Rapport annuel des activités de l’extrême-droite genevoise 2015-2016

2 mai 2016 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lu sur RAGE, le Réseau d’Agitation Genève a publié son rapport annuel des activités de l’extrême droite genevoise 2015-2016 :

Cette année a été très spéciale par rapport aux années précédentes. Cela est principalement dû à la disparition des groupes comme Genève Non Conforme et des Jeunesses Genevoises. Les quelques militants qui existent encore sont quasiment inactifs de par l’absence totale de structure d’extrême-droite radicale à Genève.

Actuellement, leur militantisme se résume à animer des pages facebook: “Kalvingrad Patriote” pour Genève et “Autour du lac” pour la région transfrontalière avec Annecy.

Il faut noter la réactivation de “Génération Identitaire Genève” , mais tout comme la vieille garde qui a existé de 2005 à 2012 sous l’appelation “Jeunesses Identitaires Genève”, cette nouvelle génération est totalement dépendante de son organisation mère en France.

Le militantisme d’extrême-droite a fortement baissé à Genève mais il s’est déplacé aux cantons de Vaud et Valais ainsi qu’en France voisine.

Résistance Helvétique est le groupe le plus actif en suisse romande. Ils ont organisé plusieurs conférences et ont opéré un raprochement avec les “Démocrates Suisses”. Ces deux derniers sont en compétion ouverte avec le PNS (parti nationaliste suisse) de Philippe Brennenstuhl.

logo rageA noter la volonté de récuperer la lutte écologique de la part des Démocrates Suisses et de Résistance Helvétique. Les premiers en lançant une initiative à peine maquillée appelée “Ecologie Radicale –  L’écologie autrement pour notre patrie”, les seconds en venant à une manifestation contre Mosanto.

Pour la région d’Annecy, Autour du lac organise un tournoi de foot annuel avec Edelweiss Pays de Savoie depuis déjà 2 ans et ils ont également organisé leurs premières conférences. Bien que ce groupuscule ne représente pas un réel danger, il possède un réseau transfrontalier et international dans le milieu néo-fasciste.

Pour finir, l’antenne genevoise d’Egalité et Réconciliation est devenue une coquille vide, non sans avoir inspiré La Pravda.ch (site de la faschosphère soralienne basé à Genève et animé par Alimuddin Usmani “journaliste au GHI et de Joseph Navratil président des Jeunes UDC). Actuellement un nouveau groupe organise des conférences sur Ferney-Voltaire.

Comme ceux des années précédentes, notre rapport pour cette année n’est pas exhaustif. Nous observons depuis deux ans une baisse des activités et des agressions néo-fascistes à Genève, mais le problème s’est déplacé à la frontière et aux cantons voisins. Ne restons pas les bras croisés (ré)organistions l’Antifa Supra Régional!

L’antifascisme c’est du travail de terrain!

1er mai 2015: Une demi-douzaine de néo-fascistes ont distribué des tracts contre la présence de la CICAD (Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation) au salon du livre de Genève. On peut lire à la fin de leur communiqué: “Ni voile, ni kippa, Heil dir Helvetia !”.

6 mai 2015: Le groupuscule “Generation Identitaire Genève” revendique sur un communiqué le fait d’avoir recouvert d’un drapeau suisse un drapeau albanais tagué sur un mur près du préau de l’école primaire de la rue Dizerens à Plainpalais.

6 juin 2015: Manifestation identitaire à Vienne avec la présence de militants français et genevois.

23 mai 2015: Plus de 1’500 personnes ont défilé contre Monsanto à Morges, une petite dizaine de membres du groupuscule “Résistance Helvétique” ont réussi à se joindre discrètement au défilé.

15 juin 2015: Une équipe de “la Pravda.ch” est allé au centre pour requérant-e-s des Tattes lors du transfert de force de ces derniers dans les abris PC. Ils ont ensuite publié une vidéo de l’interview d’un requérant.

Mi-juin 2015: Des jeunes néo-fascistes de “Résistance Helvétique” (groupuscule nationaliste, raciste, homophobe, islamophobe et anti-féministe basé principalement en Valais et Vaud) ont collé au scotch des affiches A4 sur Plainpalais et tout autour du Grütli.

19 juin 2015: Une nouvelle équipe de “la Pravda.ch” a cette fois-ci tenté de s’approcher de l’occupation du Grütli; ils se sont fait démasqué et ont été gentiment prié de partir.

Fin juin 2015: Une demi-douzaine de néo-fascistes sont allés au centre pour requérant-e-s des Tattes pour taguer des inscriptions racistes et des croix celtiques.

4 juillet 2015: Le groupuscule “Génération Identitaire Genève” a largué une banderole contre les migrant-e-s sur le mur des Réformateurs: “Marre des bunkers ? Prends un charter !”.  Action suivie d’un tractage sur la Place Neuve.

true_love9 juillet 2015: L’îlotier de la Jonction, M. Patrick Marchetto, policier en charge du quartier a été pris en photo sur une terrasse en face du centre culturel de l’Usine arborant un t-shirt du groupe néo-nazi “Frakasss”. Le Courrier ayant fait un article, Marc Baudat, nouveau président de l’Union du personnel du corps de police a défendu son collègue en déclarant: «Les policiers ont le droit d’être racistes ou antisémites comme le reste de la population tant qu’ils n’expriment pas publiquement la discrimination». Déclaration qui a rapidement fait réagir toute la hiérarchie, de Monica Bonfanti à Pierre Maudet. Après la “découverte” l’année passée du policier genevois qui publiait des messages néo-nazis sur internet sous le pseudo de “Husard Noir”, M. Marchetto est encore une preuve que l’institution est un refuge pour ce genre de personnes. “Hussard Noir” à été muté, M. Marchetto aussi, il a même été promu. Aucune sanction, circulez il n’y a rien à voir.

 

30 août 2015: Rémy Delalande et Raphaël Henry, membres des Démocrates Suisses, se sont rendus avec une équipe de militants de Résistance Helvétique à la cathédrale occupée de Saint-Laurent à Lausanne pour “dénoncer et informer la population de cette situation” munis d’une banderole “Non à l’occupation illégale de nos églises”.

31 août 2015: Christophe Blocher et Oskar Freysinger ont été invités à Genève par la section genevoise de l’UDC. Ce meeting UDC pour préparer les éléctions du 18 octobre s’intitulait “Rester libre” et a eu lieu à la salle des fêtes de Carouge. Toute la ville de Carouge était quadrillée avec un dispositif important de policiers; un groupe de jeunes néo-fascistes était également présents devant la salle de fêtes. Les policiers comme les néo-fascistes pensaient que la contre-manifestation anti-UDC allait se diriger de Plainpalais vers Carouge, ce qui ne fut pas le cas.

Lire la suite ici

 

Laisser un commentaire »