Rock Against : bilan de la journée en vidéo

11 juin 2016 3 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Rock_against_capture_1Tables de presse, expositions, discussions, concerts… La journée Rock Against au Cirque électrique a été riche en évènements. Retour sur ce que nous pouvons espérer être la première édition d’initiatives à venir.

Le 21 mai a eu lieu la journée Rock Against au Cirque électrique. Organisée par La Horde, HumungusCrash DisquesArak AssoKonstroy, General Strike et le Collectif Contre-Culture, la journée fut une réussite pour un tel format évènementiel riche et ambitieux. Sur le thème de la scène alternative et de l’engagement politique, le but était de réunir différents acteurs de la contre-culture des années 1980 mais aussi d’aujourd’hui. On ainsi pu, durant les discussions qui ont débuté à 17h, voir réunis dans un même lieu des programmateurs, des managers, des artistes qui ont contribué au développement de la scène alternative de l’époque.Rock_against_capture_3

Les échanges furent nourris d’interventions pertinentes sur les enjeux passés et futurs de la scène alternative: pourquoi l’engagement politique dans la culture, et en particulier dans la musique, semble en recul ? Comment tenter de repolitiser une scène précédemment très engagée ? Comment le vivent les artistes actuels ? Le public est-il encore en attente d’une telle scène ? Ne faut-il pas fédérer davantage de styles musicaux lors des évènements ? Les artistes ne pourraient-il pas prendre la parole entre deux morceaux pour faire-valoir leur position politique ?

Rock_against_capture_4Après 2h de discussions ponctuées par un document vidéo compilant des images d’archives diverses et un diaporama de visuels de l’époque (photos, tracts, fanzines, etc), place aux concerts. Et ce n’est pas moins de 4 groupes qui ont chauffé la scène du Cirque électrique : Union Jack, Rock’N’Bones, One Step Ahead et Psycho Squat ont démontré que la scène alternative est encore bien vivante et qu’elle continue de mettre le feu. La soirée s’est terminée sur un DJ set animé par Chris de Nuclear Device.

Rock_against_capture_5Mais ce n’est pas tout. Durant la journée, le collectif Humungus a réalisé en direct une fresque qui a rencontré un succès massif. Sur les thèmes des manifestations actuelles et de la contestation des violences policières, nous vous laissons apprécier le superbe boulot qu’ils ont réalisé (vidéo ci-dessous).

Nous remercions bien sûr tous les organisateurs, le Cirque électrique sans qui la journée n’aurait pas eu le même succès et toutes les personnes présentes tant pour les discussions que pour les concerts.

A bientôt pour une prochaine édition.

La Horde

3 commentaires »

  1. Fatima Benomar 26 juin 2016 at 11:10 - Reply

    Ce n’est pas seulement une nudité, c’est une nudité ultrasexuée par le mini-short collant et les bas. Bref, encore une fois, l’Histoire s’écrit à travers le regard subjectif masculin qui préfère toujours érotiser les corps des femmes. Rien de nouveau sous le soleil patriarcal.

  2. Norma B. 18 juin 2016 at 16:46 - Reply

    Salut, lectrice des articles de la Horde, sympathisante de ses actions et appréciant le collectif Humungus, je me permets (de venir faire chier^^) d’exprimer quelques questionnements/réflexions au sujet de la fresque qui a été réalisée durant Rock against (soirée à laquelle je n’étais pas, je précise, sinon j’aurais peut-être été causer un brin avec les artistes, ce qui aurait pu être intéressant).

    Voilà, j’ai été surprise et peinée de voir la représentation de la Liberté par le dessin d’une jeune fille « dénudée ». Car je n’en comprends pas l’intérêt, ni la portée dans la scène représentée. Sur le principe de la nudité du torse: oui, Delacroix en avait déjà fait une symbolique en dévoilant une partie de la poitrine de sa Liberté, certes, ok, mais ce n’est clairement pas ce qui est mis le plus en avant chez elle, et ce ne sont pas ses seins qui la représente (le terme « kestumat » au-dessus de sa poitrine faisant au passage tout l’effet contraire à l’effet escompté…..). Par ailleurs, les seins d’une femme ce n’est pas choquant et oui, certaines en font un moyen d’expression lors de manifestations. Mais ces manifestations sont féministes, elles sont organisées exclusivement par des femmes, qui se revendiquent comme pouvant disposer de leurs corps, dans une lutte bien précise!!!! Mais la fresque ici en question illustre les manifs actuelles pour lutter contre une loi sur le Travail et dans lesquelles, on n’a évidemment pas vu une fille seule, au milieu des lacrymos et des CRS, gueuler les seins à l’air, en bas résilles et en brandissant un drapeau noir…… ça n’aurait pas de sens ! ce n’est pas le même combat! C’est dangereux de tout mélanger, et je ne vois absolument aucun sens à cette représentation dans le contexte illustré sur cette fresque, mais peut-être qu’il y en a un, que bêtement, je ne saisis pas. Et si on sort que ce n’est qu’une représentation « allégorique » de la liberté et pas celle, concrète, d’une femme dans la lutte, alors là, ça me ferait sortir les crocs….. ce serait encore pire!

