Québec : le groupe de NSBM Graveland bientôt à Montréal

31 octobre 2016 10 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Alors que nous avons la semaine dernière publié un article consacré au National Socialist Black Metal (NSBM) et à son représentant français Peste Noire,  le webzine antifasciste québécois Dure réalité nous alerte sur un concert de Graveland, groupe de NSBM polonais, prévu prochainement à Montréal : en voici un extrait, précédé de quelques petits compléments de notre part.

Signalons au passage que, sur la même affiche, on retrouve deux autres groupes « intéressants ». D’abord, le groupe de NSBM québécois Forteresse, dont l’un des membres, “Athros”, chante également dans Blutskrieg, un autre groupe québécois ouvertement néonazi ; Forteresse est l’une des principales figures du mouvement völkisch black metal dit Métal Noir Québecois (MNQ). Ensuite, Mgła, groupe NSBM polonais (du label finlandais Nothern Heritage), dont les concerts ont été annulés en Allemagne en raison de ses liens avec des néonazis.

L’article de Dure Réalité :

Année après année, Sepulchral Productions et l’homme qui se cache derrière cette entreprise, Martin Marcotte, se démènent pour attirer au Québec des groupes de Black Metal toujours plus louches et plus racistes les uns que les autres. Cette année, Marcotte frappe fort encore avec l’organisation de la sixième Messe des Morts en invitant l’un des groupes ouvertement racistes les plus emblématiques de cette scène musicale : Graveland. En effet, ce groupe assume ses tendances antisémites et suprématistes blanches tout en rejetant les allégations de nazisme qui lui collent, souvent avec raison, à la peau. Regardons ce qu’il en est de plus près…

graveland-3Ce n’est pas à tous les jours qu’un groupe phare de la scène black metal d’extrême droite vient se produire à Montréal. C’est pourtant ce qui est prévu à l’horaire de la Messe des Morts VI avec comme tête d’affiche, les Polonais de Graveland. Ce groupe a commencé à sortir des albums en 1992, mais n’a commencé à se produire en concert qu’à partir de 2016, soit 24 ans plus tard, ce qui ajoute aussi à la « légende » entourant ce groupe.

Pourtant, si on cherche un tant soit peu sur Graveland, un élément revient constamment, leurs liens avec les idéologies de la suprématie de la race blanche qui sont assez difficiles à ignorer. Bien que le groupe ait toujours contesté ses liens avec la mouvance NSBM (pour National Socialist Black Metal), il n’a jamais remis en question ses idées xénophobes et racistes. Sur le site web officiel de Graveland, on trouve des entrevues archivées dans lesquelles Robert Fudali, aka Rob Darken, le chanteur de la formation, répond à toutes sortes de questions sur les identités raciales, sur les liens du groupe avec l’extrême droite musicale ou politique, sur le lobby juif international, sur l’immigration etc. Voici quelques citations (en anglais) de ces entrevues :

The depraved and plunged in a rot of moral decadence individuals (very often of Jewish descendants) hold the keys to this shady business. They promote all kinds of anti-family schism, supporting at the same time homosexuality, negrosemitism….the “culture” produced by these individuals take precedence over traditional national values.1

There is no population growth among White population. The governments created the perfect conditions for non-Whites to live in our countries so they live here and reproduce.2

And it turned out that my political convictions and inspirations have the traits of the ideologies supported by the skinhead underground. But it was not a problem for me and I did not care when I was accused of spreading neo-Nazi ideology.3

gravelandEt ce n’est pas tout, Graveland a toujours eu des liens avec les adeptes du mouvement NSBM ainsi qu’avec plusieurs groupes de musique partageant ses idées xénophobes. La formation a notamment fait des co-productions avec Honor (band néo-nazi polonais formé de boneheads), Nokturnal Mortum (NSBM, Ukraine), Kreuzfeuer (RAC/Hatecore4, Allemagne) et Temnozor (NSBM, Russie). Le groupe interprète également une chanson écrite par JFN du groupe allemand de National Socialist Black Metal Absurd au nom évocateur de White Hand’s Power. Graveland est aussi associé au Pagan Front, une organisation formée de différents bands, labels et zines faisant la promotion de la suprématie blanche. Graveland est identifié comme groupe haineux par le Southern Poverty Law Center ainsi que l’Anti-Defamation League et plusieurs de ses albums sont interdits de vente en Allemagne.

