Italie : infiltration de l’extrême droite dans la lutte de défense des animaux

7 mai 2016 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

dossier-antispefa-eng_2016_coverDes camarades antifascistes italiens du groupe Antispécistes Antifascistes Milan nous ont fait parvenir une brochure, en italien et en anglais, pour dénoncer les tentatives d’infiltration de la droite dans les milieux écologistes et antispécistes. La contre-information est l’un des outils pour la reconnaître et l’isoler, pour la démasquer et la combattre. Voici la traduction française de l’introduction de leur dossier, à télécharger en anglais et en italien.

Sur la carte en ligne de notre blog antispefa.noblogs.org nous avons d’abord commencé à rassembler les principales informations sur les lieux institutionnels, centres culturels et de rassemblement, activités commerciales et lieux de mémoire de la droite en Italie, puis avons ensuite développé des “fiches monographiques”. Un travail qui nécessite une mise à jour permanente et qui s’inspire des précédents dossiers, en s’orientant plus spécifiquement vers les entrismes sur les questions animales et environnementales pour y identifier ces relents nazi-fascistes qui prolifèrent dans toute la péninsule, souvent en se camouflant derrière des pseudo associations, comités et groupes informels.

Ces dernières années on voit de plus en plus affleurer dans l’animalisme et l’écologisme des individus et groupes qui font directement référence à des idéologies racistes et fascistes, où qui ne le revendiquent pas ouvertement mais se réfèrent à des théories et pratiques anticapitalistes, anti-impérialistes, et même anti-domination.

Dans ce premier travail nous commençons à analyser certains des mouvements, groupes et personnalités des institutions directement rattachées au néofascisme, ou ceux qui, bien qu’ils se définissent apolitiques, ont en commun des domaines, méthodes et langages, ou en tolèrent la présence à leur coté. Ils se camouflent en utilisant des symboles et des phrases appartenant au communisme/à l’anarchisme, et même à l’animalisme/l’antispécisme, brandissant la nécessité de dépasser le clivage gauche/droite. Pour eux, le fascisme disparaît de l’actualité et par conséquent, l’antifascisme aussi.

En outre, on ne doit pas sous-estimer, même s’ils ont encore une portée limitée, ces courants identitaires qui se réfèrent à des idéologies communautaire et à l’écologisme social, qui parlent d’antispécisme et qui lient primitivisme et pratiques fédéralistes, solidaires, mais totalitaires; ces visions anarchiques déclinées de manière à protéger la communauté/état d’infiltrations extérieures qui pourraient en “contaminer” la pureté.

Capture d’écran 2016-05-07 à 08.38.12IL EST IMPENSABLE DE LAISSER LA PLACE NON SEULEMENT AUX FASCISTES ET RACISTES DU IIIEME MILLENAIRE, MAIS AUSSI A CEUX QUI LES ACCEPTENT ET PARTAGENT LEURS ANALYSES, PARCOURS ET LUTTES

Les initiatives animalistes, tout particulièrement celles en défenses de ce qu’on appelle les “animaux d’affection”, sont pour eux facilement instrumentalisables. La récolte de nourriture ou les appels contre l’abandon permettent à ces groupes d’avoir une visibilité publique sur les places, marchés ou sur les mass media, créant ainsi un espace pour véhiculer leurs idées racistes, fascistes et de domination. Cachant leur vrai visage et se travestissant en protecteurs des opprimés ils réussissent à nouer des liens avec la société civile et les institutions, rendant par la suite plus difficile leur éloignement.

Porter attention à chaque phase de cette infiltration/assimilation est d’une extrême importance, afin d’éviter par exemple ce qui est arrivé ces jours-ci à Turin, où un cortège de solidarité à un chenil vandalisé s’est immédiatement transformé en un défilé raciste contre le camp rom adjacent, de la meme manière qu’en 2011, ou les mêmes défilés furent utilisés pour mettre le feu à un autre camp, à tout ce qu’il contenait vies humaines comprises.

Ce travail de surveillance est dédié à la mémoire de Clément Meric, activiste antispeciste et antifasciste, arraché à sa famille, compagnon(agne)s et ami(e)s par des mains d’extrême droite le 5 juin 2013 à Paris. Cela n’a pas été une attaque isolée, et de suite le Comité pour Clément a souligné le fait qu’il ne s’agissait pas d’un cas unique, mais au contraire issu d’une longue série d’attaques contre qui à des orientations sexuelles non hétéro, a des origines non françaises, des religions ou des opinions politiques différentes de ces bas-fond. Ce n’est pas hasard que son assassin, Esteban Morillo, appartienne au groupe Troisième Voie et soit lié à d’autres personnages animalistes néo-nazis.

Le blog est suivi par des activistes qui se battent pour la libération à 360° pour tous les êtres vivants : libération de l’exploitation, de l’esclavage, de la domination, de la discrimination (d’espèce, de genre de religions et localisation géographique) et de la compétition. Nous invitons tous ceux et celles qui sont intéressé(e)s et qui ont des informations à partager à participer à ce projet, en nous contactant à antispefa@autistici.org.

AVEC LE SANG AUX YEUX : N’OUBLIONS PAS ! NE PARDONNONS PAS !

Pour Clément, Dax, Abba, renato, Pavlovs, tout ceux/celles qui nous manquent ou qui sont prisionniers pour leurs luttes.

Un commentaire »

  1. lni 9 mai 2016 at 16:03 - Reply

    la Liberté avant tout, de vivre, de s’exprimer!!
    et bien sûr le respect de l’Autre ou plutôt de la Vie.
    la Vie sous toutes ses formes….
    merci à vous.

Laisser un commentaire »