Bordeaux solidaire des manifestant.e.s incarcéré.e.s !

30 mai 2016 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Envoyé par le collectif antifasciste Pavé Brûlant :

Lors de la manifestation contre la loi travail du 26 mai à Bordeaux, une banderole appelant à la solidarité avec les manifestant.e.s incarcéré.e.s a été déployée sur le passage du cortège, cours Victor Hugo.

Bordeaux_soliCette action survient dans un contexte de répression des grèves et manifestations contre la loi travail et son monde, avec son cortège de violences policières, de criminalisation du mouvement social par une justice aux ordres et de stigmatisation médiatique de la jeunesse révoltée. Sous la banderole, le cortège rassemblé a scandé “police milice, justice complice!”, et des milliers de poings se sont levés. Une foule compacte, de tous âges et de différentes couleurs syndicales et politiques, s’est ensuite spontanément massée au pied de l’immeuble pour permettre aux porteurs.e.s de la banderole de rejoindre la rue, et ainsi de partager la liesse du cortège galvanisé après un début de manifestation sous le signe des violences policières.

En effet, un peu plus tôt, cours de l’Intendance, un lycéen avait été interpellé par la BAC. Le cortège, composé de toutes les forces syndicales et autonomes, était alors resté sur place, essuyant matraquages et gazages (les pompiers ont dû intervenir pour soigner les manifestant.e.s les plus rudement blessé.e.s). Grâce à la détermination et la solidarité de tout.e.s, nous avions finalement obtenu la libération du lycéen interpellé, en ridiculisant une fois de plus la police qui n’arrive décidément pas à nous diviser.

La banderole déployée rappelle en tout cas la multiplication des incarcérations de militant.e.s, avec en particulier celle d’Antoine, arrêté le 17 mai dernier lors d’une manifestation à Lille et aujourd’hui maintenu en détention dans l’attente de son procès. Comme le rappelle le communiqué publié par l’intersyndicale CGT-FSU-Solidaires-CNT, “ce qui est en réalité reproché à Antoine, ce qu’on veut lui faire payer, c’est d’avoir refusé la comparution immédiate et d’être un militant syndicaliste, antifasciste et libertaire particulièrement actif dans le Valenciennois. Antoine est victime de l’arbitraire le plus total”. Mais il faut penser aussi à Paris, Nantes, Rennes, Lyon, Marseille…

Une page Facebook a été créée en soutien à Antoine : ici

La détermination et la solidarité payent. C’est pourquoi il est aujourd’hui nécessaire de réaffirmer sa solidarité à tout.e.s les militant.e.s incarcéré.e.s. 

“Ceux qui restent immobiles ne remarquent jamais leurs chaînes”
R. Luxembourg

Laisser un commentaire »