Il n’est donc pas surprenant que les premiers concerts de la formation, en 2016, aient dû faire face à des mobilisations antiracistes. Il faut dire que Graveland a donné l’une de ses premières prestations au festival italien « Hot Shower » (en référence aux chambres à gaz des camps d’extermination nazis), un festival 100% NSBM avec des groupes tels que Frangar, Goatmoon, Baise ma Hache ou White-Death. Soulignons que des groupes antifascistes graveland-2en ont profité pour organiser le FUCK NSBM FEST en réponse.

Les Polonais se sont également produits au Ragnard Rock Fest, en France, en juillet dernier. L’annonce de la venue de ce groupe raciste, accompagné de plusieurs autres, dont Nokturnal Mortum, Kroda, Khors et Naer Mataron, a donné lieu également à des dénonciations de plusieurs groupes antifascistes et s’opposant au racisme, dont l’organisme SOS Racisme et la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) qui ont appelé à l’annulation de l’événement. Plusieurs saluts fascistes et t-shirts de groupes haineux auraient été observés durant la prestation de Graveland et tout au long de l’événement5.

Lire la suite ici

10 commentaires »

  1. Alex 23 janvier 2017 at 00:19 - Reply

    Il va à un moment falloir que les amateurs de Graveland et autres groupes « limites » (par opposition à Goatmoon par exemple où le doute n’est pas permis à moins d’avoir un paquet de chromosomes en trop) ouvrent les yeux, se remettent sérieusement en question et arrêtent de se laisser berner par la mauvaise foi crasse et visiblement contagieuse dont font preuve leurs idoles en prenant des airs choqués et en affirmant avec la plus grande mauvaise foi possible que leurs créations n’ont rien, mais alors rien à voir avec le nazisme ou une quelconque nostalgie mal placée. J’ai comme l’impression que ces fans se sentent mal à l’aise quelque part car ils n’osent pas s’avouer à eux-mêmes ce que sont réellement tous ces groupes. Quand on pose avec des skinheads sur des photos pareilles, quand on traîne avec ses petits copains de Veles qui trouvent hilarant d’adopter la même posture devant Auschwitz ou avec les autres comiques du Temple of Full Moon (dont le skinhead Capricornus, batteur de … oh tiens, Graveland, faisait partie, et dont le message de la discographie est sans équivoque à l’égard des Juifs, des Noirs et des homosexuels entre autres) qui se plaisaient à promener leurs crânes chauves reluisants sous le soleil avec des drapeaux ornés de swastikas et de croix celtiques, quand on fait des splits avec Nokturnal Mortum, groupe notoire de NSBM dont certains membres se sont amusés à sortir un album sous le nom de Aryan Terrorism, je pense pouvoir affirmer sans trop prendre de risques que le doute n’est plus permis. Alors je comprends tout à fait qu’on puisse apprécier la musique produite par ces groupes sans adhérer à leur idéologie, et je suis bien au courant qu’il faudrait chercher loin dans les paroles de Graveland en particulier pour y trouver des références directes à l’admiration de Fudali pour un certain moustachu autrichien (sur son site et dans les interviews qu’il donnait il y a quelques années c’était pourtant limpide), mais arrêtez de jouer les hypocrites en faisant semblant de ne pas voir de quoi on parle et en jouant sur les mots en disant à peu de choses près que s’il n’y a pas de croix gammée c’est qu’on raconte n’importe quoi en les rattachant à ce mouvement. Graveland comme Peste Noire ou Akitsa sont trop prudents pour prendre des risques en étant aussi explicites que leurs potes, mais il n’y a pas à chercher trop loin ni à trop lire entre les lignes pour y voir clair. Pour Mgla et Forteresse, je ne rentre pas dans le débat car je ne connais pas ces groupes et je m’en fous. Vous choisissez ce que vous écoutez et à qui vous donnez votre argent, mais ne vous voilez pas la face.

  2. Turlututu 9 novembre 2016 at 14:47 - Reply

    Quel article biaisé. Vous cherchez vraiment à vous valider par n’importe quel moyen n’est-ce pas?

    Il est cité sur metal-archives qu’Athros a « …quitté Blutskrieg puisqu’il n’était pas en accord avec les politiques du groupe ». Le groupe a par le passé également, et ce à plusieurs reprises, spécifié qu’il n’était en aucun cas un groupe nazi. Par ailleurs, un membre session de Forteresse est originaire du Laos. Ça doit être un toute une bande de racistes ce groupe, dis-donc! J’ajouterais que c’est la première fois que j’entends parler de « Volkisch black metal » pour faire référence à un groupe patriotique québécois. Bel ajout de votre part, ça donne de la crédibilité à vos accusations inventées.