    Par là-dessus, on ne peut que regretter la stéréotype « sexy » aux proportions Lara Croftienne (assez peu réalistes), comme on en est déjà matraqué.es à longueur de temps de partout….. alors qu’on sait pourtant les dégâts alarmants que ces représentations incessantes, fantasmées, attendues, imposées, entraînent aujourd’hui (http://www.bulimia.com/examine/video-games-realistic-body-types/) et les dictats que ces représentations alimentent. On parle de dictats oui, on parle bien de tyrannie, latente, perdurante, assommante et aux conséquences désastreuses: https://antisexisme.files.wordpress.com/2013/08/graph.png?w=660

    Et pour combattre ça, il semble inévitable de se poser la question de l’objectivation sexuelle des femmes: même si le corps des femmes n’est pas un tabou, le fait de les représenter uniquement par ce qui caractérise leurs corps est un danger. Une page passionnante à ce sujet: https://antisexisme.net/2013/08/13/objectivation-1-2/ :

    « L’objectivation sexuelle survient quand une personne est considérée, évaluée, réduite, et/ou traitée comme un simple corps par autrui. Il s’agit de séparer une personne de son corps, de certaines de ses parties corporelle ou de ses fonctions sexuelles, les réduisant au statut d’instruments ou les considérant comme étant en mesure de représenter la personne. » Je trouve qu’ici c’est le cas, et même si je me trompe peut-être, c’est en tous cas le sentiment que ça me donne. En tant que femmes dans les mouvements actuels, quand on part en manif, on fait souvent comme les copains, on met un jeans parce qu’on sait qu’on peut se vautrer, se faire traîner, on met un pull/sweat pour les mêmes raisons, et une capuche et un foulard pour les autres raisons qu’on connaît, et c’est juste du bon sens (oui, on en a aussi, pardi ! ^^). Donc, pourquoi nous représenter avec les nib’ au vent, un mini-short et des résilles? je ne saisis pas……

    Et pour finir (et en rajouter une petite couche, mais il faut bien que quelqu’un.e s’y colle), la soirée et le lieu du Rock against avaient l’air vraiment coolos, donc merci pour le compte-rendu, mais plusieurs termes exclusivement masculins font aussi mal au cul dans l’article consacré, quand-même:
    « Sur le thème de la scène alternative et de l’engagement politique, le but était de réunir différents acteurs de la contre-culture des années 1980 mais aussi d’aujourd’hui. On ainsi pu, durant les discussions qui ont débuté à 17h, voir réunis dans un même lieu des programmateurs, des managers, des artistes qui ont contribué au développement de la scène alternative de l’époque. » – « Les artistes ne pourraient-ils pas prendre la parole entre deux morceaux pour faire-valoir leur position politique ? » – « Sur les thèmes des manifestations actuelles et de la contestation des violences policières, nous vous laissons apprécier le superbe boulot qu’ils ont réalisé (vidéo ci-dessous). Nous remercions bien sûr tous les organisateurs »……

    Le fascisme ne se combattra pas sans combattre l’un de ses principaux piliers: le patriarcat ! 😉
    Rock against fascism = Rock against sexism, yeah !!!

    Bien cordialement ou presque^^

    Norma B.

    • La Horde 19 juin 2016 at 13:13 - Reply

      On ne va pas répondre à la place du collectif Humungus, qui le fera s’il le souhaite, mais pour notre part il est évident que cette fresque n’est en rien sexiste : comme tu l’admets toi-même d’ailleurs, la nudité du personnage central est justifiée par la référence à Delacroix et n’est pas un problème en soi (encore heureux !). Alors quoi ? Au final, ton seul argument c’est que la fresque illustrerait les manifs conte la loi Travail et qu’on n’y a pas vu de femme aux seins nus (mais on n’y a pas vu non plus d’antifa avec un chapeau haut de forme…). Mais ça, c’est ce que toi tu y vois : en réalité, il s’agit, inspirée c’est vrai par le contexte de lutte actuel, d’une allégorie des luttes en général, et la fresque fait référence à plusieurs d’entre elles qui nous sont chères (antifascisme, anticapitalisme, anti-impérialisme et… antisexisme) à travers les différents personnages (pour ton information, la femme est inspirée par Tess, une Suédoise qui s’était dressée seule face à une manif d’extrême droite le premier mai dernier). Tu dit qu’il ne faut pas « tout mélanger », mais on pense au contraire que les différentes luttes se complètent et s’enrichissent mutuellement, ce que la fresque illustre parfaitement.
      Pour ce qui est de féminiser les textes, on le fait le plus souvent sur La Horde, mais ce n’est pas systématique. Quoiqu’il en soit, cela ne nous semble pas un motif suffisant pour nous faire une leçon d’antisexisme ; « Rock against sexism », bien sûr, et on ne t’a pas attendu pour le revendiquer.
      Surtout, et c’est toujours ce qui nous afflige, tes remarques montrent qu’il est toujours plus facile d’aller chercher la paille dans l’œil de ses camarades que de s’occuper de la poutre d’extrême droite plantée dans l’œil de la société. Ainsi, la Manif pour Tous a tranquillement manifesté cette semaine : qui s’en soucie ? On aurait préféré que le temps consacré à l’écriture de ton (long) commentaire l’ait été à nous envoyer un texte de mobilisation la semaine dernière, qu’on aurait publié avec plaisir.

Laisser un commentaire »