Les propositions de Ménard pour 2017 : du lourd !

28 mai 2016 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lu sur le blog Droite(s) extrême(s)

OZtaDroite

Le mouvement a déjà ses t-shirts… Made in Bangladesh ! (Photo : O. Faye)

Robert Ménard ne veut pas seulement lancer un « mouvement citoyen » – baptisé « Oz ta droite » – à l’occasion des Rendez-vous de Béziers, qu’il organise du 27 au 29 mai. Le maire de la sous-préfecture de l’Hérault entend surtout porter une cinquantaine de propositions en vue de l’élection présidentielle de 2017, dont il espère qu’elles seront reprises par les candidats (de droite, il va sans dire).

Nous avons pu consulter la liste des propositions rédigée par l’élu. Regroupées par thématiques – dont les intitulés correspondent à ceux des tables-rondes des Rendez-vous de Béziers – ces dernières se heurtent parfois à la ligne du Front national ou des Républicains, les deux partis principalement visés par l’ancien journaliste. Trop radicales, pour des formations qui espèrent emporter la majorité des suffrages, ou trop libérales, dans le cas du FN.

« Obliger à la francisation des prénoms »

Au chapitre de l’« immigration », le maire de Béziers propose ainsi le « non-renouvellement des titres de séjour tant que le chômage ne sera pas descendu en-dessous de 5% », de placer les procédures d’expulsion sous l’autorité des préfets, d’interdire la pratique religieuse en entreprise durant les heures de travail, ou encore de réformer l’état civil « pour obliger à la francisation des prénoms ».

En matière de justice, l’élu souhaite un doublement de peine systématique pour les récidivistes, la « répression effective du racisme antiblancs », la création de « maisons de correction pour les mineurs délinquants » ou encore l’instauration d’une responsabilité personnelle des juges, « lorsque la personne qu’ils ont libérée commet un nouveau crime dans un délai de cinq ans après son élargissement ».

Un volet économique libéral

Le volet économique du projet, lui, prend à rebrousse-poil certains aspects de la ligne portée par Marine Le Pen et Florian Philippot : retraite à 65 ans, suppression des 35 heures et de l’ISF, instauration d’un bouclier fiscal à hauteur de 40 % des revenus, « réduction de moitié du code général des impôts », etc.

Enfin, en matière de culture, l’élu se fixe pour objectif de « lutter contre la sous-culture américaine » et de « promouvoir l’art européen enraciné ». Une volonté qui passerait notamment par l’interdiction au recours à une langue étrangère dans les publicités ou la « réorientation de la politique des Frac et des Drac pour promouvoir l’art enraciné et cesser de préférer systématiquement l’art déraciné abstrait marchand ».

Contacté, M. Ménard assure que cette liste de propositions n’est qu’un « document de travail »« Il y a des choses qui sont ajoutées, d’autres enlevées », assure-t-il, sans vouloir préciser quels points sont amendés, ou pourraient l’être d’ici dimanche, jour où il doit dérouler ce programme.

Olivier Faye

Laisser un commentaire »