beau boulot, encore une fois !
    Merci.

    (Si je peux apporter mon aide, j’aurais relié l’Action Française à Marion Maréchal Le Pen suite à leur réunion publique commune, Zemmour également se revendiquant comme « Bainvillien » et ayant participé à des réunions de l’AF, Idem pour de Villiers qui y aurait même milité étant plus jeune et enfin Jacques Bompard pour les mêmes raison que Zemmour et puisque Charles de Meyer -Président de SOS Chrétiens d’Orient-,son attaché parlementaire, y serait encarté.
    Je me renseigne beaucoup sur eux car ils prennent de plus en plus d’ampleur, dépassant largement Génération identitaire dans la rue -pas sur internet-.

    Enfin, le Renouveau Français semble inactif depuis quelques temps.)

  18. Tragicomix 13 décembre 2016 at 01:05 - Reply

    Agoravox, site d’extrême droite, faut arrêter la moquette… il y a au moins autant de contributeurs d’extrême-gauche que d’extrême-droite…

    • La Horde 13 décembre 2016 at 08:52 - Reply

      On ne dit pas autre chose : c’est justement le problème que nous pose Agora Vox, celui de ne pas avoir de ligne éditoriale et de laisser ainsi de larges tribunes à une extrême droite qui sature déjà l’espace virtuel.

      • Tragicomix 13 décembre 2016 at 20:16 - Reply

        D’accord, vu comme ça je comprends – et merci pour votre réponse mesurée à mon commentaire un tantinet agressif.
        Ceci étant, je dois dire qu’il me semble plus facile, précisément, d’apprendre à faire le tri quand on a sous les yeux des thèses bien diverses (diverses jusque dans les commentaires des lecteurs), et clairement identifiées comme telles, que lorsqu’on ne visite que des sites monocolores – d’où la valeur pédagogique à mes yeux de ce genre de site que vous appelez « confusionniste »… mais c’est bien sûr discutable.

  19. Toto 12 décembre 2016 at 23:59 - Reply

    et alors on ne met pas le valet d’Henri, M. Fillon de son état? La Horde le trouve respectable. Les journalistes du Monde ne lui ont pas donné l’étiquette extrême droite, alors La Horde suit. Et la bouture de Franco? non plus.

    • La Horde 13 décembre 2016 at 08:51 - Reply

      Si tu étais plus attentif, tu verrais que François Fillon est cité à deux reprises dans la légende qui accompagne la carte. Alors tu peux garder pour toi tes petites remarques faussement impertinentes !

  20. poum 12 décembre 2016 at 18:08 - Reply

    Bravo, beau boulot!
    Par contre, la nouvelle revue d’histoire (NRH) n’est pas mentionnée.
    Passionné d’histoire, j’ai par erreur acheté cette merde il y a quelques années et c’est ça ressemble franchement à du radio courtoisie …

    • La Horde 13 décembre 2016 at 08:50 - Reply

      Oui, tu fais bien de la signaler : fondée par feu Dominique Venner, la revue présente bien, et tu n’es pas le premier (ou la première) à te faire avoir…

  21. Question 11 décembre 2016 at 10:48 - Reply

    Question : où sont les islamistes ?

    • La Horde 11 décembre 2016 at 11:07 - Reply

      Il n’existe pas, à notre connaissance, de mouvement musulman équivalent à Civitas, c’est-à-dire faisant de l’agitation politique radicale et ayant pignon sur rue. Il existe des groupes islamistes clandestins, dont on apprend généralement l’existence au moment de l’arrestation de leurs membres, et des organismes plus larges, comme l’UOIF, au sein duquel il existe certes des courants réactionnaires, mais qui regroupent aussi des courants plus progressistes, et il ne faudrait pas tout mélanger.

  22. jerrhum 11 décembre 2016 at 00:05 - Reply

    Merci, pour cette carte. Je comprends Yannick du com » du dessus; pour l’image des skinhead mais c’est pas façile de trouvé un ordurier qui aime le ska! C’est vrai que c’est pas évident dans la rue a en venir a l’origine de la musique , mais ça m’aide a savoir qui j’ai en face de moi! moi perso je suis smoothie et avec un ACAB sur les phalanges c’est plus façile a vivre!

  23. Karinka Rine 10 décembre 2016 at 22:26 - Reply

    Où situez-vous les groupuscules comme le MAS ?

    • La Horde 11 décembre 2016 at 11:03 - Reply

      Le MAS a cessé ses activités l’été dernier : il était dans la précédente version de notre schéma, au sein des « modernes ». Ses militants encore actifs se retrouvent autour de l’animation de la radio Méridien Zéro.

  24. AlexA.A.Fmarseille 9 décembre 2016 at 16:04 - Reply

    Bon boulot comme toujours mais pourquoi avoir supprimer la catégorie « anti fn » de l’année derrnière?

    • La Horde 10 décembre 2016 at 10:48 - Reply

      On s’en explique dans le texte qui accompagne le schéma…

  25. Vincent 9 décembre 2016 at 07:13 - Reply

    Salut La Horde

    Merci beaucoup pour tout ça, juste si je peux donner mon avis. Vous minimiser l’importance de Serge Ayoub, il a eu beaucoup de contact avec le FN, avec la GUD avec le Front des patriotes, avec le Bloc Identitaire, avec les Deus Vult. Je sais pas si c’est moi qui le prend pour une clé de voute la sphère identitaire ou si il est vraiment devenu aussi important depuis la création du parti troisième voie. Après je suis moins spécialiste que vous pour sur, vu que je N’aurai jamais été capable de faire la moitié de ça bravo les gars.

  26. Nico 8 décembre 2016 at 19:18 - Reply

    Les Caryatides sont bien présentes (aux cotés du PNF), mais vous pourriez ajouter d’autres groupes féminins. En effet plusieurs groupes de femmes semblent avoir émergé dans le sillon de la Manif Pour Tous. Je pense aux Antigones (toujours actives) ou au blog Belle et Rebelle (entre blog de mode féminine et racisme), fermé aujourd’hui mais relié au Projet Apache qui a d’ailleurs lancé une nouvelle campagne suite aux agressions de Collogne et qui reprend le slogan «Belle et rebelle» et y ajoute «On est chez nous – Elles sont chez elles».

  27. Chloe 8 décembre 2016 at 11:48 - Reply

    Beau boulot encore une fois!

    Vous avez mentionné en réponse à un commentaire sur une ancienne carte des cartes spéciales pour internet, qui ont essayé d’en faire et où est-ce que je pourrais les trouver? (même si elles sont illisibles, j’essaierai d’en tirer ce que je peux!)

  28. JMC 7 décembre 2016 at 14:28 - Reply

    Merci pour cette cartographie. Pourquoi ne pas avoir rapproché Benedetti de Gabriac. Ils se retrouvent dans deux catégories bien distinctes ici?

    • La Horde 7 décembre 2016 at 18:14 - Reply

      Les deux bonhommes se sont fâchés, ce qui explique le départ de Gabriac pour Civitas.

  29. Yannick 7 décembre 2016 at 08:27 - Reply

    Je comprends bien que c’est plus facile d’utiliser le terme « skinhead » pour les tondus d’extrême droite, mais étant moi même skin et anfifa convaincu, ça me fait toujours mal de voir ça quand on se bat tous les jours pour détacher de l’esprit des gens cette image de skinhead = raciste. L’utilisation du terme bonehead pour ces ordures mériterait d’être généralisé pour éviter la confusion.

Laisser un commentaire »