    De plus, l’association minimaliste de Mgla avec une étiquette ayant prit part à la sortie d’une poignée de disques de Satanic Warmaster EN PLUS d’un nombre incalculable d’autres albums ABSOLUMENT pas nsbm n’est pas preuve suffisante pour accuser un groupe d’être nazi. Désolé.

    Révisez donc vos sources et vos informations avant d’écrire de tels torchons diffamatoires.

  3. Falafel 4 novembre 2016 at 18:14 - Reply

    En fait, c’est un peu comme si un article écrivait que le groupe Bombardiers est un groupe de rac parce qu’ils ont joué à un festival avec Condemned 84. Je prends cet exemple parce que je l’ai entendu dire tout à fait sérieusement il y a quelques années à Bordeaux.

  4. Falafel 2 novembre 2016 at 13:50 - Reply

    Je confirme les propos de Stan : Forteresse n’est ABSOLUMENT PAS un groupe de NSBM, pas plus de MGLA.

  5. Stan 31 octobre 2016 at 13:27 - Reply

    Au sujet de Athros, sur Metal Archives : « Athros left the band after the release of the demo, due to his disagreement with the band’s NS ideology. »

    Apprenez à lire et faire le boulot jusqu’au bout, merci de ne pas diffamer sans raison un type qui n’a rien demandé. Cette personne, et son groupe Forteresse, n’a rien à voir avec ce mouvement. Merci de ne pas mélanger systématiquement la moindre démarche identitaire avec une idéologie ouvertement raciste et totalitaire, soutenue par quelques débiles en manque de sensations fortes. Veuillez éditer votre billet en fonction svp.

    Idem pour MGLA, leur association avec le NSBM ne repose sur absolument rien de concret (on aimerait les sources svp !), sauf des rumeurs infondées pour discréditer la formation, cette annulation en Allemagne en est la cause, mais ne repose elle aussi sur rien de concret. Que de la rumeur.

    Pour Graveland, rien à redire, tout est bon et bien sourcé.

    • antifa_hooligan 2 novembre 2016 at 20:01 - Reply

      Quand tu joue avec des bands ouvertement NSBM il faut t’attendre à recevoir des critiques. Si tu n’a pas de valeurs et que tu es prêt à jouer avec des bands néo-nazi, eh bien il faut assumer !

      • Falafel 4 novembre 2016 at 12:01 - Reply

        Clairement les groupes doivent assumer avec qui ils jouent. Ce n’est en revanche absolument pas une raison valable pour les affubler d’étiquettes qu’ils ne méritent pas. Ça s’appelle tout simplement de la diffamation!
        Tous les groupes qui ont joué au Ragnard Rock aux côtés de Graveland en 2016 sont donc des nazis? Le groupe Faun par exemple?
        Non seulement c’est totalement ridicule comme affirmation, mais en plus c’est toujours l’éternel problème de faire des articles sur un sujet (la scène black metal) que vous ne connaissez ni ne maitrisez…
        Que faire également des groupes qui ont ou vont jouer avec Peste Noire? Je pense à Mayhem ou à Marduk qui sont des légendes vivantes et des pointures dans le BM…
        Soyons sérieux 5 minutes.

        • La Horde 4 novembre 2016 at 17:38 - Reply

          On te signale que justement, on n’a pas l’habitude de parler de sujet qu’on ne connait pas ; dans le cas d’un genre musical ou d’une contre-culture qui nous sont éloignés, on prend bien soin de le faire en collaboration avec des gens de la scène, pour éviter justement les amalgames.

          • Falafel 4 novembre 2016 at 18:09 -

            En fait, je répondais à « antifa_hooligan » qui d’après son utilisation du mot « bands » m’a fait me dire qu’il est québécois, et par conséquent peut-être un auteur de l’article original.
            Ce qui n’enlève rien à ce que j’ai dit, à savoir que Mgla et Forteresse ne sont pas du tout des groupes de nsbm (le nsbm désigne des groupes néo-nazis purs et durs!).
            Et donc, quand je lis que ces 2 groupes sont du nsbm, c’est tout à fait évident que c’est rédigé par quelqu’un qui ne sait pas vraiment de quoi il parle malheureusement…

Laisser un commentaire »